Nicolas Loir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loir.
image illustrant un peintre image illustrant français image illustrant un graveur
Cet article est une ébauche concernant un peintre français et un graveur.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Nicolas Loir
Naissance
Décès
Nom de naissance
Nicolas Pierre Loir
Nationalité
Activité
Maître
Élève
Mécènes
Influencé par
Père
Nicolas Loir (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Frère

Nicolas Pierre Loir est un peintre et graveur français, né à Paris en 1624, et mort dans la même ville le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille d'orfèvres, Nicolas Loir est le fils aîné de Nicolas I Loir, orfèvre reçu le 29 octobre 1616[1], et le frère aîné d'Alexis I Loir (1640-1713).

Il se rend en Italie de 1647 à 1649 où il découvre l'œuvre de Nicolas Poussin (1594-1665) en compagnie d'André Félibien, secrétaire d'ambassade, en visitant la collection du chevalier Caziano del Pozzo, et réalise des œuvres s'inspirant du maître. Il obtient un grand succès avec son Darius visitant le tombeau de Sémiramis. Les copies qu'il réalisa des œuvres de Poussin furent souvent prises pour des originaux.

De retour en France, il réalise en 1650 pour la Compagnie des orfèvres un May pour Notre-Dame de Paris. Il reçoit des commandes de particuliers, peint des retables et des tableaux pour les édifices religieux : Prise d'habit de Saint Guillaume d'Aquitaine pour le parloir des Feuillants de la rue Saint-Honoré, une Sainte Marie l'Égyptienne au couvent des carmélites de la rue Saint-Jacques à Paris, et des décorations pour des intérieurs privés : galerie de l'hôtel de Senneterre (détruit par le percement de la place des Victoires). Il réalise une galerie de tableaux et d'autres ouvrages pour Henri du Plessis-Guénégaud dans son château près de Villeroy.

Il a peint et gravé lui-même plusieurs Sainte Famille. Il entre à l'Académie royale de peinture et de sculpture avec l'appui de Charles Le Brun et de Louis XIV en 1663. Il y sera successivement professeur, puis adjoint et recteur. Il ne présentera cependant son morceau de réception qu'en 1666 : Les Progrès de la Peinture et de la Sculpture sous Louis XIV. Pensionnaire du roi à partir de 1668 avec 4000 livres de pension, il travaille à la Manufacture des Gobelins, au château de Saint-Germain-en-Laye aux Tuileries, où il réalise plusieurs plafonds aujourd'hui disparus, ainsi qu'à Versailles où il réalise sept tableaux pour l'appartement de la reine Marie-Thérèse, dont un est conservé au musée de Brou à Bourg-en-Bresse.

Dézallier d'Argenville nous dit que c'était un homme d'un tempérament doux et modeste, profondément honnête très estimé de ses contemporains. De son mariage naquirent deux enfants dont un ne fit pas le métier de son père. Il eut pour élève François de Troy.

C'est pour relever un défi entre peintres qu'il gagea réussir à traiter un sujet de plus de trois manières différentes sans aucune ressemblance, il réussit en une journée à faire douze Saintes familles toutes différentes.

Il laissera à sa mort quatre vingt tableaux dont son frère, ainsi que Cochin, Boulanger et d'autres, feront de nombreuses estampes.

Jean Tiger (1623-1698) réalisa un portrait de Nicolas Loir le représentant tenant un dessin figurant Hercule sur le bûcher, œuvre conservée au musée du château de Versailles.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Pour embellir desseins, Les Chaises Roulantes, publié par Nicolas Langlois I (1640-1703).
  • L'Hiver, ou Le Déluge de Poussin, conférence de Nicolas Loir le 4 août 1668, in Mémoires inédites de Montaiglon, puis publié par Alain Mérot, Conférences de l'Académie royale Paris École nationale supérieure des beaux-arts, 1996.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En Allemagne
  • Berlin, Bildagentur Preußischer Kulturbesitz : Projet pour un décor de plafond, dessin ;
En France
  • Angers, musée des beaux-arts :
    • Moïse sauvé des eaux ;
    • Eliézer et Rébecca ;
  • Bourg-en-Bresse, musée de Brou : Pithopolis femme de Pithes, ou Pithopolis faisant servir des mets en or ;
  • Caen, musée des beaux-arts : Alphée et Aréthuse, huile sur toile ;
  • Cherbourg, musée des beaux-arts :
    • Bérénice et Ptolémée ;
    • Policrite ;
  • Dijon :
    • musée Magnin : Eliézer et Rébecca, huile sur toile ;
    • musée des beaux-arts :
      • L'Enlèvement de Proserpine, huile sur toile ;
      • Pan et Syrinx, huile sur toile ;
      • Acis et Galathée, huile sur toile ;
  • Le Neubourg, église Saint-Paul : La Résurrection du Christ ;
  • Paris :
    • cathédrale Notre-Dame de Paris : Saint-Paul convertissant le proconsul Sergius en rendant aveugle le prophète Elymas ;
    • église Saint-Barthélémy : Mariage mystique de Ste Catherine ;
    • musée du Louvre :
      • Mercure présentant Psyché à Jupiter, deux dessins ;
      • Composition mythologique pour la décoration d'un plafond, dessin ;
      • Saint-Sébastien secouru par Irène et sa servante, dessin ;
      • Étude de trois anges sur des nuages, dessin ;
      • Vierge à l'Enfant avec le petit Saint-Jean, servie par un ange, dessin ;
      • Reine s'adressant à des soldats, huile sur toile ;
      • Prise d'habit de Saint-Guillaume d'Aquitaine, huile sur toile ;
      • Jupiter et Junon, huile sur toile , plafond déposé du Grand Cabinet de l'appartement de Marie Thérèse au château de Versailles ;
    • hôtel de Senneterre : galerie de peinture, détruite par la construction de la place des Victoires ;
    • monastère royal de Saint-Bernard, rue Saint-Honoré : Un cavalier qui descend de cheval et prend l'habit de l'ordre ;
  • palais des Tuileries :
      • Le Soleil assis sur son char avec plusieurs figures représentant les heures accompagnées des quatre parties du jour, antichambre des appartements du roi
      • quatre bas-reliefs imitant le bronze aux quatre coins du plafond, salle des Gardes ;
  • Marseille, musée des beaux-arts : Sainte Marie l'égyptienne ;
  • Quimper, musée des beaux-arts : Moïse sauvé des eaux ;
  • Rennes, musée des beaux-arts :
    • Le Repos de la Sainte famille en Égypte, huile sur toile ;
    • Saint-Paul rendant aveugle le faux prophète, huile sur toile ;
    • Allégorie, dessin ;
    • Le Repos en Egypte, huile sur toile ;
    • 'Naissance d'Adonis, dessin ;
  • Saint-Germain-en-Laye, château de Saint-Germain-en-Laye :
    • Deux femmes tenant une couronne de laurier ;
    • Flore entourée des Amours ;
  • Versailles, château de Versailles :
    • Allégorie de la Fondation de l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture, ou Progrès des arts du dessin sous le règne de Louis XIV, ou Minerve et les arts, huile sur toile ;
    • Flore et Iris, plafond ;
En Hongrie
En Roumanie

Hommage[modifier | modifier le code]

Une salle de l'hôtel de Vigny à Paris porte son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michèle Bimbenet-Privat, Les orfèvres parisiens de la Renaissance 1506-1620, Paris commission des travaux historiques de la ville de Paris, 1992.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (nl) Cornelis de Bie, Het Gulden Cabinet, 1662, p. 491
  • Michèle Bimbenet-Privat, Les orfèvres et l’orfèvrerie de Paris au XVIIe siècle, 2 vol., Paris, 2002.
  • Claude Henri Watelet, P.Ch.Levesque, Dictionnaire des Arts et de la peinture, sculpture et gravure, Imp L.F.Prault, 1792.
  • Antoine Joseph Dézallier d'Argenville, Abrégé de la vie des plus fameux peintres avec leur portrait gravé, chez De Bure l'aîné, 1745.
  • François Xavier Feller, Dictionnaire historique ou histoire abrégée des hommes qui se sont fait un nom par leur génie suite de l'abbé F.X. de Feller, chez Méquignon fils aîné, 1818-1820, réédité par L. Lefort en 1832.
  • Sylvain Kerspern, Nicolas Loir, biographie[réf. incomplète]
  • Jean-Baptiste de Boyer d'Argens, Examen critique des différentes écoles de peinture, Berlin, chez Haude et Spener, XIV, 528 pp. ; Genève, Minkoff Reprint, 1972, réédition augmentée ; Paris, Rollin, 1752, 239 p.
  • Maria Graham, Nicolas Poussin, Mémoire sur la vie de Nicolas Poussin, publié par Pierre Dufart, 1821.
  • La Garenne Lémot, Jean-Paul Barbe, Jackie Pigeaud, « Les Académies », in 6e entretiens, PU de Laval, 2005, 290 p. (ISBN 276378285X)
  • Dictionnaire de la peinture, Larousse
  • Dictionnaire Bénézit
  • G. Wildenstein, « Les graveurs de Poussin au XVIIe siècle », Gazette des beaux-arts, 1957.
  • G. Wildenstein, « Les Vierges de Nicolas Loir, contribution à l'histoire de l'académisme », Gazette des Beaux-Arts, 1959, pp.145-152.
  • A. de Montaiglon, Le Livret de l'exposition faite en 1673 dans la cour du Palais Royal, Paris, 1852.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]