Place des Jacobins (Le Mans)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Place des Jacobins.
Place des Jacobins
Image illustrative de l'article Place des Jacobins (Le Mans)
Place des Jacobins avec l'Espace Culturel "Les Quinconces" et le tramway
Situation
Coordonnées 48° 00′ 30″ nord, 0° 11′ 58″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Le Mans
Quartier(s) Jacobins
Tenant Rue du 33e Mobile
Aboutissant Rue Wilbur-Wright
Morphologie
Type Place semi-fermée
Forme Carré
Histoire
Création 1791
Anciens noms Place de la Promenade / Place du Marché-aux-Bœufs / Place de la Butte-aux-canons
Monuments Cathédrale - Jet d'Eau

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Place des Jacobins

Géolocalisation sur la carte : Le Mans

(Voir situation sur carte : Le Mans)
Place des Jacobins

La place des Jacobins est l'une des plus importantes du Mans, préfecture du département français de la Sarthe[1]. Située en contrebas de la Cathédrale Saint-Julien[2], elle est limitée à l'est par l'Espace Culturel des Jacobins (y était implanté jusqu'en 2009 le théâtre municipal, aujourd'hui détruit[3]) et au sud par une Cité judiciaire créée à la fin des années 1980. Du couvent des Jacobins, auquel elle doit son nom, il ne reste que les Quinconces[4]. Ce fut probablement le premier lieu habité de la ville, avant même le vieux Mans[5] et le forum romain, actuelle place Saint-Michel.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine[modifier | modifier le code]

Le jardin des Quinconces du Mans où des fouilles ont été entreprises pour redécouvrir des traces de la cité gallo-romaine.

Initialement, c'était un vallon, appelé symboliquement « vallon d'Isaac » où, au Moyen Âge coulait un ruisseau, mince bras de la Sarthe toute proche dont on a, de nos jours, dévié le cours dans les égouts.

Dès l'époque gallo-romaine[6] comme ont pu le prouver les fouilles des années 1980 lors de la création de la cité judiciaire et du parking de l'Étoile, le site était habité. La première occupation gauloise aurait comporté des constructions en bois et en terre dont les restes ont été retrouvés au fond de l'ancien vallon. Puis, sous le règne de Claude, entre 41 et 54 de notre ère, on effectua des travaux de remblai et déblai pour l'aménagement de thermes publics, à l'emplacement actuel des sous-sols de l'École des beaux-arts. Ces découvertes témoignent de la romanisation de la ville par un effort d'aménagement de l'espace naturel[7].

Construction d'un amphithéâtre gallo-romain[modifier | modifier le code]

Reconstitution archéologique du Mans

De l'époque gallo-romaine subsiste un important vestige sous le forme d'un amphithéâtre sur lequel nous possédons peu d'informations vraiment fiables. Son existence, si elle n'est pas spéculative, n'a d'abord été que le résultat d'une supposition ébauchée sous la Révolution avant sa disparition totale en 1833. On estime que le bâtiment faisait entre 100 et 110 mètres de diamètre, sans que nous sachions avec certitude si les gradins étaient disposés en cercle complet ou en demi-cercle. En outre, l'identification même de l'édifice pose problème. Le Courrier patriote du a prématurément parlé d'amphithéâtre, alors que l'édifice ressemblait davantage à une véritable arène[8]. De fait, les dénominations des rues alentour conservées depuis des décennies sont assez révélatrices : rue du Cirque, rue des Gladiateurs… La multiplication de plans et de croquis réalisés depuis la fin du XVIIIe siècle ont fait perdre jusqu'à aujourd'hui le véritable plan du site. Cependant, l'étagement naturel se prêtait sans aucun doute à un tel type de construction[7].

Aménagements religieux du Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La cathédrale Saint-Julien du Mans vue depuis le sud de la place des Jacobins.

Le testament rédigé en latin d'un certain abbé Bertrand, daté de 616, signale bien la présence d'arènes non loin d'un champ de vignes : « Viniolas secus arenas[9] ». De fait, le site restera longtemps un vignoble, situé en contrebas sur une bute du vallon créée en même temps que les remparts au moment de la fortification. La conséquence de cette édification sera préjudiciable à l'expansion de la ville, intramuros difficilement expansible. Cependant, l'ensemble de l'actuelle place des Jacobins est occupé par la vigne irriguée par un ruisseau et par quelques cultures que permet un sol marécageux.

La Cathédrale Saint-Julien, célèbre pour son chœur gothique, construite à partir de 1090, est consacrée en avril 1254. Il a fallu pratiquer une brèche dans la muraille à l'occasion de son édification. On construit des couvents dès la fondation des ordres mendiants : le couvent des Jacobins[10] à l'est de la place en 1219 et le couvent des Cordeliers[11] en 1231. Ils contiennent des jardins et des vignes réparties dans l'enceinte de leurs clôtures.

Tout à l'est, à l'extrémité sud des murailles, se dressait le château bâti par Guillaume le Conquérant à partir de 1063 afin de protéger l'entrée nord de la ville. Le château est construit à partir d'une grosse tour appelée Orbrindelle ou Grosse tour à l'est de la cathédrale. Le système de fortification du château et notamment l'achèvement de la porte défensive se situe aux alentours de 1425, au moment du siège de la ville. En 1475, la grosse tour ne possède pas moins de trois ponts levis pour la protéger. On prolonge les remparts au nord-ouest de la place actuelle, au début de la guerre de Cent Ans pour protéger les différents bâtiments épiscopaux proches de la Cathédrale. La tour du forgeur élevée entre 1354 et 1356 existe toujours. Sa pendante, la tour des Cordeliers, montée en 1417 a disparu. L'actuelle place des jacobins devient alors un rempart contre un éventuel assaillant. On détruit des maisons pour creuser des tranchées.

La place perdra alors progressivement son caractère défensif après la défaite de 1425[12]. L'église Saint-Ouen est détruite et la place laissée vacante entre les portes de la ville et les couvents sert pour les fêtes populaires et religieuses. Deux événements marquants en témoignent : la grande procession de 1491 et la béatification de Pie V en 1713. La place des jacobins devient donc le centre de la vie sociale mancelle. Le château sera détruit en février 1617 sur ordre du comte d'Auvergne.

Les prémices[modifier | modifier le code]

Le moine franciscain Olivier Maillard fait combler le vallon qui subsistait entre le couvent des Jacobins et les murs d'enceinte. Il est probablement le premier à tirer parti de l'espace ainsi gagné qu'il utilise lors de sa prédication de juillet 1490. L'expérience s'avérant concluante, la foule sera de nouveau rassemblée pour la fête de la Nativité en 1539 et pour la représentation d'un drame religieux : Le Miracle de Théophile. Ce dernier événement a d'autant plus marqué les esprits que les cloches de la cathédrale, pour la première fois de leur existence, sont restées muettes pour ne pas déranger le spectacle. L'histoire ne fait état d'aucune autre représentation.

Le remblai est supprimé en 1589 par les Ligueurs, dans le but d'améliorer les défenses de la ville. Ils font creuser des fossés afin d'assurer la protection des nouvelles pièces d'artillerie. Étienne Martellange dresse un plan des lieux en 1624. À défaut de l'original, il est parvenu jusqu'à nous sous la forme d'une copie gravée exécutée au XVIIIe siècle. En 1687, on aplanit la partie occidentale devant les couvents pour la transformer en marché mais malgré les travaux effectués en 1689, on préférera l'installer un peu plus en contrebas, sur l'actuelle place de l'Éperon.

Mgr Louis de La Vergne-Montenard de Tressan 1670-1733 aménage un mail planté de quatre rangs d'ormeaux, fait abaisser la muraille et pratiquer une porte cochère afin d'obtenir une sortie directe de son évêché sur ce qui est alors la « promenade des Jacobins ». Sur l'actuelle place du jet d'eau, se situait un jardin clos appartenant au Chapitre. Les premiers espaces verts apparaissent au XVIIe siècle parallèlement à l'aménagement de la place des jacobins et de celle de l'Éperon, formant un débouché direct de la muraille sud-ouest.

Une naissance républicaine[modifier | modifier le code]

Place du Jet d'eau au nord.

La place naît sous la Révolution. Dès 1790, on veut détruire le grand mail qui occupe l'espace. C'est ainsi que Louis Bruyère[13], tout jeune diplômé des ponts et chaussées fait ses classes au Mans[14]. La mise en vente des biens du clergé pour renflouer les caisses de l'État arrange les affaires du sous-ingénieur. La ville acquiert les deux couvents et commence l'aménagement de promenades. Bruyère en a la charge sous l'autorité de la ville et du nouveau conseil départemental, appelé assemblée départementale. Dès le , juste après l'autorisation officielle, il se met au travail. Le jeune promu des ponts et chaussées, véritable penseur des Quinconces des Jacobins, réalise des nivellements sur 4 hauteurs prenant comme base basse le fond de l'ancien « vallon d'Isaac ». Tout autour, il dispose de multiples rangées d'arbres. Cet embellissement est d'autant mieux perçu qu'il répond à la crise économique que subit la jeune république. Dès le , la ville engage 200 ouvriers. Les salaires sont fixés entre 8 et 10 sols. Les travaux sont interrompus en 1793 à cause de la guerre et des insurrections vendéennes qui touchent la ville.

La place des jacobins restera définitivement marquée par le massacre de toutes les captives vendéennes à la suite de la reprise de la ville le 13 décembre par les troupes de Westermann[15]. On attribue le carnage à un certain Pierre Potier de la Morandière[16] (), alors maire du Mans. Ce bourreau fit tirer sur une trentaine de femmes et d'enfants après les avoir fait déshabiller, rouer de coups et parfois torturer. Ces femmes avaient été ramenées de Bonnétable et la tuerie a été commandée en guise de représailles après que l'une des prisonnières a dégainé et tenté d'atteindre un hussard. Les troupes républicaines se sont alors laissées déborder par un peuple manceau rempli de haine. Après le massacre, on a creusé une fosse commune au pied des murs d'enceinte. En réalité, des fouilles ont prouvé l'existence de quelque 2 000 cadavres répartis en 90 tombereaux, c'est-à-dire bien au-delà du nombre de victimes du 13 décembre[17]. Enterrés trop près de la surface dans des conditions d'hygiène épouvantable, les corps n'ayant pas été consumés par la chaux, les bactéries se sont rapidement multiplié et propagé, ce qui causera une énorme épidémie[18]. On a retiré ensuite les dépouilles du puits des Jacobins et des fosses des Promenades.

Le centre d'un quartier[modifier | modifier le code]

Statue représentant le vol d'Icare en hommage à Wilbur Wright. La statue a été déplacée à l'arrivée du tramway, au début des années 2010.

Louis Bruyère démissionne en janvier 1793. Sa carrière se poursuivra à Paris avec brio. Son œuvre dans la cité des Plantagenêts ne sera achevée que sous l'Empire avec la démolition totale du couvent des Jacobins en 1808. L'espace libéré dès 1794 était entièrement tourné vers le commerce et tout spécialement le marché aux bestiaux. La partie centrale de la place que l'on connaît aujourd'hui prit alors le nom de « place du Marché-aux-Bœufs ».

C'est également dans ce tournant de siècles que s'installe la première grande bourgeoisie moderne du Mans. Aux alentours de la promenade sont construites de luxueuses demeures. Les actuelles rue Bruyère, rue du 33e Mobile, rue des Arènes ou rue du Cirque voient fleurir de petits pavillons. Naît le nouveau quartier bourgeois d'abord dit « des Promenades » puis des « Jacobins ».

Au XIXe siècle et au début du XXe siècle, le quartier des Jacobins constitue le nouveau centre économique de la ville dans une période où ruralité et industrie vont se côtoyer pour plusieurs décennies. L'historien Joseph Guilleux, comme beaucoup d'autres, voit dans cette place le « troisième pôle de la ville » après la vieille ville et la place des Halles (actuelle République). Mise à contribution dans une dynamique commerciale et comme symbole de la cité, la place offre au promeneur le spectacle magnifique de la cathédrale Saint-Julien, son joyau, trésor de la cité tout entière.

Dès la fin du XIXe siècle et tout au long du XXe siècle, les municipalités successives vont faire de la place des jacobins un espace privilégié pour des événements divers et variés. S'y tiendra l'exposition internationale de 1911[19] ainsi que l'exposition coloniale de 1931[20]. On y accueillera triomphalement les soldats américains lors des Première et Deuxième Guerres mondiales[21]. Dans un autre registre, l'une des festivités les plus populaires de la ville, après les 24 Heures du Mans, sera longtemps les 4 jours du Mans, à la fois fête foraine, foire et spectacles de haute qualité en soirée se terminant parfois par un feu d'artifice[22].

Une statue érigée à la gloire de Wilbur Wright ( - 30 mai 1912) par Paul Landowski en 1920[23] rappelle les premiers vols de l'un des deux pionniers américains de l'aviation, effectués à bord du Flyer Model A en août 1908 aux Hunaudières et au Camp d'Auvours, à Champagné (Sarthe) le . La statue d'Icare qui commémorait l'événement a été déplacée et a été réinstallée à proximité du port.

Dans la seconde moitié du XXe siècle en même temps que le Vieux-Mans s'assagissait et s'embourgeoisait, la place des Jacobins cèdait son caractère festif aux impératifs administratifs avec la construction d'une Cité judiciaire.

Les municipales de 2008 n'ont étrangement pas échappé à cette multitude de restructurations urbaines avec la destruction du théâtre des Jacobins, remplacé par un multiplexe « Opéra-Théâtre-Cinéma Gaumont&Pathé ».

Une nouvelle place en 2013[modifier | modifier le code]

Le , le permis de construire était signé pour un « Espace culturel Jacobins » en remplacement du théâtre municipal détruit en décembre 2009, dont on a gardé les sept statues de bronze doré d'André Bizette-Lindet. Mis en service en 2013, le futur équipement accueille un nouveau théâtre (822 places), des salles de cinéma (11 salles ; 2100 places), un espace polyvalent de 305 m2, une salle de répétition de 300 m2, un lieu d'exposition de surface équivalente et un parking souterrain de 610 places.

Le jeudi une représentante de l'agence d'urbanisme Richez présentait les projets d'aménagement de la place des jacobins aux élus du Mans Métropole réunis en conseil.

Les travaux d'aménagement de la nouvelle place se sont achevés en fin octobre 2013. La place est traversée par la ligne T2 du tramway qui, en partant de la Préfecture via la ligne T1, va et s'arrête aux Jacobins, à l'avenue de Paderborn, Bellevue, les Hauts de Coulaines. Outre la création de deux esplanades pour atténuer la pente naturelle de la place, la maison Richez s'est engagée à mettre en valeur la cathédrale, le futur espace culturel et à conserver les marchés de plein-vent traditionnels.

Évènements[modifier | modifier le code]

La cathédrale Saint-Julien et le Théâtre du Mans au début du siècle lors du passage d'un tramway

Parmi les évènements locaux d'une certaine importance on retiendra :

  • Les événements militaires

Les compagnies de la Garde nationale se réunissaient sur la place au XIXe siècle. Les revues s'y sont déroulées tout au long du Second Empire et de la Troisième République. Charles Suan a immortalisé la revue de 1848 avec une huile sur toile, aujourd'hui propriété des musées du Mans.

Les prises d'armes de la cérémonie du 14 juillet se sont déroulées dès 1880. La dernière revue de troupes a été effectuée le .

On a opéré la mobilisation des deux guerres mondiales sur la place occupée à l'automne 1914 par des véhicules anglais pour la circonstance.

  • Les événements sportifs

La YMCA a organisé des matchs de boxe aux alentours de la Première Guerre mondiale.

Le la grande arrivée de la course vélocipédique Paris-Le Mans eut lieu sur la place.

De nos jours, les 24 Heures du Mans automobiles occupent la place une fois par an pendant plusieurs jours. Outre le pesage des véhicules[24], des défilés et présentations se succèdent pendant une semaine devant des milliers de spectateurs.

  • Les événements politiques

Le , des manifestants manceaux y défendent le mouvement révolutionnaire. Le , le parti socialiste appelle à un des plus grands rassemblements jamais effectués.

Le , le duc de Nemours, fils de Louis-Philippe rend visite aux Manceaux.

Le mardi , quinze jours après la libération du Mans, le général de Gaulle s'adresse aux Manceaux du haut d'un balcon du théâtre municipal.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Pendant tout le XIXe siècle, les maires se sont attachés à aménager autour de la place suffisamment de voies de communications pour permettre des liaisons rapides aux points névralgiques de la ville[25],[26],[27].

Le site sera desservi par une station de Tramway[28] après le nouvel aménagement en projet.

Inauguré le , le tramway manceau[29] doté d'un budget de 290 M€, permet jusqu'à 40 000 personnes de se déplacer chaque jour. Il comporte 23 rames, sur une ligne de 15,1 km dont 10 de coulée verte. Il compte 29 stations nord-sud. Le tramway Citadis est construit par Alstom et géré par la SETRAM[30].

La place est sur la ligne 2 entre Bellevue et « Espal - Arche de la nature » (Terminus)[31]. Cette nouvelle ligne part de la rue de Londres, à Coulaines et rejoins la ligne 1 au niveau de la préfecture. La place est interdite aux voitures.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Histoire de France par les documents, Étude des départements français de la Préhistoire à nos jours, La Sarthe : des origines à nos jours, Collection hexagone, sous la direction de André Lévy, Saint-Jean-d'Angély (9, rue Élysée-Loustalot, 17400), Bordessoules, 1983, 469 p. (ISBN 2-903504-10-5) (notice BnF no FRBNF34720253).
  2. André Mussat, La Cathédrale du Mans, [avec la collaboration de] Roger Barrié, Catherine Brisac, Michèle Ménard, Francis Muel, etc., 188 p., illustré en noir et en couleurs, Paris, Berger-Levrault, 1981. Contient deux pages de bibliographie. (ISBN 2-7013-0426-1).
  3. Ma ville.com, Le Mans et sa région, Article de Stéphane Vernay, « Feu vert pour la création du multiplexe Jacobins »,  ; id., « La destruction du théâtre a commencé », 30 novembre 2009.
  4. Robert Triger, Études historiques et topographiques sur la ville du Mans, quartiers des Jacobins, de l'ancien évêché, de Saint-Vincent, de Tessé, de l'Etoile et des Ursulines..., Le Mans, impr. C. Monnoyer, 1926, In-4° (25 cm) (notice BnF no FRBNF33196412) ;
    Didier Travier, Les Jacobins : urbanisme et sociabilité au Mans, Le Mans, Éditions de la Reinette, 2007, 143 p., (ISBN 978-2-913566-47-7) (notice BnF no FRBNF41036404).
  5. Hervé Guy, Le vieux Mans : la cité Plantagenêt, Marolles-les-Braults, G. Hervé, 2007, 1 vol. (128 p.), illustré en couleur. (ISBN 978-2-9524189-4-2)
  6. Fouilles de mai 2010 interview de Jean-Yves Langlois, adjoint scientifique et technique à l'INRAP.
  7. a et b Ouest-France / Pays de la Loire / Le Mans, Article de Olivier Renault, « Découvertes romaines aux Jacobins : la première rencontre [avec Pierre Chevet, archéologue, responsable du chantier de fouilles des Jacobins pour l'Inrap », 7 décembre 2010 ;
    Pierre Chevet, Maine découvertes 67, dossier « Jacobins », « Fouilles archéologiques au Mans : la vie avant la ville », décembre 2010 ;
    maville.com Le Mans et sa région, Article d'Olivier Renault « À quoi ressemblaient les Jacobins des Romains ? »,  ;
    Pierre Chevet, Maine découvertes 70, nouveau dossier « Jacobins », « Les fouilles archéologiques au Mans : trouvailles imprévues  », octobre 2011.
  8. Le Courrier patriote du département de la Sarthe, Le Mans, mars 1791-février 1792, hebdomadaire, BM du Mans. Les articles du Courrier patriote sont commentés dans l'ouvrage de Christine Peyrard, Les Jacobins de l'Ouest : sociabilité révolutionnaire et formes de politisation dans le Maine et la Basse-Normandie : (1789-1799), Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, 408 p. (ISBN 2-85944-278-2) (notice BnF no FRBNF35844867)
  9. Veterum analectorum, Tomus III, « Complectens acta episcorum cenomannensium : kalendarium ecclesiae Carthaginensis : variasque epistolas : et dissertationes duas de epocha Dagoberti, Opera et studio domni Iohannis Mabillon Presbyteri ac Monachi Ord. S. Benedicti e Congregatione S. Mauri », Paris, Ludovic Billaine, M.DC.LXXXII.
  10. Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Dépôts d'archives départementales, communales et hospitalières. Archives départementales. Sarthe. Notices sur le couvent des Jacobins du Mans, par plusieurs auteurs anonymes. — Six cahiers XVIIe -XVIIIe siècle en liasse. Fonds des Jacobins du Mans ;
    Félicité Legeay, Les Archives de la Sarthe. Le Couvent des Jacobins du Mans, Le Mans, Leguicheux, 1885 (notice BnF no FRBNF34096400)
  11. Plan du couvent des Cordeliers de la ville du Mans, levé et dessiné le 15 avril 1750, [S. l. n. d.] Le Mans - Médiathèque Aragon cote MAINE GF* 1878.
  12. Auguste Vallet de Viriville, Histoire de Charles VII, vol. 2, Éditeur Vve J. Renouard, 1863.
  13. Ce tout jeune ingénieur qui se mit au service de la République, n'est autre que le père de l'ancienne prieure de l'abbaye bénédictine de Solesmes, Mère Cécile Bruyère (1867-1909). Lire Cécile Bruyère, La Vie spirituelle et l’oraison, Éditions de Solesmes ainsi que Guy-Marie Oury, Lumière et force, Éditions de Solesmes.
  14. Robert Triger, Les travaux publiés au Mans à l'époque de la Révolution, et l'ingénieur Bruyère. Promenades du Greffier et des Jacobins, place des Halles, avenues de la ville, routes et ponts, Mamers, G. Fleury et A. Dangin ; Le Mans, Pellechat, 1896. Le Mans - Médiathèque Aragon cote 3e st MAINE 216.
  15. André Lévy, Les batailles du Mans. Le drame vendéen, éditions Bordessoules, 1993 ;
    Émile Gabory, Les Guerres de Vendée, Robert Laffont, édition de 2009, p. 312-315 ;
    Charles-Louis Chassin, La Vendée Patriote (1793-1800), Tome III, édition Paul Dupont, 1893-1895, p. 412-424 ;
    Victoire de Donnissan de La Rochejaquelein, Mémoires de Madame la marquise de la Rochejaquelein, sixième édition, 1848, p. 377-383 ;
    Jean Tabeur, Paris contre la Province, les guerres de l'Ouest, éditions Economica, 2008, p. 172-173 ;
    Yves Gras, La Guerre de Vendée, éditions Economica, 1994, p. 112-114 ;
    Thierry Trimoreau (sous la direction de) : Massacres au Mans en 1793, éditions Siloë, 2009.
  16. Christine Peyrard présente Pierre, Alexandre, Henry Potier de la Morandière comme descendant d’une famille d’ancienne noblesse ayant fourni nombre de magistrats au Parlement de Paris. Ce « noble dévoyé » sera le « futur leader des Enragés manceaux », op. cit. n. 8, pp. 135-136.
  17. Yves Miserey, « Premières fouilles de charniers de Vendéens », Le Figaro, , d'après le rapport d'Élodie Cabot, anthropologue à l'Inrap.
  18. Fouilles de mai 2010 interview de Sylvie Duchesne, anthropologue à l'INRAP
  19. L'exposition internationale du Mans en 1911.
  20. Jacques Chaussumier, Mon siècle au Mans, Éditions de La Reinette, BP 29011, 21 rue de Portland, 72009 Le Mans cedex 1.
  21. American Expeditionary Forces COLLECTIONS.
  22. Jacques MAURY, maire du Mans, évoque l'organisation des 4 Jours du Mans, foire exposition existant depuis 1929, qui réunit, en cette année 1966, 600 exposants. Les propos de M. MAURY sont illustrés par différents plans des stands de matériels agricoles et électroménagers, Vidéo INA, 7 septembre 1966.
  23. Paul Landowski : un artiste emblématique, « Dossier Wilbur Wright » constitué de la correspondance du sculpteur des au .
  24. 24 heures du Mans : « Episode 6 - La présentation place des Jacobins ! Peugeot aux 24 heures du Mans », avec Olivier Quesnel, directeur, Régis Lefeuvre, responsable technique, Cécile Estenave, responsable de la communication, Franck Montagny, pilote, Philippe Estoup, ostéopathe, 11 juin 2009.
  25. Erhard, Ville du Mans. Rue d'accès à la gare (Document cartographique) : projet de l'administration de la gare à la place des Jacobins par la place des Halles, avec rectification de la rue des Quatre roues, Paris, Erhard , 1860, Le Mans - Médiathèque Aragon cote CP 3 MAN 3-41
  26. Anonyme 1866
  27. Mathurin-Joseph-René Richard, Notice sur le tunnel entre le Pont-Yssoir et la place des Jacobins, au Mans, Le Mans, impr. de E. Monnoyer, 1877, 35 p. (notice BnF no FRBNF31211023).
  28. Maine Découvertes 55, « Le retour du Tramway au Mans », décembre 2007-janvier 2008.
  29. « Association régionale des usagers des transports des Pays de la Loire - FNAUT Pays de la Loire » Spécial TRAM du Mans ! au 21.
  30. « Circuler au Mans », page modifiée le .
  31. Ma ville.com Le Mans et sa région, Article de Patrick Angevin avec un plan de la ligne 2 du tramway manceau,

Bibliographie et médias[modifier | modifier le code]

Écrits sur le sujet[modifier | modifier le code]

  • Anonyme, Réflexions d’un habitant du Mans, sur les projets de rues dites d’accès de la gare, à la place des jacobins et à la place de l’Étoile, Le Mans, Impr. de Beauvais et Vallienne, (notice BnF no FRBNF36485407)
Cette monographie est extraite du Moniteur de l'Ouest.
  • Anonyme, Mémoire sur la nécessité d'un Marché couvert, à construire en remplacement du marché aux Bestiaux sur la place des jacobins, et sur l'utilité d'en confier la construction à la spéculation, à Monsieur le Maire et à Messieurs les membres composant le Conseil municipal de la Ville du Mans, 25 avril 1867 (notice BnF no FRBNF33480282).
  • Albert Guillier, Note sur un sondage exécuté au Mans sur la place des jacobins, Le Mans, impr. de E. Monnoyer, 1869 (notice BnF no FRBNF30559117)
  • Mathurin-Joseph-René Richard, Notice sur le tunnel entre le Pont-Yssoir et la place des jacobins, au Mans, Le Mans, impr. de E. Monnoyer, 1877 (notice BnF no FRBNF31211023)
  • Robert Riger, Le Collège de l'Oratoire au Mans, et les vieilles maisons entre l'Oratoire et l'Abbaye de Saint-Vincent, 22 plans ou dessins dont 14 dessins de M. P. Cordonnier-Détrie, Le Mans, Impr. Ch. Monnoyer, 1925 (notice BnF no FRBNF34119252)
  • Didier Travier, Les Jacobins, urbanisme et sociabilité au Mans, Le Mans, Éditions de la Reinette, 2007 (ISBN 978-2-913566-47-7)
  • Anne Beauchef, Quel projet pour la place des Jacobins ?, jeudi . Anne Beauchef est membre UMP de la Commission finances de la Ville du Mans et de Le Mans Métropole.