Monarchie néo-zélandaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la politique de la Nouvelle-Zélande
Cet article est une ébauche concernant la politique de la Nouvelle-Zélande.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La Nouvelle-Zélande est une monarchie constitutionnelle et un Royaume du Commonwealth, dont la reine Élisabeth II occupe le trône depuis le 6 février 1952. En tant que tel, elle occupe de jure la position de chef d'État, et détient quelques compétences qui lui sont propres, alors que le gouverneur général de Nouvelle-Zélande est parfois considéré comme le chef d’État de facto.

En Nouvelle-Zélande, le titre officiel de la reine en anglais est Elizabeth the Second, By the Grace of God, Queen of New Zealand and Her other Realms and Territories, Head of the Commonwealth, Defender of the Faith (Élisabeth deux, par la Grâce de Dieu, reine de Nouvelle-Zélande et de ses autres royaumes et territoires, chef du Commonwealth, défenseur de la Foi).

Le Royaume de Nouvelle-Zélande comprend la Nouvelle-Zélande, Tokelau et la dépendance de Ross, ainsi que les territoires autonomes des Îles Cook et Niué.

L'héritier du trône est le fils aîné d'Élisabeth II, le prince Charles, prince de Galles.

Il existe également une monarchie maori, purement symbolique, qui coexiste aujourd'hui sans conflit avec la monarchie néo-zélandaise. L'actuel roi maori est Tuheitia Paki, qui accéda au trône le 21 août 2006 à la suite du décès de sa mère, la reine Te Atairangikaahu[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Tuheitia new Maori king", New Zealand Herald