Musée archéologique de Nîmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Musée archéologique de Nîmes
Musée Archéologique de Nîmes2.JPG
Cloître du musée archéologique
Informations générales
Fermeture
Collections
Collections
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
13 Boulevard Amiral Courbet
30000 Nîmes
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nîmes
voir sur la carte de Nîmes
Red pog.svg

Le musée archéologique de Nîmes est un musée de la ville de Nîmes, dans le département du Gard et la région Occitanie. Les principales périodes représentées sont l'âge du fer ainsi que les époques romaine et médiévale. Ses collections sont transférées dans le musée de la Romanité, face aux arènes romaines, qui ouvre en 2018.

Historique[modifier | modifier le code]

Un premier musée avait été créé en 1823 dans la Maison Carrée. À la fin du XIXe siècle les autorités locales décident d'installer les collections lapidaires archéologiques dans une partie de l'ancien collège des Jésuites, situé au sud de la ville ancienne. Le nouveau musée archéologique de Nîmes est inauguré en 1896 par le maire Émile Reinaud. Il présente de très nombreux objets issus de fouilles, pour la plupart locales.

L’École antique de Nîmes, société savante fondée en 1920, qui a pour objet la diffusion des connaissances concernant l'archéologie et l'histoire de la région de Nîmes de la préhistoire au Moyen Âge, a son siège au musée.

Conservateurs[modifier | modifier le code]

[...]

  • 1955-1979 : Victor Lassalle
  • 1979-1985 : Pierre Garmy
  • 1985-2018 : Dominique Darde

Collections et visite[modifier | modifier le code]

L'École antique de Nîmes[modifier | modifier le code]

L’École antique est fondée à Nîmes en 1920 ; elle s'installe au musée archéologique, dont elle contribue à enrichir la bibliothèque.

L’École antique, qui a le statut d'une association loi de 1901, a pour objet la diffusion des connaissances concernant l'archéologie et l'histoire de la région de Nîmes de la préhistoire au Moyen Âge. Elle organise des conférences et des visites de sites et de musées ; ces activités se présentent sous la forme de deux sessions : une session d'hiver avec une conférence mensuelle ; une session d'été regroupée sur une semaine en juillet. Elle publie chaque année[1] le Bulletin de l'École antique de Nîmes, qui reprend souvent le texte des conférences.

Historique[modifier | modifier le code]

L'initiative de la création de l'École antique de Nîmes revient à Gustave Domjean, adjoint à l'instruction publique et aux beaux arts de la municipalité ; en 1917, il chargea Félix Mazauric, conservateur des musées archéologiques, d'en préciser le projet, mais ce dernier mourut le [2]. En 1920, Gustave Domjean fit aboutir le projet, qui bénéficia du soutien et du prestige d'Émile Espérandieu, élu en 1919 à l'Académie des inscriptions et belles-lettres, qui venait de se retirer à Nîmes et de succéder à Mazauric à la tête des musées archéologiques de la ville[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il a connu une interruption de 1946 à 1965, ainsi qu'en 1922 et 1926. Les 22 numéros parus de 1921 à 1944 peuvent être consultés en ligne sur gallica.
  2. C. Hugues, « Félix Mazauric, pionnier de l'École antique de Nîmes », Bulletin de l'École antique de Nîmes, no 14, 1979.
  3. Georges Mathon, « Les cahiers d'histoire de Nîmes de 1914 à 1920 ».