God Defend New Zealand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

God Defend New Zealand (en)
Que Dieu protège la Nouvelle-Zélande
Hymne national de Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Autre(s) nom(s) Aotearoa (mi)
Paroles Thomas Bracken (version anglaise)
Thomas Henry Smith (version maorie)
Années 1870 et 1878
Musique John Joseph Woods
1876
Adopté en 1940 (chant national)
1977 (hymne national)
Fichier audio
God Defend New Zealand (version instrumentale)

God Defend New Zealand (« Que Dieu protège la Nouvelle-Zélande » ; en maori Aotearoa) est l'un des hymnes nationaux de la Nouvelle-Zélande, l'autre étant God Save the Queen (« Que Dieu protège la Reine »). Les deux sont à titre égal, mais God Defend New Zealand est celui le plus souvent utilisé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les paroles de God Defend New Zealand viennent d'un poème écrit dans les années 1870 par un immigrant irlandais, Thomas Bracken. Une compétition est tenue en 1876 pour la composition de la musique pour accompagner le poème, avec récompense de 10 guinées pour le gagnant. Celui-ci est John Joseph Woods, de Lawrence. Il compose la musique tout d'un trait un soir en apprenant l'existence de la compétition.

La chanson devenant de plus en plus populaire au XIXe siècle et au début du XXe siècle, en 1940 le gouvernement néo-zélandais achète les droits d'auteur et en fait la chanson nationale (et non un hymne national officiel) du pays, à temps pour le centenaire de celui-ci. Elle a été utilisée en tant que telle lors des Jeux du Commonwealth (alors appelés les Jeux de l'Empire Britannique) dès 1950, et a été utilisée aux Jeux olympiques pour la première fois lors des Jeux olympiques d'été de 1972, à Munich, à la suite de quoi une campagne commence pour faire qu'elle devienne hymne national.

En 1976, une pétition est lancée et présentée au parlement, pour demander son instauration en tant que hymne national. Elle le devient le après l'autorisation d'Élisabeth II, mais à titre égal que God Save the Queen, jusqu'alors seul hymne national officiel du pays.

Une version alternative officielle pour chant collectif a été composée par Maxwell Fernie et annoncée par le Minister of Internal Affairs d'alors, Allan Highet.

La version maorie a été écrite en 1878 par Thomas H. Smith, juge à Auckland, sur demande du gouverneur général George Edward Grey. Elle a été traduite en anglais en 1979 par l'ancien Māori Language Commissioner Timoti S. Kāretu ; cette traduction est sous copyright jusqu'en 2079. Le copyright de la version originelle en anglais, celle de Bracken, est expirée depuis 1948 (50 ans après la mort de son auteur).

Paroles[modifier | modifier le code]

Version anglaise[modifier | modifier le code]

Paroles officielles (en) Traduction en français

God of Nations at Thy feet,
In the bonds of love we meet,
Hear our voices, we entreat,
God defend our free land.
Guard Pacific’s triple star
From the shafts of strife and war,
Make her praises heard afar,
God defend New Zealand.

Men of every creed and race,
Gather here before Thy face,
Asking Thee to bless this place,
God defend our free land.
From dissension, envy, hate,
And corruption guard our state,
Make our country good and great,
God defend New Zealand.

Peace, not war, shall be our boast,
But, should foes assail our coast,
Make us then a mighty host,
God defend our free land.
Lord of battles in Thy might,
Put our enemies to flight,
Let our cause be just and right,
God defend New Zealand.

Let our love for Thee increase,
May Thy blessings never cease,
Give us plenty, give us peace,
God defend our free land.
From dishonour and from shame,
Guard our country’s spotless name,
Crown her with immortal fame,
God defend New Zealand.

May our mountains ever be
Freedom’s ramparts on the sea,
Make us faithful unto Thee,
God defend our free land.
Guide her in the nations’ van,
Preaching love and truth to man,
Working out Thy glorious plan,
God defend New Zealand.

Dieu des nations, à tes pieds
Nous nous rassemblons liés d'amour
Écoute nos voix, nous te prions,
Que Dieu protège notre pays libre.
Défends l'étoile triple du Pacifique
Des flèches du conflit et de la guerre.
Fais entendre ses louanges au loin,
Que Dieu protège la Nouvelle-Zélande.

Des hommes de toute croyance et de toute race
S'assemblent ici devant ta présence,
Te demandant de bénir cet endroit,
Que Dieu protège notre pays libre.
De la dissension, de l'envie, de la haine,
Et de la corruption défends notre État,
Rends notre pays bon et grand,
Que Dieu protège la Nouvelle-Zélande.

De la paix, pas de la guerre, nous nous vanterons,
Mais si les ennemis assaillent notre côte,
Fais de nous une armée puissante,
Que Dieu protège notre pays libre.
Seigneur des batailles, de ta force,
Fais fuir nos ennemis,
Que notre cause soit juste et bonne,
Que Dieu protège la Nouvelle-Zélande.

Que croisse notre amour pour toi,
Que tes bénédictions ne cessent jamais,
Donne-nous l'abondance, donne-nous la paix,
Que Dieu protège notre pays libre.
Du déshonneur et de la honte
Protège le nom reluisant de notre pays,
Couronne-le d'une gloire immortelle,
Que Dieu protège la Nouvelle-Zélande.

Que nos montagnes soient toujours
Les remparts de la liberté sur la mer,
Rends-nous fidèles à toi,
Que Dieu protège notre pays libre.
Guide-le dans l'avant-garde des nations,
Pour qu'il prêche l'amour et la vérité aux hommes,
Pour découvrir ton dessein glorieux,
Que Dieu protège la Nouvelle-Zélande.

Version maorie[modifier | modifier le code]

Paroles officielles (mi) Traduction en français

E Ihowā Atua,
O ngā iwi mātou rā
Āta whakarangona;
Me aroha noa
Kia hua ko te pai;
Kia tau tō atawhai;
Manaakitia mai
Aotearoa

Ōna mano tāngata
Kiri whero, kiri mā,
Iwi Māori, Pākehā,
Rūpeke katoa,
Nei ka tono ko ngā hē
Māu e whakaahu kē,
Kia ora mārire
Aotearoa

Tōna mana kia tū!
Tōna kaha kia ū;
Tōna rongo hei pakū
Ki te ao katoa
Aua rawa ngā whawhai
Ngā tutū e tata mai;
Kia tupu nui ai
Aotearoa

Waiho tona takiwā
Ko te ao mārama;
Kia whiti tōna rā
Taiāwhio noa.
Ko te hae me te ngangau
Meinga kia kore kau;
Waiho i te rongo mau
Aotearoa

Tōna pai me toitū
Tika rawa, pono pū;
Tōna noho, tāna tū;
Iwi nō Ihowā.
Kaua mōna whakamā;
Kia hau te ingoa;
Kia tū hei tauira;
Aotearoa

Ô Seigneur, Dieu,
De tous les peuples
Écoute-nous,
Chéris-nous
Que la bonté s'épanouisse,
Que tes bénédictions s'écoulent
Protège-nous
Aotearoa

Que tous les gens,
À la peau rouge, à la peau blanche
Māori, Pākehā
Se rassemblent devant toi
Que tous nos torts, nous prions,
Soient pardonnés
Pour que nous puissions dire longue vie
Aotearoa

Que ce soit à jamais prestigieux,
Puisse-t-il aller de force en force,
Que sa renommée se répande au loin
Dans le monde entier,
Ne laisse pas les conflits
Ni les dissensions s'ensuivre,
Puisse-t-il toujours être grand
Aotearoa

Que son territoire
Soit toujours éclairé
Partout dans le pays
Que l'envie et la dissension
Soient dissipés,
Que la paix règne
Sur
Aotearoa

Que ses bonnes caractéristiques perdurent,
Que la droiture et l'honnêteté prévalent
Parmi le peuple de Dieu
Qu'il n'ait jamais honte,
Mais plutôt,
Que son nom soit connu
Devenant ainsi le modèle à imiter
Aotearoa

Structure et signification[modifier | modifier le code]

God Defend New Zealand a trois couplets, chacun en anglais avec traduction en maori. On ne chante le plus souvent que le premier couplet de chaque version, généralement le maori en premier. On peut également chanter les second et dernier couplets de la version anglophone, mais les troisième et quatrième sont rarement utilisés.

Il y a débat sur la signification de « Pacific's Triple Star », et aucune explication officielle. Les théories proposent plusieurs options : les trois plus grandes îles du pays (Nord, Sud et Stewart/Rakiura), les trois étoiles sur le blason de l'Église anglicane de Nouvelle-Zélande, les trois étoiles du drapeau de Te Kooti (leader maori du XIXe siècle), ou le système Alpha Centauri (cette dernière est improbable, étant donnée que Proxima Centauri ne fut découverte qu'en 1915).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]