Monastère des Visitandines de Caen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Couvent de la Visitation.

Monastère des Visitandines
de Caen
Coupole de l’église de la Visitation
Coupole de l’église de la Visitation
Présentation
Nom local La Visitation
Culte Catholique romain
Type Monastère
Rattachement Ordre de la Visitation
Début de la construction 1890[1]
Fin des travaux 1892[1]
Protection  Inscrit MH (2002)[1]
Géographie
Pays France
Région Normandie
Département Calvados
Ville Caen
Coordonnées 49° 10′ 53″ nord, 0° 22′ 31″ ouest

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Monastère des Visitandines de Caen

Géolocalisation sur la carte : Caen

(Voir situation sur carte : Caen)
Monastère des Visitandines de Caen

Le monastère des Visitandines de Caen est un monastère fondé par l'Ordre de la Visitation à Caen au début du XIXe siècle. Il remplace l'ancien couvent de la Visitation de Caen, dispersé pendant la Révolution. La chapelle du monastère fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ordre de la Visitation s'installe à Caen en 1631. Les sœurs s'installent dans un terrain situé au nord de la rue Caponière. En 1792, elles sont expulsées et le couvent est transformé en caserne, l'actuel Quartier Lorge.

En 1805, l’ordre de la Visitation est rétabli en France par Napoléon Ier sur la demande de sa mère Laetitia Bonaparte. En 1810, les sœurs de la Visitation s'installent de nouveau à Caen. Elles font l'acquisition de l'ancien logis abbatial de l'abbaye aux Hommes, construit entre 1755 et 1759 dans le clos de la Pépinière[2]. Les religieuses de la Visitation de Caen sont définitivement autorisées par ordonnance royale du [3].

Les nonnes agrandissent leur propriété en rachetant la parcelle de Mariette et les terrains de la cour des Granges[4]. De nouveaux bâtiments sont ajoutés à l'édifice originel. Au sud du monastère, elles aménagent les jardins situés entre la rue de l'Abbatiale et les anciennes fortifications de l'abbaye. Les sœurs font construire une première chapelle le [1], puis une seconde commencée en 1833 et bénie le [1]. En 1889, les sœurs décident de faire construire par l'architecte caennais Edmond Hébert une troisième chapelle financée grâce au legs de Louise de Vendes[1]. L'abbé Esnault, aumônier du monastère, participe à l'élaboration des plans, mais l'architecte est Edmond Hébert[1]. Rapine, architecte des Monuments historiques, et concepteur du monastère des Visitandines d'Orléans semble aussi y avoir été associé[1]. Les travaux commencent en et la première pierre est bénie par Mgr Hugonin, évêque de Bayeux, le . Après l'achèvement des travaux, la chapelle est bénie le et consacrée le [1].

Léonie Martin, la sœur de Thérèse de Lisieux, est entrée à la Visitation de Caen par trois fois en 1887, 1893 à 1895 où elle prend l'habit sous le nom de sœur Thérèse-Dosithée, puis définitivement en 1899 sous le nom de sœur Françoise-Thérèse. Elle meurt en 1941 et son corps est inhumé dans la crypte de la chapelle[5]. De 1909 à 1920, la communauté est exilée à Saint-Leonard-on-Sea (Borough d'Hastings, Royaume-Uni)[6]. Elle reçoit les visitandines d'Orléans en 1980 après la fermeture de leur monastère de Chécy[7]. Le Musée de la Visitation de Moulins doit son existence en 1991 à l’initiative (avec le soutien de la communauté) de l’archiviste de Caen, sœur Françoise Bernadette Lara, dernière supérieure d’Orléans[8].

Depuis , un foyer de 35 chambres accueille des étudiantes de moins de 25 ans. Cet établissement situé dans le clos de la Visitation est tenu par une religieuse mais demeure à l'écart du monastère proprement dit[9].

Inscription à l'inventaire supplémentaires des monuments historiques. La chapelle, à l'exception du chœur des religieuses, est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le .

Architecture[modifier | modifier le code]

La façade du portail principal de l’église actuelle s'inspire de l'architecture de l'ancienne chapelle du quartier Lorge.

Deux tableaux sont classés au titre objet[10],[11] :

  • la Fontaine de vie, panneau peint à l'huile sur bois au XVIIe siècle, sûrement par un artiste d'origine flamande, offert au monastère en 1734 (16/11/1998) ;
  • la Visitation, huile sur toile peinte par Pierre Mignard en 1660, transféré à Caen en 1985 depuis la Visitation d'Orléans (15/12/2000).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j « Monastère de la Visitation », notice no PA14000027, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Célestin Hippeau, L'abbaye de Saint-Étienne de Caen, 1066-1790, Caen, Hardel, 1855, p. 368
  3. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlemens avis du Conseil d'état, tome 26, Paris, A. Guyot et Scribe, 1853, 2e éditions, p. 43
  4. Christophe Collet, Caen, cité médiévale : bilan d’histoire et d’archéologie, Caen, Caen Archéologie, 1996
  5. Sanctuaire de Lisieux
  6. Archives du monastère de la Visitation de Caen consultées le 31 mars 2016
  7. La Gazette d'Orléans, 24 mars 2008
  8. Musée de la Visitation
  9. Foyer de la Visitation
  10. Catalogue d'exposition, La peinture religieuse à Caen, 1580-1780, Musée des beaux-arts de Caen, 2000
  11. Ministère de la Culture - Base Palissy

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Collet, Caen, cité médiévale : bilan d’histoire et d’archéologie, Caen, Caen Archéologie, 1996
  • Pierre Gouhier, « Spiritualité visitandine en Normandie », dans Lucien Musset, Maylis Baylé (dir.), Aspects du monachisme en Normandie: actes du Colloque scientifique de l'"Année des abbayes normandes," Caen, 18-20 octobre 1979, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1982, (ISBN 2711620344 et 9782711620340), p. 143-154
  • Abbé Heurtevent, Histoire de la Visitation de Caen, Mémoire de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen, 1934
  • Philippe Lenglart, Caen, architecture et histoire, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 2008
  • Guillaume-Stanislas Trébutien, Caen, son histoire, ses monuments, son commerce et ses environs, Caen, A. Hardel, 1880, 3e édition

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]