Paul Desfarges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Desfarges
Image illustrative de l'article Paul Desfarges
Biographie
Nom de naissance Paul Jacques Marie Desfarges
Naissance
Saint-Étienne (France)
Ordre religieux Compagnie de Jésus
Profession solennelle
Ordination sacerdotale
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par Mgr Ghaleb Bader
Dernier titre ou fonction Archevêque d'Alger
Archevêque d'Alger
Depuis le
Évêque de Constantine et d'Hippone

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Paul Desfarges, né le à Saint-Étienne dans la Loire, est un prélat catholique franco-algérien, et membre de la Compagnie de Jésus. Elevé à la dignité épiscopale, il est entre 2009 et 2016, évêque de Constantine et Hippone en Algérie, il est depuis décembre 2016 l'archevêque nommé d'Alger.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Desfarges arrive en Algérie en 1965 pour effectuer son service militaire. Il enseigne à titre civil dans l'école des Pères Blancs de Ghardaïa, au sud de l'Algérie.

Revenant en France, il décide de devenir jésuite et rejoint le noviciat de la Compagnie de Jésus le . Après ses vœux comme religieux et des études de théologie il est ordonné prêtre le . Il fait profession solennelle le dans la Compagnie de Jésus[1].

Paul Desfarges passe près de trente ans à Constantine, où, entre autres, il enseigne la psychologie à l'université de 1976 à 2006. En 1982, il obtient la nationalité algérienne.

À partir de 2006, il dirige le Centre spirituel de Ben Smen à Alger, tout en étant supérieur de la communauté jésuite d'Alger.

Benoît XVI le nomme évêque de Constantine et Hippone le . Il succède à Mgr Gabriel Piroird qui se retire pour raison d'âge[2].

Il est consacré le , son installation comme évêque de Constantine a lieu le 20 février.

Il est nommé archevêque métropolitain d'Alger le par le pape François[1].

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (it) Salle de presse du Saint-Siège, « Rinunce e nomine », sur press.vatican.va, (consulté le 24 décembre 2016)
  2. (it) Salle de presse du Saint-Siège, « Rinunce e nomine », sur press.vatican.va, (consulté le 24 décembre 2016)