Pierre Fontanier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontanier.
Pierre Fontanier
Description de l'image defaut.svg.
Nom de naissance Pierre Émile Fontanier
Naissance
Moissac, commune de Neussargues-Moissac, France
Décès (à 78 ans)
Moissac, France
Activité principale
Grammairien, linguiste
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Essai

Œuvres principales

  • Manuel classique pour l'étude des tropes (1821)
  • Des Figures du discours autres que les tropes (1827)

Pierre « Émile » Fontanier est un grammairien français né le à Moissac, commune de Neussargues-Moissac (Cantal) et mort le dans cette même ville, spécialiste des figures de style.

Il est l'auteur de deux manuels qui référencent et étudient de manière systématique les figures de style, et qui formèrent la base de l'enseignement de la rhétorique en France au XIXe siècle ; il s'agit du Manuel classique pour l'étude des tropes, ou Élément de la science des mots (1821) — qui sera adopté comme manuel d'enseignement pour les classes de seconde, notamment — et de Des figures autres que tropes (1827), pour les classes de Rhétorique (actuelle première).

Tombées en désuétude au XXe siècle, en même temps que l'étude de la Rhétorique, les œuvres de Fontanier ont connu un regain de faveur à partir de la publication par Roland Barthes de L'Ancienne rhétorique, et la réédition de ses ouvrages à partir de 1968 par Gérard Genette.

Fontanier a également réédité en 1818 le Commentaire des tropes du grammairien du XVIIIe siècle César Chesneau Dumarsais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maison natale de Pierre Fontanier à Moissac.

De janvier à mai 1795, Pierre Fontanier est élève à l'école normale de Paris. Il enseigne ensuite dans l'école secondaire de Mende en Lozère, puis il est nommé professeur de grammaire générale à l'École centrale de l'Ardèche, installée à Tournon (Ardèche) où elle fonctionna de 1799 à mai 1802. Il y était maître d'études dans la troisième section appelée Prytanée français, pour enseigner la grammaire générale et les belles-lettres. Il est ensuite successivement principal au collège de Romans en 1806, puis professeur d'humanité au lycée de Besançon où il semble être resté jusqu'en 1817. Il est alors nommé professeur à l'université de Rouen ainsi que secrétaire de l'Académie universitaire. C'est pendant cette période qu'il publie en 1818 Le commentaire des tropes de Dumarsais, en 1821 le Manuel classique pour l'étude des tropes, ou Éléments pour la science des mots, puis en 1827 le Traité général des figures du discours autres que tropes.

Devenu en 1820 membre de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, il y fait entrer l'abbé Jean Labouderie (1776-1849), prédicateur de Notre-Dame, orientaliste et occitaniste réputé, originaire de Chalinargues, auteur du Christianisme de Montaigne et de la traduction en auvergnat de plusieurs livres de la Bible, comme le Livre de Ruth et la parabole de l'enfant prodigue.

En 1824, il rentre dans son pays natal où il sera conseiller municipal.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Premières éditions 
  • Discours sur la paix générale, suivi d'un hymne sur le même sujet, par le citoyen Fontanier, Valence, impr. de Marc Aurel, 1802 (an x), 34 p.
    Prononcé à Tournon, dans la fête du 18 brumaire an X
  • César Chesneau Dumarsais, Pierre Fontanier, Les Tropes de Dumarsais, avec un commentaire raisonné, destiné à rendre plus utile que jamais, pour l'étude de la grammaire, de la littérature et de la philosophie, cet excellent ouvrage classique, encore unique en son genre, Paris, Belin-Le Prieur,
    2 volumes in-12
  • Études de la langue française sur Racine, ou Commentaire général et comparatif sur la diction et le style de ce grand classique [...], Paris, Belin-Le Prieur, , 690 p.
    La suite du titre est ainsi rédigée : pour servir comme de cours pratique de langue française, et suppléer à l'insuffisance des grammaires, surtout en ce qui concerne l'application des principes.
  • Manuel classique pour l'étude des tropes, ou Élémens de la science du sens des mots, Paris, Belin-Leprieur, (réimpr. 1822, 1825, 1830), 344 p.
    Les 3e et 4e éditions ont été publiées par Maire-Nyon (Paris)
  • La Clef des étymologies pour toutes les langues en général et pour la langue française en particulier, Paris, Brunot-Labbe, , 344 p.
  • Louis Racine, Pierre Fontanier, La Religion, poème de Louis Racine, mis à la portée d'un plus grand nombre de lecteurs, et enrichi, à la suite de chaque chant, d'un appendice consistant en plusieurs morceaux choisis de prose ou de poésie, Paris, Galerie de Bossange Père, , 426 p.
  • Nicolas Boileau, Pierre Fontanier, Le Boileau des collèges, ou Boileau réduit à ce qu'il peut avoir de plus utile pour les jeunes étudians et accompagné d'un commentaire propre à en faire un véritable livre de classe. L'Art poétique de Boileau, annoté par Pierre fontanier, Paris, Maire-Nyon,
  • Des Figures du discours autres que les tropes, Paris, Maire-Nyon, , 356 p.
    Variantes de titre référencées : Des figures autres que tropes, ainsi que : Traité général des figures du discours autres que les tropes.
Éditions contemporaines
  • Pierre Fontanier (préf. Gérard Genette), Les Figures du discours, Paris, Flammarion, (réimpr. 1977, 1996, 2009), 507 p.
    Rassemble le Manuel classique pour l'étude des tropes de 1821 et Des Figures du discours autres que les tropes de 1827.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
Portrait de Fontanier
Miniature sur corne de Pedemonte (1811).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Sermain (dir.) et Françoise Douay (dir.), Pierre Émile Fontanier : la Rhétorique ou les figures de la Révolution à la Restauration, Presses Université Laval, , 208 p. (lire en ligne)

Œuvres consultables en ligne[modifier | modifier le code]