Georges Molinié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Molinié.
Georges Molinié
Image illustrative de l'article Georges Molinié
Date de naissance
Date de décès
Profession Professeur des universités
Président de l’Université Paris Sorbonne-Paris IV
Précédent Jean-Pierre Poussou
Jean-Robert Pitte
1998-2003[1]
puis
2008-2012
Jean-Robert Pitte
Barthélemy Jobert
Suivant

Georges Molinié, né le à Cahors et mort le 5 juin 2014[2], est un philologue français, professeur des universités à l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV), spécialiste de stylistique française et de sémiotique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agrégé de lettres et docteur ès lettres de l'Université Paris-Sorbonne[3], Georges Molinié a d'abord été professeur de lycée au Havre (1968-1969), puis chargé de mission au cabinet du gaulliste Jacques Baumel, au secrétariat d’État auprès du Premier ministre (1969-1970).

Assistant à l’université Paris IV-Sorbonne (1970-1979), il est devenu ensuite maître de conférences puis professeur à l’université de Toulouse Le Mirail (1979-1988).

Professeur à l’université Paris IV-Sorbonne, depuis 1988, directeur de l'Unité de Formation et de Recherche de langue française dans les années 90, il devient président de cette même université de 1998 à 2003, et vice-président de la conférence des présidents d'université (2001-2002).

Georges Molinié encourageait les sujets de recherches jugés originaux par les expédients sur les corpus[réf. nécessaire].

En 2007, il appelle à voter pour Ségolène Royal pendant l'élection présidentielle[réf. nécessaire].

Georges Molinié est réélu à la présidence de l’université Paris IV - Sorbonne le 14 mars 2008, contre Jean-Robert Pitte.

Il s'est opposé, avec d'autres présidents d'université, aux réformes dirigées par Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, signant une tribune dans Le Monde le 13 mai 2009[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Édition critique avec texte grec et traduction du Roman de Chairéas et Callirhoé de Chariton, Les Belles Lettres, coll. des Université de France, 1979.
  • Du roman grec au roman baroque : Un art majeur du genre narratif en France sous Louis XIII, Presses de l'Université de Toulouse-Le Mirail, 1982.
  • Éléments de stylistique française, Presses universitaires de France (PUF), 1986.
  • avec Jean Mazaleyrat, Vocabulaire de la stylistique, PUF, 1989.
  • La Stylistique, PUF, "Que sais-je ?", 1989.
  • Le Français moderne, PUF, "Que sais-je ?", 1991.
  • Dictionnaire de rhétorique, Le Livre de Poche, 1992.
  • La Stylistique, PUF, "Premier cycle", 1993, rééd. "Quadrige", 2004
  • avec Alain Viala, Approches de la réception. Sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, PUF, 1993.
  • avec Pierre Cahné, direction de l'ouvrage collectif Qu'est-ce que le style ?, PUF, 1994.
  • Sémiostylistique. L'Effet de l'art, PUF, "Formes sémiotiques", 1998.
  • Hermès mutilé. Vers une herméneutique matérielle. Essai de philosophie du langage, Honoré Champion, 2005.
  • De la pornographie, MIX, 2006.
  • Au corps du texte : Hommage à Georges Molinié, ouvrage collectif rassemblant quarante contributions, sous la direction de Delphine Denis, Mireille Huchon, Anna Jaubert, Michael Rinn et Olivier Soutet, Paris, Honoré Champion, 2010.
  • De la Beauté, Hermann, "Le Bel Aujourd'hui", 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]