Metta World Peace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Metta World Peace Portail du basket-ball
Ron Artest Lakers warmup.jpg
Fiche d’identité
Nom complet Ronald William Artest, Jr. puis Metta World Peace.
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (34 ans)
Queensbridge, New York
Taille 2,01 m (6 7)
Poids 118 kg (260 lb)
Surnom RonRon, The Artest formerly known as Ron
Situation en club
Poste Ailier, Arrière
Carrière universitaire ou amateur
1997-1999 St. John's
Draft NBA
Année 1999
Position 16e
Franchise Bulls de Chicago
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1999-2000
2000-2001
2001-2002
2001-2002
2002-2003
2003-2004
2004-2005
2005-2006
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Pacers de l'Indiana
Pacers de l'Indiana
Pacers de l'Indiana
Pacers de l'Indiana
Pacers de l'Indiana
Kings de Sacramento
Kings de Sacramento
Kings de Sacramento
Rockets de Houston
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Knicks de New York
12,0
11,9
15,6
10,9
15,5
18,3
24,6
19,4
16,9
18,8
20,5
17,1
11,0
08,5
07,7
12,4
04,8

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.

Metta World Peace, né Ronald William Artest Jr le 13 novembre 1979 à New York, est un joueur américain de basket-ball. Il est réputé pour la qualité de sa défense et ses interceptions, autant que par ses mauvais gestes sur un terrain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Ron Artest commence le sport par le baseball puis le football américain avant de se lancer dans le basket-ball, fasciné par ceux qui jouent sur les playgrounds de son quartier. Il passe sa jeunesse à jouer sur les playgrounds de Queensbridge à New York. Il développe rapidement des talents qui lui permettent d'intégrer l'équipe des St. John's Red Storm de l'université St John's. Artest y passe deux ans avant de se présenter à la draft NBA 1999, (aussi appelée repêchage pour les Québécois, les Acadiens et les Franco-Ontariens).

Bulls de Chicago (1999-Fév. 2002)[modifier | modifier le code]

Il est sélectionné en 16e position par les Bulls de Chicago, son équipe favorite. Auréolé d'une réputation d'excellent défenseur, beaucoup d'observateurs voient en lui un joueur caractériel difficile à gérer.

Pacers de l'Indiana (Fév. 2002-Jan. 2006)[modifier | modifier le code]

World Peace avec les Pacers

Il reste deux ans et demi dans l'Illinois avant d'être transféré chez les Pacers de l'Indiana où il s'impose rapidement. Il est élu meilleur défenseur de l'année (NBA Defensive Player of the Year) en 2004[1].

À la fin d'une rencontre entre les Pacers et les Pistons de Détroit, Artest commet une faute grossière sur Ben Wallace qui le repousse violemment. Alors que le ton monte entre les deux équipes, Artest, par son attitude provocatrice, reçoit depuis les gradins un gobelet de bière. Le joueur grimpe alors en furie dans les gradins pour retrouver l'auteur du geste. L'incident manque de tourner à l'émeute. Ron Artest se retrouve suspendu pour le reste de la saison, soit 72 matchs. C'est la plus grosse suspension jamais infligée par la ligue pour une raison autre que le dopage ou la consommation de drogue.

De retour sur les parquets pour la saison 2005-06, il exprime très rapidement son désir d'être transféré.

Kings de Sacramento (Jan.2006-2008)[modifier | modifier le code]

Après six semaines d'attente où il est placé sur la liste des joueurs inactifs, il est finalement échangé aux Kings de Sacramento contre Predrag Stojaković. Son impact sur la franchise de Sacramento est immédiat et il porte les Kings de Sacramento jusqu'aux playoffs où ils sont éliminés par les Spurs de San Antonio 4-2.

Rockets de Houston (2008-2009)[modifier | modifier le code]

Après trois saisons passées chez les Kings, il est échangé le 14 août 2008 avec Sean Singletary et Patrick Ewing Jr. aux Rockets de Houston contre Bobby Jackson, Donté Greene et un futur premier tour de draft[2]. Il porte le n°96. Lors des playoffs NBA 2009, les Rockets, privés de Tracy McGrady, puis Dikembe Mutombo, puis Yao Ming, réussissent un bon parcours : ils battent les Trail Blazers de Portland et inquiètent les Lakers de Los Angeles grâce aux bonnes performances de Luis Scola, d'Aaron Brooks et d'Artest.

Lakers de Los Angeles (2009-2013)[modifier | modifier le code]

World Peace sous le maillot des Lakers

À la fin de la saison 2008-2009, Artest est agent libre et signe aux Lakers de Los Angeles un contrat de 3 ans pour 18 millions de dollars. Il remporte ainsi son premier titre NBA en gagnant la finale de la saison 2009-2010 contre les Celtics de Boston.

Durant sa carrière, Artest porte de nombreux numéros : le 15 chez les Bulls de Chicago, le 93 et le 34 avec les Kings de Sacramento, le 23 et le 91 avec les Pacers de l'Indiana, le 96 aux Rockets de Houston, et le 37 lors de sa première saison chez les Lakers de Los Angeles. Pour la saison 2010-2011 il retrouve le numéro 15.

À cause de sa défense rugueuse, de son attitude et de ses nombreuses provocations, il est souvent impliqué dans des incidents de jeu envers d'autres joueurs qui se terminent souvent par des gestes déplacés voire des bagarres.

Le 22 avril 2012, après un dunk face à Oklahoma City, il se tape la poitrine et donne un violent coup de coude dans la tête de James Harden. Harden tombe au sol et World Peace est expulsé de la rencontre[3]. Harden est diagnostiqué avec une commotion cérébrale[4]. La NBA le suspend 7 matches.

En juillet 2013, World Peace est licencié par les Lakers selon une clause d'« aministie » qui permet aux Lakers d'économiser 14 millions de dollars dus à World Peace pour son salaire de la saison 2013-2014[5]. Cette amnistie est décidée par les dirigeants en opposition à Kobe Bryant qui voulait le garder dans l'effectif ainsi que de Mike d'Antoni qui a déclaré « Évidemment c’est un résultat de l’accord collectif NBA. En tant que personne et que joueur, je ne pourrais pas trouver quelqu’un de meilleur. Il est super. J’ai adoré le coacher. J’espère qu’il trouvera quelque chose de bien, il le mérite. Ce ne sont pas les coachs qui ont décidé, ce sont les dirigeants.»

Knicks de New York (2013-Fév. 2014)[modifier | modifier le code]

Durant l'été 2013, il s'engage avec les Knicks de New York en tant qu'agent libre.

Le 24 février 2014, il est coupé par les Knicks[6] et souhaite jouer pour le Heat, le Thunder ou les Spurs[7]. Cependant, les Spurs ne sont pas intéressés[8]. Au début du mois de mars, il se dit intéressé par rejoindre les Pistons de Détroit[9].

Changement officiel de nom[modifier | modifier le code]

Au mois de juin 2011, il souhaite changer son nom en Metta World Peace et ce pour des raisons personnelles[10]. Ce changement de nom est autorisé par une cour de Los Angeles en septembre 2011[11] puis validé par la NBA qui autorise le joueur à porter ce nom sur son maillot en novembre[12]. « Mettā » en pali, ou « Maitrī » en sanskrit, est un terme utilisé notamment par les bouddhistes pour désigner un « amour bienveillant ». « World Peace » signifie « paix universelle » en anglais.

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Sa deuxième passion est la musique. Le natif de New York est bercé par les sons de Mobb Deep ou encore de Nas (son voisin de palier)[réf. nécessaire]. Grâce à sa reconnaissance sportive, il peut enfin réaliser son rêve et sortir son propre disque avec son label Tru Warier. Son album My World sort en 2006. On y note la participation de Puff Daddy, Mike Jones ou encore Capone.

Franchises successives[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En franchise
Distinctions personnelles

Filmographie[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « NBA & ABA Defensive Player of the Year Award Winners », sur basketball-reference.com (consulté le 8 décembre 2011)
  2. « Ron Artest aux Houston Rockets », sur www.lequipe.fr,‎ 2008 (consulté le 3 septembre 2010)
  3. « Le coup de coude idiot de Metta World Peace sur James Harden », Basket USA,‎ 22 avril 2012
  4. « Commotion cérébrale pour James Harden », Basket USA,‎ 23 avril 2012
  5. (en) Dave McMenamin, « Lakers amnesty Metta World Peace », ESPN,‎ 11 juillet 2013
  6. Fabrice Auclert, « Officiel : Metta World Peace et Beno Udrih coupés par les Knicks », sur basketusa.com,‎ 24 février 2014
  7. Fabrice Auclert, « Metta World Peace veut jouer à Miami, OKC ou San Antonio », sur basketusa.com,‎ 24 février 2014
  8. Fabrice Auclert, « Metta World Peace n’intéresse pas San Antonio », sur basketusa.com,‎ 27 février 2014
  9. Fabrice Auclert, « Et si Metta World Peace rejoignait… Detroit ! », sur basketusa.com (consulté le 2 mars 2014)
  10. « Ron Artest veut changer de nom », sur www.rds.ca,‎ 2011 (consulté le 24 juin 2011)
  11. (en) Dan Whitcomb, « Lakers star Ron Artest becomes Metta World Peace », sur reuters.com,‎ 16 septembre 2011 (consulté le 8 décembre 2011)
  12. « LA Lakers : La NBA valide « Metta World Peace » »,‎ 8 décembre 2011 (consulté le 8 décembre 2011)
  13. (en) « NBA & ABA All-Rookie Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 8 décembre 2011)
  14. (en) « All-NBA & All-ABA Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 8 décembre 2011)
  15. a et b (en) « NBA & ABA All-Defensive Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 8 décembre 2011)
  16. (en) « 2004 NBA All-Star Game Box Score », sur basketball-reference.com (consulté le 8 décembre 2011)