Serge Tchuruk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Serge Tchuruk
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Serge Tchuruk, de son vrai nom Serge Tchurukdichian, né le à Marseille, est un ancien dirigeant d'entreprise français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Ses parents sont des réfugiés arméniens qui ont fui la Turquie au début des années 1920. Commerçants, ils s'installent en France en 1922.

Serge Tchuruk vit à Marseille, dans le quartier du lycée Thiers, où il fait toutes ses études secondaires. Une de ses passions est le rugby et il occupe le poste de trois-quarts dans l'équipe de rugby à XIII du RC Marseille XIII.

Fidèle à ses origines, il apprend l'arménien (que l'on ne parlait pas chez lui).

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est, en 1962, diplômé de l'École polytechnique (promotion X1958). À la sortie, il choisit le corps de l'armement, mais son mariage avec une Polonaise lui interdit l'accès au « secret défense ».

Il commence sa carrière aux États-Unis dans le groupe ExxonMobil, où il occupe plusieurs postes de 1964 à 1979. Il devient président de Mobil Benelux en 1979.

De 1980 à 1986, il occupe différents postes dont celui de directeur général de la division Engrais, à Rhône-Poulenc, groupe chimique et pharmaceutique français, pour finir par être nommé directeur général de ce groupe en 1983. Il devient PDG d'Orkem (auparavant CDF-Chimie) de 1986 à 1990, puis PDG de la société pétrolière Total de 1990 à 1995.

En 1995, il est nommé PDG d'Alcatel-Alsthom en remplacement de Pierre Suard. Il décompose le groupe en deux entités distinctes :

  • la société d'équipements de télécommunications terrestres et spatiales Alcatel ;
  • le groupe Alstom, ce dernier redevenant rapidement indépendant et coté lui-même en bourse.

Il orchestre ensuite le rachat de l'équipementier américain Lucent par Alcatel, les actionnaires de ce dernier représentant 60 % de l'entité nouvellement créée. Après de longs examens par les autorités, notamment américaines, qui aboutirent à la cession de l'activité satellites à Thales au sein de Thales Alenia Space, le nouveau groupe Alcatel-Lucent voit le jour au 1er décembre 2006.

Serge Tchuruk quitte alors la direction générale pour devenir président du conseil d'administration[1] de la nouvelle entité.

Le 1er octobre 2008, Serge Tchuruk démissionne de son poste devant les difficultés du groupe Alcatel-Lucent.

De novembre 2014 à décembre 2015, Serge Tchuruk est président et CEO de Joule Unlimited, dont il est membre du conseil d'administration depuis juillet 2014.

Mandats sociaux[modifier | modifier le code]

  • Administrateur de Weather Investment SPA
  • Administrateur de Total SA depuis 1989

Stratégie[modifier | modifier le code]

Le 26 juin 2001, lors d'un colloque à Londres, Serge Tchuruk, le PDG d'Alcatel, déclare : « Nous souhaitons être très bientôt une entreprise sans usine ». Il donne ainsi le coup d'envoi à la cession ou à la fermeture de la majorité des 120 usines de son groupe. Et devient le chantre du « fabless », cette stratégie consistant pour les entreprises à se concentrer sur la conception des produits tout en déléguant leur fabrication à des sous-traitants[2].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Polémique sur le « parachute doré »[modifier | modifier le code]

Au moment où il a quitté la direction générale pour devenir président du conseil d'administration, Serge Tchuruk, sans quitter le groupe mais en abandonnant juste la direction opérationnelle, perçoit un parachute doré de 5,7 millions d'euros. La question se posera alors de l'équité de pareil avantage à la fin d'un mandat globalement perçu comme un échec de gestion : sous l'ère Tchuruk (1995-2007), le cours de l'action Alcatel a diminué de moitié, et depuis qu'il est président de plus d'une autre moitié (la valorisation boursière ALU, c'est-à-dire « Alcatel plus Lucent » vaut moins en 2008 qu’Alcatel tout seul avant la fusion en 2006 et la moitié de la valeur actuelle d'Alstom).

Le 16 septembre 2008, 17 organisations syndicales européennes et américaines du groupe Alcatel Lucent ont envoyé un courrier à Serge Tchuruk et à Patricia Russo (l’ex-directrice générale d’Alcatel Lucent, elle aussi bénéficiaire d'un parachute doré, et elle aussi démissionnaire depuis) leur demandant de renoncer à leurs parachutes dorés, jugés « indécents ». Cette demande trouva des partisans politiques, en particulier du ministre Xavier Bertrand, du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant, et de la présidente du Medef, Laurence Parisot. À la date du 30 octobre 2008, ni Serge Tchuruk ni Patricia Russo n'avaient remboursé leurs indemnités[3].

Polémique sur la vision stratégique[modifier | modifier le code]

Lorsque Serge Tchuruk prend la direction d'Alcatel, en 2001, le groupe est un géant qui compte 150 000 salariés et 120 sites industriels. Numéro 1 mondial de la fibre optique, il occupe une place centrale dans le monde des équipementiers télécoms. Deux ans après l'arrivée de Tchuruk, le groupe ne compte plus que 30 sites industriels et 58 000 salariés[4]. Au désastre industriel et humain s'ajoute un désastre financier puisque l'action est passée de 100 euros à 30 euros. C'est d'ailleurs là le principal échec de Tchuruk, car sa stratégie était sensée augmenter le cours de l'action en délestant l'entreprise des usines à faible valeur ajoutée. Sa deuxième erreur sera la fusion avec l'équipementier américain Lucent, en décembre 2006, qui s'avérera désastreuse pour les deux groupes. À son départ d'Alcatel-Lucent, Serge Tchuruk laisse une entreprise totalement exsangue. Sa vision stratégique mène à une impasse qui videra Alcatel de sa substance et détruira un groupe autrefois prospère et puissant. En 2012, Alcatel sort du CAC40 où il figurait depuis 1987. Le cours de l'action est inférieur à 1 euro. Son portefeuille de brevets a du être gagé pour l'obtention d'un prêt et le centre de gravité du groupe s'est déplacé vers les États-Unis[5].

Polémiques sur la fusion avec Lucent[modifier | modifier le code]

En 2005, Alcatel est inquiété par la justice américaine pour une affaire de corruption au Costa Rica, puis d’autres affaires en Amérique latine. Toutefois l'entreprise, devenue Alcatel Lucent, ne paiera que 137 millions de dollars d’amendes et Serge Tchuruk ne sera jamais inquiété. Pour des faits similaires, l'allemand Siemens eut à s'acquitter d'une amende de 800 millions de dollars. Cette différence de traitement pourrait s'inscrire dans la stratégie mise en place par les États-Unis depuis la fin de la guerre froide afin d'assurer leur suprématie économique, stratégie fondée principalement sur les pressions politiques et les contraintes juridiques qu’ils imposent à leurs rivaux. Alcatel pourrait avoir été incité à fusionner avec Lucent en 2006 pour éviter une sanction plus sévère[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kerdellant, C. (2016). Ils se croyaient les meilleurs. Histoire des grandes erreurs de management. Éditions Denoël.
  • Chorafas, D. N. (2004). « Management and Mismanagement in the Telecommunications Industry ». In Rating Management’s Effectiveness (pp. 100-123). Palgrave Macmillan, London.
  • Chevallier, M. (2010). « De l'importance des usines ». Alternatives économiques, (2), 53-53.