Armée polonaise de l'Ouest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Armée polonaise de l'Ouest
Image illustrative de l’article Armée polonaise de l'Ouest

Création 1939
Dissolution 1947
Pays Pologne
Allégeance Flag of Poland.svg Gouvernement polonais en exil
Effectif 200 000
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles Bataille de Narvik
Bataille de France
Bataille d'Angleterre
Guerre du désert
Siège de Tobrouk
Raid de Dieppe
Campagne d'Italie
Bataille de Monte Cassino
Prise d’Ancône
Bataille de Normandie
Poche de Falaise
Opération Market Garden
Bataille de l'Escaut
Prise de Bologne
Prise de Wilhelmshaven
Commandant historique

L’Armée Polonaise de l'Ouest (en polonais: Polskie Siły Zbrojne na Zachodzie ou PSZZ) est l’ensemble des unités des Forces armées polonaises qui combattirent sur des terres étrangères aux côtés des Alliés contre l’Allemagne nazie et ses alliés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la défaite et l’occupation germano-soviétique de la Pologne dès et en vertu de l'accord conclu le entre les états-majors polonais et français, ces forces armées se sont d’abord formées en France. Elles soulignèrent la continuité de l’État polonais et son engagement dans la guerre et elles sont mises à contribution lors de l'opération alliée sur Narvik et lors de la bataille de France.

Après l’armistice français du 22 juin 1940, que le général Sikorski, le premier ministre et le chef de l'armée polonais n'accepte pas, des unités polonaises sont évacuées et réorganisées en Grande-Bretagne où s'est établi le gouvernement polonais en exil.

Composée de représentants de l’armée de terre, de l’aviation et de la marine, cette armée atteignit des effectifs de près de 250 000 hommes. Elle formera, après les Américains, les Britanniques et les Canadiens, la quatrième armée alliée à l'ouest et participa à la bataille de France, la bataille d'Angleterre, au débarquement allié en Afrique du Nord, en Normandie et en Italie.

Création[modifier | modifier le code]

En France, toutes les unités opérationnelles de l'Armée polonaise sont fortes de 80 000 hommes. L'Armée polonaise combat en tant qu'armée alliée dirigée par lé général Sikorski qui assume aussi la fonction de chef du gouvernement polonais. À la campagne de France participent :

  • 1re Division Polonaise de Grenadier. Elle fut affectée au 20e Corps d'Armée dans la région de Lunéville où elle couvrit la retraite de ce Corps en livrant de violents combats qui durèrent jusqu’au ,
  • 2e Division Polonaise de Chasseurs divisions d'infanterie. Elle fut affectée au 45e Corps d'Armée pour participer à la défense de la trouée de Belfort. Prises à revers et enfermé dans la grande boucle du Doubs, elle fit face jusqu'au , puis se retrouva coupée de sa base arrière et à court de munitions.
  • la 10e Brigade de cavalerie blindée. Elle fut engagée dans la région d’Épernay où elle reçut l'ordre de couvrir le repli de la 45e Division d’infanterie. Elle mena combat jusqu'au .
  • la 1re Brigade du Nord (Podhale), la Brigade autonome de chasseurs de Podhale. Cette dernière sera engagée dans la bataille de Narvik.
  • Les 3e et 4e divisions d'infanterie terminaient leur formation, néanmoins la 3e a pris positions aux côtés de la 1re Brigade Polonaise du Nord dans la région de Couesnon.
  • Deux groupes de chasse, plus plusieurs « patrouilles polonaises » intégrées dans des GC français, soit 86 avions et 8 000 hommes. L'aviation polonaise a été engagée dès le jusqu'au . Elle abattit 52 avions allemands.

Au Liban sous protectorat français :


Après la défaite de la France, seule une petite partie de militaires polonais, environ 18 000 soldats, parvint à être évacuée vers la Grande-Bretagne, le reste fut démantelé, des soldats furent emprisonnés ou internés. Cette partie considérable des forces armées qui resta en zone libre, constitua le cadre de la future Résistance polonaise.

Après l'armistice[modifier | modifier le code]

Contribution militaire[modifier | modifier le code]

Les premiers Polonais à s'illustrer sur les fronts de l'Ouest sont les aviateurs des nombreuses escadrilles, formées exclusivement de pilotes polonais au sein de la RAF, qui contribueront de manière décisive à la bataille d'Angleterre : la plus fameuse escadrille polonaise est la 303e escadrille Tadeusz-Kościuszko. Les pilotes polonais expérimentés constitueront un exceptionnel vivier dans lequel puisera la RAF pour renforcer ses effectifs. Quatorze autres escadrilles polonaises prendront part à tous les combats de la RAF en Europe. Cinq escadrilles polonaises de la RAF prendront une part active à la couverture aérienne du raid sur Dieppe.

La marine polonaise participa à l'évacuation vers le Royaume-Uni des troupes alliées (Opération Ariel), puis à la protection des convois alliés traversant l'Atlantique entre les États-Unis et le Royaume-Uni. Plusieurs destroyers de la marine polonaise participeront aux débarquements d'Italie, de Dieppe (1), de Normandie (3) et de Provence. Certains d'entre eux (ORP Burza notamment) convoieront vers le Royaume-Uni les militaires polonais évadés parvenus à la base navale polonaise de Gibraltar.

Les forces terrestres constituent l'essentiel de l'effort de guerre polonais.

Le renseignement polonais durant la Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La contribution des forces polonaises prit également des formes plus discrètes que des unités constituées, voire secrètes.

  • Décryptage : le décryptage d'Enigma fut rendu possible grâce aux travaux entrepris depuis 1933 par le Biuro Szyfrów (Bureau du Chiffre). Les cryptologues polonais prirent une part significative aux activités du PC Bruno. Ils poursuivirent ces travaux qui contribuèrent au montage de l'opération Ultra.
  • Renseignement : environ 43 % des informations parvenues aux services de renseignement britanniques étaient d’origine polonaise.

Plusieurs "sections" de l’état-major général polonais étaient dédiées aux opérations clandestines :

  • la 2e section (Oddział II Sztabu Naczelnego Wodza) avait pour mission le renseignement militaire,
  • la 3e section (Oddział III Sztabu Naczelnego Wodza) avait pour mission de planifier et d’organiser les opérations en Pologne des agents dits ‘Cichociemni’,
  • la 6e section (Oddział VI Sztabu Naczelnego Wodza) était consacrée aux opérations spéciales sur le Continent (section commandée par le major Tadeusz Szumowski (pl)). Cette dernière section était chargée d’entraîner et de former les futurs agents, non seulement polonais, mais, également, d’autres nationalités (SOE et Cichociemni). Elle opérait en liaison avec le SOE (lieutenant-colonel Ronald Hazell).

Une des ressources mises à la disposition des Alliés pour entraîner les agents spéciaux fut l’école de parachutisme de la 1re Brigade parachutiste polonaise. Cette dernière, située à Largo[2] (Écosse), entraîna et breveta des SOE polonais et étrangers, des Cichociemni et, en 1942-1943, des parachutistes français des futurs 3 et 4 SAS Regiments.

Outre les brevets attribués aux paras polonais, la brigade parachutiste polonaise breveta 488 membres des forces alliées[3] dont :

  • 244 Français (de l'infanterie de l'air - futurs SAS, agents du BCRA et de la section F du SOE)
  • 168 Britanniques
  • 69 Belges
  • 4 Néerlandais
  • 3 Américains
  • 2 Tchèques

Dénouement[modifier | modifier le code]

L’Armée Polonaise de l’Ouest, prenant la relève à l’Armée polonaise défaite lors de la campagne de 1939, a assuré la continuité du combat des forces polonaises (terre, air, mer) du au .

Le , la Pologne, se retrouve théoriquement dans le camp des vainqueurs. Elle a été l’adversaire de la première heure de l’Allemagne nazie, a fourni un effort de guerre considérable par le nombre de combattants mobilisés relativement à sa situation particulièrement difficile, et ainsi contribué à la victoire contre le régime hitlérien. Néanmoins, dans les faits, la guerre se solde par une défaite pour la Pologne, puisqu'elle perd sa souveraineté et une partie de ses territoires au profit d'un nouvel occupant soviétique. En conséquence, l'Armée Polonaise de l'Ouest ne fut pas invitée à participer au Défilé de la Victoire le à Londres.

Elle fut finalement dissoute en 1947. Beaucoup de ses membres choisirent l'exil plutôt que le retour dans une Pologne désormais communiste.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les forces armées polonaises à l'Ouest » (consulté le 9 novembre 2019)
  2. (en) « Upper Largo », sur East Neuk Wide (consulté le 8 août 1958)
  3. « Les Fusiliers Commandos de l'Air : Parachutistes des Forces Françaises Libres », sur www.commando-air.fr (consulté le 9 novembre 2019)
  • Plaquette rédigée en 2005 par l'Association des anciens combattants polonais en France (sous la direction de Janusz Zieliński) pour l'exposition Les Polonais sur les fronts de la IIe Guerre mondiale, à la mairie du 15e arrondissement de Paris.

Liens externes[modifier | modifier le code]