Kakemphaton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le kakemphaton (du grec κακέμφατος, malsonnant) est un calembour malheureux et involontaire[1].

Exemples[modifier | modifier le code]

[réf. nécessaire]

  • « Vous me connaissez mal : la même ardeur me brûle / Et le désir s'accroît quand l'effet se recule » : elle désire sa croix , quand les fesses reculent - Corneille, Polyeucte.
  • « Son crâne était ouvert comme un bois qui se fend. » : son crâne était tout vert - Victor Hugo, "Souvenir de la nuit du 4", Les Châtiments.
  • « Vierge non encor née, en qui tout doit renaître » : vierge non encornée - Jean-Baptiste Rousseau, "Ode à la postérité", Odes, livre IV, ode X.
  • « Car ce n'est pas régner qu'être deux à régner » : araignée - Corneille, La Mort de Pompée
  • « Je sortirai du camp, mais quel que soit mon sort / J'aurai montré, du moins, comme un vieillard en sort » : vieil hareng saur - Adolphe Dumas
  • « Dans les coups durs, reste fier, sois-en sûr si Tu as du courage, tu ne tomberas pas » : sois en sursis - Tragédie, chanson Bye bye

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Patrick Bacry, Les Figures de style : et autres procédés linguistiques, Paris, Belin, , 479 p. (ISBN 978-2-410-00438-0, lire en ligne).