La Petite Princesse (film, 1995)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Petite Princesse.
La Petite Princesse
Titre original A Little Princess
Réalisation Alfonso Cuarón
Scénario Elizabeth Chandler
Richard LaGravenese
d'après l'œuvre de Frances Hodgson Burnett
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros
Mark Johnson Productions
Baltimore Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Fantastique
Durée 97 minutes
Sortie 1995

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Petite Princesse (A Little Princess) est un film dramatique américain, réalisé par Alfonso Cuarón, sorti en 1995. Il s'agit d'une adaptation cinématographie du roman éponyme de Frances Hodgson Burnett.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Tandis que son père s'engage dans l'armée britannique pour lutter contre les Allemands durant la Première Guerre mondiale, Sara Crewe (Liesel Matthews) est envoyée dans un internat à New York. Sur place, elle entretient des relations très tumultueuses avec Miss Minchin (Eleanor Bron), la sévère directrice qui voit d'un mauvais œil les rêves de princesse de la jeune fille.

Mais voilà que soudain le père de la jeune rêveuse disparaît au combat. Elle se retrouve seule et sans un sou. La sévère et aigrie Miss Minchin la gardera sous son toit à condition qu'elle devienne servante dans la maison. La Petite Princesse n'en est plus une mais ses rêves, bien qu'ils soient presque effacés par ses larmes, la maintiendront en vie jusqu'à ce qu'un événement inattendu se produise...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

En regard du box-office, La Petite Princesse fut bien reçu par la critique. Il obtient 97 % d'avis positifs sur Rotten Tomatoes, sur la base de 32 commentaires collectées, concluant que « Alfonso Cuarón adapte le roman de Frances Hodgson Burnett avec un sens aigu du réalisme magique, recréant vivement le monde de l'enfance vu par les personnages. »[1]. Sur Metacritic, il obtient une note favorable de 83/100, sur la base de 19 commentaires collectées, ce qui lui permet d'obtenir le label « Acclamation universelle »[2].

Le New York Times dépeint le film comme « une vision belle, lumineuse et enchantement enfantine », qui « attire son auditoire dans la réalité d'un conte de fées» et « prend suffisamment de libertés pour réinventer plutôt que pour embaumer l'histoire assidûment aimée de Miss Burnett ».

« De la tête énorme d'une divinité indienne, employée comme un endroit où les histoires sont racontées et les enfants jouent, à la manière agile qu'une larme coule des yeux de Sara à une lettre lue par son père sous la pluie, La Petite Princesse a été conçu, mis en scène et édité avec une grâce spéciale: un film avec moins d'acteurs qu'une série de tableaux élaborés, elle a une éloquence visuelle qui va bien au-delà des limites de son histoire. Pour voir Sara, tourbillonnant dans sa chambre grenier sur une nuit enneigée, exultant les sentiments appelés par une vue évocatrice dans une fenêtre voisine, est de savoir à quel point le film pour enfants peut être émouvant. »

— Janet Maslin, The New York Times, 10 mai 1995[3].

Le Washington Post, qualifie La Petite Princesse comme l'un des « débuts éblouissants » d'Alfonso Cuarón en Amérique du Nord en « recréant avec exquise le monde éphémère de l'enfance, un royaume enchanté où tout semble possible. Contrairement à la plus plupart des mythologies maternelles, le film ne se repose pas sur l'éveil sexuel de l'héroïne, mais plutôt sur le monomythe du héros, décrit par l'érudit Joseph Campbell. Sara, l'enfant adorée et choyée d'un riche veuf britannique, doit passer une série de tests pour découvrir ses forces intérieures. »[4].

Différences avec le roman[modifier | modifier le code]

  • L'histoire se déroule aux alentours des années 1880 et non pendant la Première Guerre mondiale.
  • Dans le livre, le pensionnat de Miss Minchin où le capitaine Crewe place sa fille est à Londres et non à New York.
  • Dans le livre, le capitaine Crewe achète la poupée Émilie à sa fille à Londres le jour de leur séparation tandis que dans le film, il précise qu'il l'a fait venir de Paris.
  • Dans le livre, la mère de Sara est française et n'a jamais fréquenté l’établissement de Miss Minchin.
  • Dans le livre, la mère de Sara ne meurt en lui donnant naissance à elle mais à sa sœur.
  • Dans le livre, Sara a appris à parler français grâce à sa mère qui était française tandis que dans le film, c'est son père qui a vécu à Paris quand il était petit garçon qui lui a appris.
  • À noter que dans le livre comme dans le film en version originale, Sara parle aussi bien anglais que français et elle s'exprime dans cette langue au professeur de français du pensionnat qui s'appelle Monsieur Dufarge et est lui-même français. Tandis que dans la version française, afin de différencier la majeure partie du film en anglais doublée en français des moments où Sara et d'autres personnages parlent français, Monsieur Dufarge renommé Signor Di Fargo devient italien et enseigne sa langue. Sara a donc cette fois appris l'italien par son père qui aurait vécu non plus à Paris mais à Milan lorsqu'il était petit garçon.
  • Dans le livre, Becky n'est pas noire.
  • Dans le livre, le capitaine Crewe meurt de paludisme et sa fortune est investie dans l'exploitation d'une mine de diamants présumée qui s'avère être un échec.
  • Dans le livre, le voisin du pensionnat s'appelle Tom Carrisford et était le compagnon du capitaine Crewe qui avait investi dans la mine avec lui tandis que dans le film, il s'appelle Charles Randolph et est le père de John Randolph qui se trouvait dans la même compagnie que le capitaine Crewe au front en Europe.

Bande originale[modifier | modifier le code]

A Little Princess - Original Motion Picture Soundtrack
Bande originale de Patrick Doyle
Sortie
Durée 49:57
Genre Bande originale de film
Musique classique
Musiques du monde
Format CD
Compositeur Patrick Doyle
Producteur Patrick Doyle
Label Varèse Sarabande

Albums de Patrick Doyle

La bande originale du film est composée par Patrick Doyle. Elle comprend 25 chansons et trois instrumentales, qui furent composés par des solistes.

No Titre Interprètes Durée
1. Ramayana: A Morning Raga 2:03
2. Children Running 0:53
3. Cristina Elisa Waltz 3:03
4. The Miss Minchin School for Girls 1:40
5. Knowing You by Heart 2:32
6. Breakfast 0:55
7. Letter to Papa 1:38
8. Angel Wings 1:07
9. False Hope 2:05
10. The Trenches 1:00
11. Crewe and the Soldier 1:22
12. Alone 1:07
13. The Attic 2:05
14. The Trenches Catherine Hopper 1:00
15. The Shawl 0:54
16. Tyger Tyger 0:32
17. Compassion 0:37
18. For the Princess 1:38
19. Kindle My Heart Abigail Doyle 3:00
20. The Locket Hunt 3:02
21. Midnight Tiptoe 1:13
22. I Am a Princess 1:14
23. Just Make Believe 1:33
24. Touched by an Angel 1:43
25. Emilia Elopes 1:38
26. The Escape 2:58
27. Papa! 2:32
28. Kindle My Heart Liesel Matthews 4:19
49:57

Distinctions[modifier | modifier le code]

Date Distinction Catégorie Nom Résultat
1995 Awards Circuit Community Awards Meilleur direction artistique Bo Welch, Cheryl Carasik Nomination
Meilleurs costumes Judianna Makovsky Nomination
Los Angeles Film Critics Association Awards Meilleur film La Petite Princesse
2e place
Meilleure direction artistique Bo Welch Lauréat
Meilleure musique Patrick Doyle Lauréat
Prix du New Generation Award Alfonso Cuarón Lauréat
1996 Oscars du cinéma Meilleure direction artistique Bo Welch, Cheryl Carasik Nomination
Meilleure photographie Emmanuel Lubezki Nomination
Young Artist Award Meilleur film familial dramatique La Petite Princesse Nomination
Meilleure jeune actrice dans un rôle principal Vanessa Lee Chester, Liesel Matthews Nomination

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« A Little Princess (1995) », sur Rotten Tomatoes
  2. (en)« A Little Princess », sur Metacritic
  3. (en)Janet Maslin, « FILM REVIEW; Fairy Tale Doing a Child's Job: Reveling in Exuberant Play », sur The New York Times,
  4. (en)Rita Kempley, « ‘A Little Princess’ (G) », sur The Washington Post,

Liens externes[modifier | modifier le code]