Mission Berthelot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le général Henri Berthelot.

La mission Berthelot, du nom du général français Henri Berthelot (1861-1931) qui la commandait, est une mission militaire française dans le royaume de Roumanie entre 1916 et 1919. Elle contribue à la réorganisation et à la modernisation de l'armée roumaine, mais les révolutions de 1917 annulent le soutien russe et la mission doit quitter le territoire roumain pendant les négociations de paix séparée avec les empires centraux début 1918.

Contexte[modifier | modifier le code]

La Roumanie entre en guerre aux côtés des Alliés en 1916. Après des succès initiaux, les forces armées roumaines subissent d'importants revers. L'ambassadeur de France en Roumanie, Charles de Saint-Aulaire, avec l'accord du roi Ferdinand Ier et du chef d'état-major de l'armée roumaine, le général Dumitru Iliescu (ro), demande alors au gouvernement français l'envoi d'une mission militaire avec à sa tête un « grand chef » pour aider l'armée roumaine. Des troupes russes viennent également à leur secours[1].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Voyage vers la Roumanie[modifier | modifier le code]

La France envoie 430 officiers et 1 500 sous-officiers et soldats sous le commandement du général Henri Berthelot nommé à ce poste le 4 octobre 1916[2]. L'expédition vers la Roumanie passe en bateau et train par le nord de l'Europe, la Scandinavie neutre et la Russie[3] alors qu'y débute la révolution russe[4].

Actions sur le front roumain[modifier | modifier le code]

Les officiers occupent des postes de conseillers à différents niveaux dans les états-majors[5]. Outre la réorganisation de l'armée roumaine[5], la mission Berthelot fournit de l'armement français plus moderne, dont le casque Adrian[2]. La France livre également 120 avions[2]. Le commandant François de Vergnette de Lamotte reforme et dirige l'aviation roumaine[6]. Fantassins et artilleurs participent à l'entraînement de leurs homologues roumains dans les écoles et les régiments[5]. Les aviateurs complètent les unités roumaines de combat et d'observation du front[7].

La mission militaire compte aussi des équipes médicales, qui tiennent notamment un hôpital à Iași, alors capitale du pays. Y contribuent des médecins européens, des religieux et religieuses, ainsi que des associations caritatives comme la société de secours aux blessés militaires et la Croix-Rouge française[4]. L'épidémie de typhus de l'hiver 1917 fait des ravages parmi les troupes roumaines et leurs soignants français[8]. Par ailleurs, des spécialistes français utilisent et forment des Roumains à manipuler du matériel médical moderne, tant en radiologie qu'en chirurgie[9].

Le général Berthelot a aussi un rôle plus diplomatique, assurant la défense des intérêts français dans le conflit face aux pressions russes[5]. Cette mission est la plus importante de toutes celles mandatées par la France à l’étranger pendant la première guerre mondiale[10].

Après l'armistice roumain[modifier | modifier le code]

Un monument aux morts de la coalition antibolchévique (1919) à Lippa. Parmi les morts, un Georges Pelle.

La mission doit officiellement quitter la Roumanie lors des négociations du traité de Bucarest de mars 1918 qui retire ce pays du conflit[5]. Mille deux cents hommes font le trajet dans cinq trains de Iași à Mourmansk, d'où ils passent par mer à Newcastle le 4 mai[7].

Pendant ce temps à Jassy, un reste des effectifs attend pour reprendre aussitôt du service vers l'est, en République démocratique moldave voisine, qui, attaquée par la République soviétique d'Odessa, appelle à l'aide. Les troupes roumaines et françaises passent le Prut, font cesser la terreur rouge en Bessarabie et se postent sur le fleuve Dniestr à l'appel du Sfatul Țării (parlement moldave)[11]. Elles y restent durant six mois, jusqu'au lorsque la Roumanie reprend les hostilités contre les Empires centraux.

Timbre hongrois surchargé Occupation française en 1919.

À l'issue de la guerre, la mission Berthelot ne quitte pas la région : craignent que la Russie soviétique et la Hongrie bolchévique ne fassent leur jonction à travers la Pocutie et la Ruthénie, les autorités polonaises et roumaines, soutenues respectivement par les missions françaises Faury et Berthelot, engagent les guerres antibolchéviques soviéto-polonaise de 1919-1921 et hungaro-roumaine de l'été 1919[12]. La mission Berthelot prend fin à l'automne 1919.

Commémoration[modifier | modifier le code]

L'entrée du village « General Berthelot » (ex-Fărcădin) en Roumanie.

Le général Berthelot devient un héros dans la Roumanie d'après-guerre[10]. Plusieurs écoles et voies publiques portent son nom et un village est même rebaptisé en General Berthelot, où le gouvernement roumain lui offre une grande propriété confisquée à la famille Nopcsa, aristocrates austro-hongrois, située dans le village transylvain de Fărcădin[10]. Le régime communiste roumain (-) les débaptise et laisse sa villa à l'abandon. Après la libération de 1989, les noms sont rétablis et, en 2008, sa villa et ses dépendances sont restaurées et abritent désormais le Centre de développement durable du pays de Hațeg.

Art[modifier | modifier le code]

Le peintre et graveur Henri Farge faisait partie en tant qu'officier de la mission Berthelot qui lui a inspiré un ensemble de gravures et de lavis réunis sous le titre La Roumanie douloureuse - Souvenirs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Poulle, « La Roumanie dans la Grande Guerre et l'effondrement de l'armée russe : édition critique des rapports du général Berthelot, chef de la mission militaire française en Roumanie, 1916-1918, par Jean-Noël Grandhomme, Michel Roucaud et Thierry Sarmant [note bibliographique] », Bibliothèque de l'école des chartes,‎ 2001, tome 159, livraison 2, p. 688-690 (lire en ligne).
  2. a b et c [Mission Berthelot] Jean-Claude Demory, Stéphane Ferrard, Louis Klein, Cédric Neau et Serge Zeyons, Encyclopédie de la Première Guerre mondiale, Paris, éditions du Chêne - E/P/A - Hachette livres, (1re éd. 2008), « Campagne de Roumanie », p. 179.
  3. (en) Michael B. Barrett, Prelude to Blitzkrieg: The 1916 Austro-German Campaign in Romania, Indiana University Press, coll. « Twentieth-Century Battles », , 425 p. (ISBN 0253008700, lire en ligne), p. 164.
  4. a et b Jean-Noël Grandhomme, « Préface », dans Jean Champetier de Ribes Christofle, Journal - Mission en Roumanie, Éditions d'Amicie, (ISBN 9782956496007), p. 10.
  5. a b c d et e Petre Otu, « L’influence de la doctrine militaire française sur l’évolution de l’armée roumaine (1878-1940) », sur Revue historique des armées, (consulté le 21 décembre 2015).
  6. (ro) Robert Manea, « Am zburat pentru România Mare. Memoriile unor aviatori români care au luptat în Primul Război Mondial », sur editiadedimineata.ro (consulté le 10 septembre 2018).
  7. a et b « [Il y a cent ans, la Grande guerre] Fin de mission en Roumanie », sur lepopulaire.fr, (consulté le 2 juin 2018).
  8. « Le caveau militaire français de Iași », sur La France en Roumanie - Ambassade de France à Bucarest, (consulté le 29 mai 2018).
  9. « Conférence de Dana Baran », sur lamaisonroumaine.org (consulté le 2 juin 2018).
  10. a b et c Jean-Noël Grandhomme, « La mémoire roumaine de la mission Berthelot (1918-2007) », Guerres mondiales et conflits contemporains, vol. 4, no 228,‎ , p. 23-35 (DOI 10.3917/gmcc.228.0023, lire en ligne).
  11. (ro) Ion Nistor, Istoria Basarabiei, Bucarest, Humanitas, (ISBN 973-28-0283-9), p. 278-285.
  12. La 8e division roumaine des généraux Jacob Zadik et Nicolae Petala et la 4e division polonaise du général Kraliczek prennent donc position en Pocutie, tout en déclarant qu'elles n'intervenaient pas contre la République populaire d’Ukraine occidentale (qui n'en sera pas moins annexée par la Pologne en 1921) : Philippe Henri Blasen, (de) « Pocuce, injuste prius detractum, recepit… Rumänische Ansprüche auf die südostgalizische Gegend Pokutien ? » dans (ro) Analele Bucovinei, 1/2014, et Tomasz Schramm, (pl) Francuskie misje wojskowe w państwach Europy Środkowej 1919–1938, Poznań, 1987.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Noël Grandhomme, Michel Roucaud et Thierry Sarmant (préf. André Bach), La Roumanie dans la Grande Guerre et l'effondrement de l'armée russe : édition critique des rapports du général Berthelot, chef de la mission militaire française en Roumanie, 1916-1918, Paris, L'Harmattan, , 461 p..