Robert-Espagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Robert-Espagne
Robert-Espagne
Vue sur le village depuis le Tivoli.
Blason de Robert-Espagne
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Bar-le-Duc
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Bar-le-Duc - Sud Meuse
Maire
Mandat
Luc Fleurant
2020-2026
Code postal 55000
Code commune 55435
Démographie
Gentilé Bertapognes
Population
municipale
782 hab. (2019 en diminution de 6,01 % par rapport à 2013)
Densité 107 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 41″ nord, 5° 01′ 59″ est
Altitude Min. 155 m
Max. 233 m
Superficie 7,33 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Bar-le-Duc
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Revigny-sur-Ornain
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Robert-Espagne
Géolocalisation sur la carte : Meuse
Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Robert-Espagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Robert-Espagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Robert-Espagne

Robert-Espagne est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est limitrophe de quatre communes, dont une commune, Trois-Fontaines-l'Abbaye, se trouve dans le département limitrophe de la Marne.

Communes limitrophes de Robert-Espagne
Beurey-sur-Saulx
Trois-Fontaines-l'Abbaye (Marne) Robert-Espagne Trémont-sur-Saulx
L'Isle-en-Rigault

Le village est traversé par la Saulx qui est un affluent droit de la Marne et donc sous-affluent de la Seine. Les habitants de cette commune s'appellent les Bertapognes ou les Tracaniers.

Pont-sur-Saulx est un écart de la commune, sur la Saulx.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Robert-Espagne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bar-le-Duc, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 86 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (53,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (56,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (47,5 %), zones agricoles hétérogènes (18,9 %), prairies (10,6 %), terres arables (10,1 %), zones urbanisées (7,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (5,7 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En allemand, spannen signifie s'étendre et en anglais span signifie empan, un écart, une envergure, une étendue d'échelle en métrologie et instrumentation. En conclusion, Robert-Espagne signifierait l'étendue ou le domaine d'un certain Robert[à vérifier].

Les noms successifs de la commune :

  • un nom Membodi spania[8] apparait vers 1019 un décret concernant une donation d'un alleu seigneurial sis ''in comitatu Barrensi, in villa quae Membodi spania dicitur'' au monastère de Sexfontaines (Haute-Marne)[9] ;
  • en 1141, In molendino de robertespaigne ;
  • en 1163, robertispagnia ;
  • en 1359, robert espangne ;
  • en 1700, robert empagne ;
  • en 1711, robert d'empagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 23 mai 2020)
Luc Fleurant [11]
Réélu pour le mandat 2020-2026
SE Ancien agriculteur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2019, la commune comptait 782 habitants[Note 3], en diminution de 6,01 % par rapport à 2013 (Meuse : −4,17 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7877857948951 0851 2131 1961 4311 441
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3181 3231 3231 0821 1371 2311 1861 0941 114
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1071 1341 1461 0491 043970963718928
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 055890775838809836832818829
2014 2019 - - - - - - -
836782-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Plusieurs associations sont domiciliées à Robert-Espagne, dont :

  • le Club de karaté (RESK) ;
  • le Club de gymnastique ;
  • le Club des Doigts agiles ;
  • le Club La Jeunesse d'Autrefois (affilié Génération Mouvement) ;
  • l'association communale de chasse agréée (ACCA de Robert-Espagne) ;
  • Football Club de Robert-Espagne.

Économie[modifier | modifier le code]

Le village a de nombreux commerces et services parmi lesquels une agence postale, une pharmacie, une supérette, un boucher, un boulanger, un salon de coiffure, des garagistes ainsi qu'un hôtel-restaurant.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

À Robert-Espagne, il y a deux monuments aux morts, une église et deux cimetières.

Site spéléologique[modifier | modifier le code]

La commune comporte plus de 24 cavités souterraines, dont 6 de plus de 150 mètres de développement ou de plus de 25 mètres de profondeur : l'aven Annie, le gouffre des Niphargus, le gouffre du Bois du Roi, le gouffre Hermitte , le gouffre Thirion no 5, le perte de la Vallée Thirion, ainsi que l'émergence de crue et l'entrée artificielle du réseau du Rupt-du-Puits[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Descaves (°1926 - †2006) : éminent spéléologue, père de la spéléologie meusienne[17],[18], qui a donné son nom au gîte communal lors de la cérémonie du [19].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Robert-Espagne Blason
Écartelé au 1 d'azur à la tête de loup d'or, au 2 d'or au feu de gueules, au 3 d'or à l'enclume de gueules et au 4 d'azur à la tête de lion d'or.
Détails
Blason composé par R.A. LOUIS avec la Commission Héraldique de l'UCGL et mis à disposition de la commune en 2011.

La commune dispose également d'un logo qui figure sur le papier à en-tête officiel de la mairie. Conçu à l'intention de la commune par Philippe Quaegebeur, il représente les flammes du , un phénix, oiseau mythique qui a le pouvoir de renaître de ses cendres, et un chardon lorrain, plante épineuse symbole de la Lorraine dont la devise est « Qui s'y frotte s'y pique ! ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fraiche Jean-Pierre[20] :
    • (2007) - La petite histoire de Robert-Espagne, édition à compte d'auteur
    • (2017) - La petite histoire de Robert-Espagne, réédition, Édition Lulu, Édition KDP, 130 p.
    • (2018) - Robert-Espagne les Massacres du , Édition Lulu, Édition KDP, 108 p.
    • (2019) - Ils ont vécu le massacre de la vallée de la Saulx, ils racontent !, Tome I, Édition Lulu, Édition KDP, 170 p.[21]
    • (2020) - Ils ont vécu le massacre de la vallée de la Saulx, ils racontent !, Tome II, Édition Lulu, Édition KDP, 156 p.
    • (2020) - Ils ont vécu le massacre de la vallée de la Saulx, ils racontent !, Tome I et II, Édition Lulu, Édition KDP, 326 p.
    • (2021) - Robert-Espagne un siècle de chemins de fer, Édition Lulu, Édition KDP, 160 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Thorin E. (1899) - Mélanges d'archéologie et d'histoire, Volume 19, École française de Rome
  9. Recherches de Robert Depardieu dans Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de Bar-le-duc, Edition "La Société", 1902
  10. de Victor Duruy, Chronologie de l'Atlas historique de la France, p. 105.
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  16. Devaux Fr. (2007) - « Inventaire souterrain de la Meuse (8/8) », Spéléo L no 16 (ISSN 0758-3974), Ligue spéléologique lorraine, Tomblaine, p. 7-48.
  17. (fr) [PDF] Prévot D. (2006) - « in memoriam : François Descaves », Le P'tit Usania no 93, Union spéléologique de l'agglomération nancéienne, Nancy, p. 4-5.
  18. (fr) [PDF] Descaves J.-P. (2016) - « Historique du forage du Rupt-du-Puits », Le P'tit Usania no 214, Union spéléologique de l'agglomération nancéienne, Nancy, p. 1-2.
  19. (fr) (2016) - « L'hommage qu'il méritait », L'Est républicain du , édition de Bar-le-Duc, p. MEU02 V1, [PDF], archives de L'Est républicain
  20. « Jean-Pierre Fraiche », sur Édition Lulu (consulté le ).
  21. « Jean-Pierre Fraîche raconte l'histoire de la vallée de la Saulx », sur Est républicain (consulté le ).