Pocutie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pocutie

1389–1531

Description de l'image Pocutia.png.
Histoire et événements
882 partie de la Rous’ de Kiev
1113 partie de la Galicie-Volhynie
1349 rattachement à la Pologne
1388 fief du voïvode de Moldavie
1531 reprise par la Pologne
1772 annexion par l’Autriche
1918 proclamation de la République populaire d’Ukraine occidentale
1919 rattachement à la Pologne
1940 annexion par l'URSS, rattachement à la République socialiste soviétique ukrainienne, déportation des Polonais
1941 occupation allemande, rattachement au Gouvernement général de Pologne, déportation des Juifs
1945 retour à la République socialiste soviétique ukrainienne
1991 oblast d’Ivano-Frankivsk en Ukraine indépendante.

La Pocutie (en ukrainien : Покуття, Pokouttia ; en polonais : Pokucie, en roumain : Pocuţia) est une région historique d’Europe orientale, située en Galicie, contigüe de la Bucovine, entre les rivières Prut et Tcheremoch, en Ukraine. Historiquement, c'était une région habitée par des Roumains moldaves et des Ukrainiens ruthènes, dans les marches des pays de Lviv et Halytch. Bien que le centre de la région était Kolomyia, le nom lui-même dérive du nom de la ville de Kouty et signifie littéralement « autour de Kouty » (kout signifie « coin »).

Histoire[modifier | modifier le code]

D’abord partie de la Rous’ de Kiev et de l’un de ses états successeurs, la Galicie-Volhynie, la région a été annexée en 1349 par Casimir III le Grand de Pologne. En 1359, lors de l’alliance polono-moldave contre les tatars, elle est cédée en fief personnel aux hospodars de la Moldavie, eux-mêmes vassaux du roi de Pologne. En 1490, un conflit éclate à ce sujet entre la couronne polonaise et le souverain moldave Étienne III le Grand, puis se poursuit après sa mort, jusqu’en 1531 lorsqu’à la bataille d’Obertyn, l’hetman de Pologne Jan Tarnowski récupère la Pocutie. À la suite de la première partition de la Pologne, en 1772, La Pocutie échoit à l’Empire des Habsbourg qui l’intègrent au royaume autrichien de Galicie-Lodomérie. Lors de la réorganisation de l’Empire austro-hongrois en 1867, elle reste autrichienne.

À la fin de la Première Guerre mondiale, l’Autriche-Hongrie se disloque et la Pocutie est revendiquée par les Polonais (alors environ un cinquième de la population pocutienne) et les Ukrainiens (quatre cinquièmes). Pendant les guerres antibolchéviques soviéto-polonaise de 1919-1921 et hungaro-roumaine de 1919, les autorités polonaises et roumaines, soutenues respectivement par les missions françaises Faury et Berthelot, craignent que le Russie soviétique et la Hongrie bolchévique ne fassent leur jonction à travers la Pocutie et la Ruthénie : la 8-e division roumaine des généraux Jacob Zadik et Nicolae Petala et la 4e division polonaise du général Kraliczek prennent donc position en Pocutie, tout en déclarant qu'elles „n'intervenaient pas contre l'armée ni le peuple ukrainien ni ses représentants dont les propriétés, la sécurité, les institutions et leur fonctionnement seraient respectées” (ce qui n'empêchera pas les Polonais, après le retrait de l'Armée rouge et des Roumains, de mettre fin à l’éphémère République populaire d’Ukraine occidentale)[1]. Au traité de Riga en 1921, la Pocutie est reconnue comme polonaise, ce qui lui évite la « soviétisation », les réquisitions, la collectivisation et les famines qui sévirent en Ukraine soviétique, dont la Holodomor.

Conséquence de l’invasion et de la partition de la Pologne entre l’Allemagne nazie et l’Union soviétique, la région est rattachée à la République socialiste soviétique d’Ukraine en 1940, mais est occupée par le Troisième Reich de 1941 à 1944. Depuis 1991 elle fait partie de l’Ukraine moderne (oblast d’Ivano-Frankivsk) et abrite le parc national de Hoverla dans les Carpates ukrainiennes. La population y est à 98 % ukrainienne, de spécificité houtsoule dans la partie montagneuse.

Filmographie / bibliographie[modifier | modifier le code]

Principales localités[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Henri Blasen: Pocuce, injuste prius detractum, recepit... Rumänische Ansprüche auf die südostgalizische Gegend Pokutien ? In: Analele Bucovinei, 1/2014
  2. 13e séminaire franco-polonais d’histoire : « La Corse mystérieuse et le pays houtsoul – Atlantide slave : Entre le réel et l’imaginaire »