Jules Legras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jules Legras
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
DijonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Jules Émile Legras (Passy, -Dijon, ) est un ethnologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l'École normale supérieure (1886-1889), agrégé d'allemand, docteur ès lettres, il devient professeur au lycée puis à l'université de Bordeaux.

En 1890, il commence à voyager en Russie et apprend le russe. En 1896, il part de Moscou pour la Sibérie[1] en suivant la Volga puis la vallée de la Kama par laquelle il atteint Perm. En train, il se rend à Ekaterinbourg puis Tioumen et étudie les anciens villages de colonisation autour d'Omsk ainsi que l'installation des nouveaux colons dans la steppe du Kirghizstan.

Chargé de mission du ministère de l'Instruction publique, il emprunte en 1898 le Transsibérien, visite Barnaoul, Tomsk et Krasnoiarsk puis Irkoutsk et Kiakhta. Après le lac Baïkal, il descend la Chilka puis l'Amour et voit Blagovechtchensk et Khabarovsk. Legras, en outre de l'ethnologie, étudie aussi la colonisation agricole[2], l'exploitation des mines et la croissance des villes traversées par le Transsibérien.

Legras observe les convois de forçats en route pour Tchita, visite Kiakhta et Vladivostok puis se rend au Japon où il se repose un mois et qu'il parcourt de Nagasaki à Osaka et de Kyoto à Tokyo.

Il traverse ensuite le Pacifique puis l'Amérique du Nord et l'Atlantique pour rentrer en France après avoir ainsi effectué un tour du monde.

En 1897, Legras parvient à introduire l'étude du russe à la faculté des lettres de Dijon. Il traduit en 1904 le livre sur le Transsibérien de Koulomzine.

Bien qu'âgé de près de 50 ans, il est volontaire et mobilisé comme officier-interprète au cours de la Première Guerre mondiale. En 1916, il est envoyé (avec le grade de lieutenant) en Russie pour faire des conférences, affecté au 2e Bureau. Puis il est affecté directement dans l'armée russe où il reçoit un grade d'officier et sert sous l'uniforme russe dans un corps d'armée sibérien. En 1916, il est promu capitaine dans l'armée française, puis la Révolution prenant le dessus il est rapatrié par Mourmansk. Il raconte en détail ces événements et péripéties dans ses intéressants Mémoires de Russie parus en 1921 chez Payot. Il termine la guerre chef de bataillon, officier de la Légion d'honneur (1920), décoré de la Croix de guerre 1914-1918 avec plusieurs citations ainsi que de décorations russes.

Il reprend alors ses fonctions universitaires et devient en 1929 professeur de littérature russe à la Sorbonne. Doyen honoraire de la faculté des lettres de Dijon, il y meurt le 12 mai 1939.

Le Fonds Legras est conservé à la Bibliothèque municipale de Dijon[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Au pays russe, Armand Colin, 1895 (disponible sur Gallica)
  • Henri Heine, poète, Calmann-Lévy, 1897
  • En Sibérie[1], Armand Colin, 1899 (disponible sur Gallica)
  • De Povenets à Arkhangelsk, Annales de Géographie, 1913, p. 245-254
  • Mémoires de Russie, Payot, 1921
  • La Signification nationale du voyage à l'étranger, 1927
  • La Littérature en Russie, Armand Colin, 1929
  • L’Âme russe, Flammarion, 1934
  • Précis de grammaire russe, 1934
  • Réflexions sur l'art de traduire, Paris, Imprimerie L. Beresniak, 1939

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Chabot, Jules Legras (1867-1939), Annales de Géographie, vol.49, no 277, 1940, p. 65 (nécrologie) (Lire en ligne)
  • Numa Broc, Dictionnaire des explorateurs français du XIXe siècle, T.2, Asie, CTHS, 1992, p. 288 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cédric Gras, L'hiver aux trousses : Voyage en Russie d'Extrême-Orient, Paris, Gallimard, , 267 p. (ISBN 978-2-07-046794-5), p. 86
  2. Cédric Gras, L'hiver aux trousses, Paris, Gallimard, , 267 p. (ISBN 978-2-07-046794-5), p. 241
  3. Voir le fonds et photographie

Liens externes[modifier | modifier le code]

Jules Legras (Wikisource)