Patrick Pouyanné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Patrick Pouyanné
Image dans Infobox.
Patrick Pouyanné en 2017.
Fonctions
Président-directeur général de TotalEnergies
depuis
Directeur général et président du comité exécutif de Total
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinction

Patrick Jean Pouyanné[1], né le au Petit-Quevilly[2],[3] (Seine-Maritime), est un chef d'entreprise français. Il est président-directeur général du groupe TotalEnergies depuis décembre 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Patrick Pouyanné naît en Seine-Maritime puis passe une partie de sa jeunesse à Bayonne, où son père est directeur régional des douanes[4].

Après des études secondaires à Saint-Jean-de-Luz et des classes préparatoires au lycée Montaigne (Bordeaux)[5], à vingt ans, il entre à l'École polytechnique[6],[7],[8], où il obtient le diplôme d'ingénieur en 1986. Occupant la onzième place du classement de sortie[9], ceci lui permet de choisir de poursuivre sa scolarité en tant qu’ingénieur-élève des Mines de Paris puis d’intégrer le corps des mines.

Carrière[modifier | modifier le code]

Jeune diplômé[modifier | modifier le code]

Il effectue une première expérience professionnelle en 1986 dans l'Aisne dans l'entreprise de chips Vico. Il rejoint ensuite l'année suivante une branche de la BNP de Londres jusqu'en 1989 où il co-dirige la Direction Générale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement du Nord pas de Calais, jusqu'aux années 90[10].

Dans la fonction publique[modifier | modifier le code]

Patrick Pouyanné commence sa carrière en 1989 au ministère de l'Industrie et dans des cabinets ministériels. En 1993, il devient conseiller technique d'Édouard Balladur, alors Premier ministre de cohabitation, jusqu'en 1995 où il est nommé conseiller technique pour l'environnement et l'industrie, toujours auprès d'Édouard Balladur. Entre 1995 et 1996, il est directeur de cabinet du ministre François Fillon[a]. Avec ce dernier, il gère, entre autres, le dossier France Télécom et son évolution en société anonyme.

Chez Elf puis Total[modifier | modifier le code]

En , il rejoint la compagnie pétrolière Elf en tant que secrétaire général de la filiale angolaise. Deux ans plus tard, il est nommé au sein de la direction de la branche « exploration-production » du Qatar[11].

En 2000, le groupe Total, alors dirigé par Thierry Desmarest, absorbe le groupe Elf : Patrick Pouyanné reste dans le nouveau groupe pétrolier français ainsi constitué, qui se trouve désormais parmi les dix premiers mondiaux. Dans la branche exploration-production de Total, il devient directeur « finances-économie-informatique » en puis directeur « stratégie-croissance-recherche » en .

En , il entre au comité directeur du groupe. Il est nommé directeur général adjoint « chimie et pétrochimie » en . Il entre au comité exécutif en en étant nommé directeur général de la branche « raffinage-chimie ».

Le , à la suite de la mort accidentelle de Christophe de Margerie, président-directeur général du groupe, il est décidé de séparer les fonctions de « président du conseil d’administration » et de « directeur général » : Patrick Pouyanné est nommé directeur général et devient simultanément président du comité exécutif de Total, tandis que Thierry Desmarest, alors président d’honneur du groupe, est rappelé pour occuper le poste de président par intérim.

Le , Patrick Pouyanné est élu membre du conseil d'administration de Total[12]. À l'issue de la réunion du conseil d'administration du , il est nommé président du conseil d’administration[13] et, conservant ses fonctions de directeur général, devient ainsi président-directeur général du groupe Total.

Malgré l'effondrement des prix du pétrole, il engrange plusieurs succès : en 2017, Total est la première compagnie pétrolière à revenir en Iran, l'entreprise investit également dans les énergies vertes en rachetant 23 % du groupe Eren, elle signe la plus grande acquisition depuis Elf Aquitaine en 1999 en prenant le contrôle de Maersk Oil (en)[14], et son bénéfice de 2016 se porte à 5 milliards d'euros[15].

Controverses et polémiques[modifier | modifier le code]

En 2018, Patrick Pouyanné choisit d'assister, contrairement à d'autres grands patrons et à des personnalités politiques, au forum économique de Riyad au moment où l'Arabie saoudite est fortement soupçonnée d'avoir commandité l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi[16].

Fin , il annonce vouloir augmenter significativement le dividende versé aux actionnaires de Total. L'augmentation annuelle sera de l'ordre de 5 ou 6 % contre 3 % auparavant[17].

Lors d'une conférence en , il déclare que le débat sur le réchauffement climatique est « trop manichéen, trop faussé », et invite à ce que « tout le monde retombe un peu sur Terre sur ce sujet énergétique », estimant qu'il « ne [verra] pas de [son] vivant un système énergétique à base que de renouvelables[18]. »

Dans le contexte de crise économique liée à la pandémie de covid-19, l’État invite les entreprises à réduire les dividendes versés aux actionnaires. Patrick Pouyanné a répondu s'y refuser et prévoit de leur verser 7 milliards d’euros en 2020, malgré des profits en baisse. Quelque 700 salariés doivent être licenciés afin d'équilibrer les finances du groupe[19].

Greenpeace France, Anticor et l’association La Sphinx portent plainte en avril 2021 contre Patrick Pouyanné pour prise illégale d’intérêts, lui reprochant d’avoir profité de sa position de membre du conseil d’administration de l'École polytechnique pour favoriser les intérêts de Total, dont en particulier l’implantation d’un centre de recherche et d’innovation de la multinationale au cœur du campus de l’établissement[20],[21]. Le Parquet national financier ouvre en mai 2021 une enquête préliminaire pour d’éventuels faits de prise illégale d’intérêts[22].

Durant l'invasion russe en Ukraine de mars 2022, Patrick Pouyanné prend la décision controversée de poursuivre l'importation de gaz russe malgré les recommandations du ministre de l'Économie Bruno Le Maire sur la responsabilité des entreprises françaises de plus de 50 000 employés de prendre en compte les droits de l'homme[23].

Autres fonctions dans l'enseignement[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Patrick Pouyanné est marié et père de quatre enfants[3]. Il est amateur de rugby[11].

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. François Fillon est alors ministre des Technologies de l'information et de la Poste dans le 1er gouvernement Juppé puis ministre délégué à la Poste, aux Télécommunications et à l'Espace auprès du ministre de l'Industrie Franck Borotra dans le 2e gouvernement Juppé.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Décret du 3 avril 2015 portant promotion et nomination » (consulté le ).
  2. « Total : Patrick Pouyanné, un polytechnicien de 51 ans nouveau directeur général », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le ).
  3. a et b « Patrick Pouyanné, originaire de Petit-Quevilly, devient directeur général de Total », sur francetvinfo.fr, France3 Haute-Normandie, .
  4. « Patrick Pouyanné, patron de la chimie, nouvel homme fort de Total », sur larepubliquedespyrenees.fr, La République des Pyrénées, .
  5. « Total : le fonceur Patrick Pouyanné fait le job », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. De la promotion X1983, cf. « Fiche de Patrick Pouyanné », sur le site de l’Association des anciens élèves et diplômés de l'École polytechnique (l’AX), Paris (consulté le ) ; y est notamment indiqué le grade de Patrick Pouyanné dans la fonction publique : « ingénieur en chef des mines ».
  7. Ouvrir la « Page d’accueil », sur le site de la bibliothèque de l’École polytechnique, Palaiseau (consulté le ), sélectionner l’onglet « Catalogues de la BCX → Famille polytechnicienne », effectuer la recherche sur « Patrick Pouyanné », résultat obtenu : « Pouyanne, Patrick Jean (X 1983) ».
  8. « Le polytechnicien Patrick Pouyanné est le nouveau DG de Total », École Polytechnique, .
  9. Wattez 2015, p. 42.
  10. « Cabinet de François Fillon Patrick POUYANNE », sur Les Echos, (consulté le )
  11. a et b Anne Feitz, « Total : Patrick Pouyanné, la voie royale jusqu’au sommet », Les Échos, Paris,‎ (lire en ligne).
  12. « Total : le DG Patrick Pouyanné nommé administrateur », sur romandie.com, Nyon (canton de Vaud, Suisse), Virtual Network SA, (consulté le ).
  13. Nicolas Stiel, « Pouyanné endosse le costume de PDG de Total », Challenges, Paris,‎ (lire en ligne).
  14. (en) « Total S.A. to acquire Mærsk Olie og Gas A/S for USD 7.45bn and make Denmark a regional hub » [« Total s’apprête à acquérir Maersk Oil and Gas pour 7,45 milliards de dollars et à faire du Danemark un pôle régional »], sur maersk.com, (consulté le ).
  15. « Les 50 Français les plus influents du monde », Vanity Fair, no 53,‎ , p. 98.
  16. « Affaire Khashoggi : annulations en cascade pour le forum économique de Riyad » sur lemonde.fr du 22 octobre 2018.
  17. « Total augmente les dividendes pour ses actionnaires en plein sommet pour le climat », lemonde.fr,‎ (lire en ligne).
  18. « Le PDG de Total juge le débat sur le réchauffement climatique « trop manichéen » », Sciences et Avenir, (consulté le ).
  19. Dion Jack et Franck Dedieu, « Bompard, Pouyanné, Faber... Les princes du foutage de gueule patronal en 2020 », Marianne,
  20. « Le PDG de Total, Patrick Pouyanné, visé par une plainte pour prise illégale d’intérêts », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  21. « « Patrick Pouyanné, PDG de Total, doit démissionner de son siège au conseil d’administration de l’Ecole polytechnique » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Anne Michel, Adrien Pécout et Perrine Mouterde, « Une enquête ouverte après la plainte pour prise illégale d’intérêts contre le PDG du groupe TotalEnergies », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Adrien Pécout et Nabil Wakim, « Rester en Russie, le pari contesté de TotalEnergies », Le Monde, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Éric Wattez, « Les petits secrets du nouveau DG de Total : Patrick Pouyanné », Capital, no 280,‎ , p. 42-44