Richelieu (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richelieu (homonymie).
image illustrant la Montérégie
Cet article est une ébauche concernant la Montérégie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Richelieu
Localisation de la ville dans la MRC de Rouville
Localisation de la ville dans la MRC de Rouville
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montérégie
Subdivision régionale Rouville
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Jacques Ladouceur
2005 - 2017
Constitution
Démographie
Gentilé Richelois, oise
Population 5 502 hab. (2014)
Densité 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 27′ 00″ N 73° 15′ 00″ O / 45.450005, -73.25000545° 27′ 00″ Nord 73° 15′ 00″ Ouest / 45.450005, -73.250005
Superficie 3 250 ha = 32,5 km2
Divers
Code géographique 55057
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Montérégie

Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Richelieu

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Richelieu

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Richelieu

Richelieu est une ville dans la municipalité régionale de comté de Rouville au Québec (Canada), située dans la région administrative de la Montérégie. Son nom vient du fait qu'elle est collée sur la rivière Richelieu. Elle est traversée par la route 112, l'autoroute 10 et le chemin des Patriotes.

Elle est peuplée de 5 502 habitants en 2014. Elle se définit comme "Une ville pour la famille".

La ville est nommée en l'honneur de Armand Jean du Plessis de Richelieu, cardinal français et ministre de Louis XIII.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire des municipalités de Richelieu et de Notre-Dame-de-Bonsecours faisait partie de la seigneurie octroyée à Jacques de Chambly en 1672, puis aux seigneurs Hertel, Grant, de Salaberry et Yule. Le pont qui traverse la rivière entre Richelieu et Chambly porte le nom de « Pont Yule » en l’honneur de John Yule, le dernier seigneur de Chambly (1812-1886). 

La seigneurie de Chambly-Est comprenait quatre fiefs : Jenison, des Rouville, des Pauvres, et le fief Beaulac. Ce dernier couvrait les territoires de Richelieu et de Notre-Dame-de-Bonsecours.

En 1855, un an après l’abolition du régime seigneurial par l’assemblée législative, les habitants amorcent des démarches pour fonder nos deux municipalités. Ils poursuivront ainsi le désir que certains fermiers avaient manifesté, dès 1815, jugeant que le trajet pour se rendre à l’église de Saint-Mathias était trop difficile, surtout au printemps et à l’automne. 

Le village de Richelieu a été érigé en municipalité le 1er janvier 1869, en vertu de l’Acte 23, Vict. chap. 61. Il prendra le nom de la rivière qui coule le long de son territoire. La municipalité de Notre-Dame-de-Bonsecours a été érigée en vertu du même acte le 15 février 1869. Elle prendra le nom de la paroisse dont le décret d’érection canonique date du 5 septembre 1868.

Le territoire actuel de la paroisse Notre-Dame-de-Bonsecours a été détaché des paroisses de Sainte-Marie-de-Monnoir et de Saint-Mathias. John Yule avait offert, en 1854, quatre arpents de son terrain afin de construire l’église. 

En juillet 1899, la centrale hydroélectrique, dont on voit encore quelques vestiges, entre en production. Une ligne de 27 km relie la centrale à Montréal et la tension de 12 500 volts est tout un exploit pour l’époque. La centrale sera démolie en 1965.

L’hôtel de ville actuel, construit en 1958, reçoit les assemblées du conseil qui, autrefois, se tenaient à la station de chemin de fer, à la salle des Forestiers catholiques, à la sacristie ou à la vieille école. La caserne des pompiers a été inaugurée en 1967.

En 1969, à l’occasion de son centenaire, le village de Richelieu a reçu ses lettres patentes lui conférant le statut de ville. Cette année-là a aussi consacré le jumelage de notre municipalité avec la ville de Richelieu en France, laquelle a été construite en 1631, grâce à la volonté du Cardinal de Richelieu, premier ministre de la France sous Louis XIII, selon un plan d’urbanisme resté intact jusqu’à nos jours. Le parc Fortier a été nommé ainsi en l’honneur de Marcel Fortier, maire de Richelieu, France.

Le 15 mars 2000, la ville de Richelieu et la municipalité de Notre-Dame-de-Bonsecours ont fusionné pour créer une nouvelle ville, la ville de Richelieu.

Le vieux pont de bois[modifier | modifier le code]

« En 1841, un ingénieur montréalais, Charles Atherton, soumet à l’Assemblée législative les plans d’un pont suspendu sur câbles d’acier, qui permettrait de franchir la rivière à la hauteur de Chambly. John Yule, alors député du comté de Chambly (1841-1843) n’est pas d’accord avec ce projet. Étant propriétaire d’un moulin à scie, il propose plutôt de construire le pont en bois selon un plan américain. Le gouvernement opte pour cette suggestion. 

Les travaux débutent au printemps 1846 et le pont Yule est inauguré le premier décembre 1847. » 

Source : livre 125e anniversaire 

Liste des maires[modifier | modifier le code]

  AVANT la fusion municipale en mars 2000
Richelieu Notre-Dame-de-Bon-Secours
Henri Edmond Massé 1872-1879 Sabin Archambault 1869-1872
Sabin Archambault 1879-1881 Samuel Bessette 1872
Charles Martel 1881-1882 Ambroise Vigeant 1873
Thomas Ward 1882-1887 Joseph Tétreault 1873-1874
Napoléon Massé 1887-1892 Pierre Théberge 1874-1877
Antoine Riendeau 1892-1895 Eusèbe Rainville 1877-1878
Raphaël Barré 1895-1898 Pierre Théberge 1878-1884
Charles Lajeunesse 1898-1901 Raphaël Barré 1884-1885
Auguste Johnson 1901-1905 P.N. Vigeant 1885-1887
Charles Choquette 1905-1906 Jonas Théberge 1887-1889
Théodore Barrière 1906-1912 Ludger Bessette 1889-1891
Auguste Johnson 1912-1917 Joseph Ostiguy 1891-1893
Aldéric Trudeau 1917-1927 Alphonse Daigneault 1893-1900
Henri Pascal Panet 1927-1930 Ludger Bessette 1900-1902
Joseph Blain 1930-1932 Alfred Larivière 1902-1903
Philias Lussier 1932-1935 Edmond Lareau 1903-1904
Henri P. Panet Janv./avril 1935 Joseph Théberge 1904-1909
Antoine Beaudry 1935-1937 Alcibias Tétreault 1909-1914
Jean-Baptiste Moquin 1937-1941 Joseph Quintal 1914-1916
Amédée Nadeau 1941-1945 Arthur Daigneault 1916-1918
J.Pierre Ostiguy 1945-1957 J.E. Lareau 1918-1921
Amédée Ostiguy 1957-1961 Jonas Théberge 1921-1925
Adrien Frenière 1962-1963 Wilfrid Loiselle 1925-1930
Roméo Caillé 1963-1964 Florida Bessette 1930-1937
J. André Gaudreault 1964-1975 Alfred Larivière 1937-1945
Pierre Lareau 1975-1989 Wilfrid Séguin 1945-1948
Daniel Poulin 1989-1993 Arthur Bessette 1948-1950
Robert Ostiguy 1993-1994 Jean Lareau 1950-1957
Raymond Guertin 1995-2000 Roméo Bessette 1957-1959
. . Lionel Dubuc 1959-1963
. . Jean Lareau 1964-1967
. . Rouville Tessier 1967-1973
. . Maurice Tétreault 1973-1975
. . Rouville Tessier 1975-1981
. . René Bisonnette 1981-1983
. . Jean-Guy Langlois 1984-1993
. . Nicole Millette 1993-1995
. . Réjean Bessette 1995-mars 2000
. . . .
Fusion municipale en mars 2000
Ville de Richelieu
Raymond Guertin            Mars 2000 –2005
Jacques Ladouceur          2005 à ce jour


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Mathias-sur-Richelieu Rose des vents
Chambly N Marieville
O    Richelieu    E
S
Iberville

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]