François Varillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Varillon.
François Varillon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux

François Varillon, né le à Bron, près de Lyon, et mort le à Lyon, est un prêtre jésuite français, auteur d'ouvrages de formation et de spiritualité chrétienne ayant connu un grand succès dans les milieux catholiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Varillon grandit dans une famille de la petite bourgeoisie lyonnaise.

En septembre 1923, il vit une expérience mystique en compagnie d'une jeune fille dont il est amoureux, Simone Chevallier ; tous deux se promettent, pour sublimer cette affection, d'entrer en religion en gage de mutuelle fidélité[1]. Son ami Lucien Rebatet, comme lui étudiant à Lyon (et qui raconte avoir un temps été le compagnon de Simone Chevallier), s'inspirera de cet épisode pour développer la matière de son roman Les Deux Étendards, publié en 1951, où il le fait figurer sous les traits de Régis Lanthelme[2].

À vingt-deux ans, François Varillon entre au noviciat jésuite d'Yzeure. Ordonné prêtre le 24 juin 1937, il prononce ses vœux définitifs dans la Compagnie de Jésus le 2 février 1945.

Enseignant et aumônier auprès de lycéens et d'étudiants dans les années 1930, il devient après la Seconde Guerre mondiale aumônier de l'Association catholique de la jeunesse française.

Il donne de nombreuses conférences sur la foi catholique, dont le contenu a été publié à titre posthume sous le titre Joie de croire, Joie de vivre en 1981.

François Varillon a été ami de l'écrivain Paul Claudel, dont il a édité le journal, et « maître spirituel » de René Rémond[réf. nécessaire].

Reconnaissance publique[modifier | modifier le code]

  • À Lyon, une place porte son nom : place du Père-François-Varillon.

Écrits[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Étienne Fouilloux, François Varillon, essai biographique, 2007, Desclée de Brouwer, Paris
  2. Pascal A. Ifri, Les Deux Étendards de Lucien Rebatet, dossier d'un chef-d'œuvre maudit, 2001, L'Âge d'Homme, Lausanne

Autres projets[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Thélot, François Varillon, éveilleur spirituel, Les Éditions de l'Atelier, 2011.
  • Étienne Fouilloux, François Varillon : Essai biographique, DDB, 2007.
  • François Varillon - Traversées d'un croyant, choix de textes présentés par Charles Ehlingerk, Bayard, 2005.
  • Paul Meunier, François Varillon, une spiritualité de la vie chrétienne, éditions du Centurion, 1990.
  • Beauté du monde et souffrance des hommes : Entretiens avec Charles Ehlinger, éditions du Centurion, 1980.
  • Le Colloque François Varillon qui rassemble les contributions de spécialistes de la vie et de l'œuvre du P. François Varillon. 6 conférences, Lyon du 23 au 25 septembre 2005. Disponible en audio sur le site Exultet ou en livre éditions AME.
  • Michel Rondet, Il y a cent ans naissait François Varillon, revue Étvdes , 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]