Pronomination

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La pronomination est une figure de style qui consiste à traduire par une périphrase l'objet du discours, et qui se substitue à un nom (propre ou commun) que le locuteur ne souhaite pas prononcer. La pronomination, chez Pierre Fontanier, est classiquement une figure d'élocution.

Exemples[modifier | modifier le code]

Celui qui met un frein à la fureur des flots, Sait aussi des méchants arrêter les complots.

(Racine, Athalie)

  • « Celui qui a créé en six jours le soleil qui fait vivre sur terre toutes choses, le beau ciel d'azur et les étoiles qui luisent au firmament... » : c'est tout simplement Dieu, créateur (périphrase).

Définition[modifier | modifier le code]

Définition linguistique : périphrase et pronomination[modifier | modifier le code]

Cette figure peut être facilement confondue avec la périphrase. Là où la pronomination est essentiellement allusive pour énoncer une chose à travers un de ses aspects déterminants, la périphrase vise à la faire universellement reconnaître tout entière, d'une manière détournée mais plus étirée, plus intensive, souvent plus luxueuse et plus noble. La pronomination est donc une forme d'allusion et d'euphémisme car elle passe sous silence l'objet du discours :

Celui de qui la tête au ciel était voisine
Et dont les pieds touchaient à l'empire des morts

(La Fontaine, Fables, Le Chêne et le Roseau, I, 22)

; La Fontaine use d'une métaphore pour nommer l'objet qu'il veut présenter: le Chêne. La figure est souvent introduite et marquée par des locutions figées comme « celui qui... » ou des tournures elliptiques telles : « cet homme... »

Par ailleurs, la pronomination est une figure microstructurale (un trope) [1], tandis que la périphrase est macrostructurale. Enfin, elle se fonde sur une métaphore ou sur une métonymie, par synecdoque.

Définition stylistique[modifier | modifier le code]

L'usage de la pronomination trahit souvent l'état d'esprit du locuteur; celui-ci peut y avoir recours pour dissimuler une opinion, par lâcheté, par souci d'hermétisme, par pédantisme ou par euphémisme. L'ironie peut également être employée, le locuteur prend alors une distance comique ou satirique avec son sujet comme dans ce vers des Fables de La Fontaine qui utilise beaucoup de la périphrase : « L'aquatique animal sauveur du Capitole » pour désigner une oie, relativement à l'épisode des "oies du Capitole".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir entre autres : Georges Molinié.

Figures proches[modifier | modifier le code]

Figure mère Figure fille
périphrase
Antonyme Paronyme Synonyme
nominalisation pronominalisation (grammaire) allusion, euphémisme, périphrase

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie des figures de style[modifier | modifier le code]

  • Quintilien (trad. Jean Cousin), De L’institution oratoire, t. I, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Budé Série Latine »,‎ , 392 p. (ISBN 2-2510-1202-8).
  • Antoine Fouquelin, La Rhétorique françoise, Paris, A. Wechel,‎ (ASIN B001C9C7IQ).
  • César Chesneau Dumarsais, Des tropes ou Des différents sens dans lesquels on peut prendre un même mot dans une même langue, Impr. de Delalain,‎ , 362 p. (ASIN B001CAQJ52)
    Nouvelle édition augmentée de la Construction oratoire, par l’abbé Batteux. Disponible en ligne.
  • Pierre Fontanier, Les Figures du discours, Paris, Flammarion,‎ (ISBN 2-0808-1015-4, lire en ligne).
  • Patrick Bacry, Les Figures de style et autres procédés stylistiques, Paris, Belin, coll. « Collection Sujets »,‎ , 335 p. (ISBN 2-7011-1393-8).
  • Bernard Dupriez, Gradus, les procédés littéraires, Paris, 10/18, coll. « Domaine français »,‎ , 540 p. (ISBN 2-2640-3709-1).
  • Catherine Fromilhague, Les Figures de style, Paris, Armand Colin, coll. « 128 Lettres »,‎ 2010 (1re éd. nathan, 1995), 128 p. (ISBN 978-2-2003-5236-3).
  • Georges Molinié et Michèle Aquien, Dictionnaire de rhétorique et de poétique, Paris, LGF - Livre de Poche, coll. « Encyclopédies d’aujourd’hui »,‎ , 350 p. (ISBN 2-2531-3017-6).
  • Henri Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Grands Dictionnaires »,‎ (ISBN 2-1304-9310-6).
  • Michel Pougeoise, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Armand Colin,‎ , 16 cm × 24 cm, 228 p. (ISBN 978-2-2002-5239-7).
  • Olivier Reboul, Introduction à la rhétorique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Premier cycle »,‎ , 15 cm × 22 cm, 256 p. (ISBN 2-1304-3917-9).
  • Hendrik Van Gorp, Dirk Delabastita, Georges Legros, Rainier Grutman et al., Dictionnaire des termes littéraires, Paris, Honoré Champion,‎ , 533 p. (ISBN 978-2-7453-1325-6).
  • Groupe µ, Rhétorique générale, Paris, Larousse, coll. « Langue et langage »,‎ .
  • Nicole Ricalens-Pourchot, Dictionnaire des figures de style, Paris, Armand Colin,‎ , 218 p. (ISBN 2-200-26457-7).
  • Michel Jarrety (dir.), Lexique des termes littéraires, Paris, Le Livre de poche,‎ , 475 p. (ISBN 978-2-253-06745-0).