Winston Peters

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Winston Peters
Image illustrative de l'article Winston Peters
Fonctions
Vice-Premier Ministre de Nouvelle-Zélande
En fonction depuis le
(28 jours)
Premier ministre Jacinda Ardern
Gouvernement Ardern
Prédécesseur Paula Bennett

(1 an, 7 mois et 29 jours)
Premier ministre Jim Bolger
Jenny Shipley
Prédécesseur Don McKinnon
Successeur Wyatt Creech
Ministre des Affaires étrangères
En fonction depuis le
(28 jours)
Premier ministre Jacinda Ardern
Gouvernement Ardern
Prédécesseur Gerry Brownlee

(2 ans, 10 mois et 10 jours)
Premier ministre Helen Clark
Prédécesseur Phil Goff
Successeur Murray McCully
Ministre du Trésor

(1 an, 7 mois et 29 jours)
Premier ministre Jim Bolger, Jenny Shipley
Successeur Bill Birch
Ministre des Affaires Maories

(10 mois et 29 jours)
Premier ministre Jim Bolger
Prédécesseur Koro Wētere
Successeur Douglas Kidd
Chef du parti New Zealand First
En fonction depuis le
(24 ans, 4 mois et 5 jours)
Prédécesseur Parti créé
Membre du Parlement néo-zélandais
En fonction depuis le
(5 ans, 11 mois et 28 jours)

(24 ans, 2 mois et 16 jours)

(2 ans, 6 mois et 4 jours)
Biographie
Date de naissance (72 ans)
Lieu de naissance Whangarei
Nationalité Néo-zélandaise
Parti politique Nouvelle-Zélande d'abord

Winston Peters (né le à Whangarei), est un homme politique néo-zélandais. Il occupe les fonctions de Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Etrangères de Nouvelle-Zélande depuis le 26 octobre 2017. Il dirige également le parti Nouvelle-Zélande d'abord[1].

Son père est maori; sa mère est pakeha d'origine écossaise. Il est originaire de l'iwi Ngati Wai. Il est diplômé d'histoire, de sciences politiques et de droit de d'Université d'Auckland. Il a été enseignant et avocat. Il a également été capitaine de l'équipe maori de rugby d'Auckland, et a joué pour l'équipe des Māori de Nouvelle-Zélande de rugby à XV.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Winston Peters fut d'abord membre du Parti national de Nouvelle-Zélande, et participa avec succès aux luttes contre les plans du gouvernement de saisir une partie des terres des Ngati Wai dans les années 1970.

Élu député en 1978, il est ministre des Affaires maories de 1990 à 1991. Il quitte le Parti national en 1993 et fonde le parti New Zealand First (La Nouvelle-Zélande d'Abord)[2]. Son parti connait un succès électoral assez important pour en faire un allié clef dans toute coalition gouvernementale ; ceci permet à Peters de devenir ministre dans des gouvernements de droite (Parti national) puis de gauche (Parti travailliste).

Lors des élections législatives de 1996, New Zealand First gagne 17 sièges. Winston Peters entre alors dans une coalition avec le gouvernement conservateur. Il obtient le rôle de Vice-Premier Ministre et de Ministre du Trésor de décembre 1996 à août 1998[3],[4],[2],[5]. La coalition prend fin lorsque Jenny Shipley, alors Premier Ministre, renvoie Winston Peters de son gouvernement[6].

Les résultats de son parti aux élections législatives de 2005 lui permettent d'entrer en coalition avec les Travaillistes. Il est nommé Ministre des Affaires étrangères au sein du gouvernement dirigé par la Première ministre Helen Clark d'octobre 2005 à novembre 2008[3],[4],[6],[7]. Il démissionne de son poste au gouvernement lorsque son parti est accusé d'avoir reçu d'importantes sommes d'argent sans les déclarer[8],[6].

En octobre 2017, il est à nouveau placé dans la position du « faiseur de rois » comme le surnomment les médias. Les conservateurs menés par Bill English et les Travaillistes menés par Jacinda Ardern n'ont pas réussi à réunir une majorité aux élections législatives tandis que New Zealand First a obtenu 9 sièges. Après plusieurs semaines de négociation, Winston Peters choisit de former une coalition avec Jacinda Ardern. Il déclare avoir pris cette décision pour "le changement" après plusieurs années de gouvernement conservateur[7].

Après son investiture le 26 octobre 2017, Jacinda Ardern nomme Winston Peters Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Etrangères au sein de son gouvernement[9].

Controverse[modifier | modifier le code]

Ses adversaires ont qualifié Peters de « nationaliste », de « populiste » et de « raciste »[10],[11], notamment à la suite d'un discours prononcé en 2005, lors duquel il accusa l'immigration asiatique d'être une source de criminalité accrue en Nouvelle-Zélande, et demanda que le nombre d'immigrés venus d'Asie soit restreint[12]. Pour cette raison, sa nomination au poste de Ministre des Affaires étrangères fut jugée surprenante. Don Brash, dirigeant du Parti national, déclara que cette décision était « étonnante » car « la région tout entière se méfie de Winston Peters – l’Australie comme l’Asie […]. Je pense que faire de lui le ministre des Affaires étrangères fait beaucoup de mal à notre réputation sur le plan international. »[13] Le journal australien The Age se dit surpris que le poste ait été accordé à un « populiste anti-immigré », un « nationaliste »[13]. Peters demeure une figure politique controversée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nouvelle-Zélande: Jacinda Ardern investie première ministre », sur FIGARO, (consulté le 27 octobre 2017)
  2. a et b (en) « Timeline: Winston Peters' political career », sur TVNZ, (consulté le 27 octobre 2017)
  3. a et b « Nouvelle-Zélande: un populiste en faiseur de roi aux législatives », sur FIGARO, (consulté le 27 octobre 2017)
  4. a et b (en) « Winston Peters », sur New Zealand Parliament, (consulté le 27 octobre 2017)
  5. Isabelle Dellerba (Sydney correspondance), « Nouvelle-Zélande : au lendemain des législatives, les populistes au cœur des tractations », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  6. a, b et c (en) « Peters 'hurt but calm' in stepping down », NZ Herald,‎ (ISSN 1170-0777, lire en ligne)
  7. a et b « Nouvelle-Zélande: la travailliste Ardern peut former son gouvernement de coalition », RFI,‎ (lire en ligne)
  8. (en) "NZ foreign minister steps down amid probe", Radio Australia, 29 août 2008
  9. « Nouvelle-Zélande : la travailliste Jacinda Ardern investie Première ministre », sur L'Obs, (consulté le 27 octobre 2017)
  10. (en) "Peters gets cold shoulder", Jonathan Milne, New Zealand Herald, 19 juin 2005
  11. (en) "Migration Issues in the Asia Pacific", UNESCO
  12. (en) "Winston Peters' memorable quotes", The Age, 18 octobre 2005
  13. a et b (en) "NZ gets anti-migrant foreign minister", The Age, 18 octobre 2005