Stephen Curry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stephen et Curry (homonymie).
Stephen Curry Portail du basket-ball
Stephen Curry (16640524995).jpg
Stephen Curry avec les Warriors en 2015.
Fiche d’identité
Nom complet Wardell Stephen Curry II
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (28 ans)
Akron, Ohio
Taille 1,91 m (6 3)
Poids 84 kg (185 lb)
Surnom Steph, Chef Curry, Baby Face
Situation en club
Club actuel Drapeau : États-Unis Warriors de Golden State
Numéro 30
Poste Meneur
Carrière universitaire ou amateur
2006–2009 Wildcats de Davidson
Draft de la NBA
Année 2009
Position 7e
Franchise Warriors de Golden State
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
2014-2015
2015-2016
Warriors de Golden State
Warriors de Golden State
Warriors de Golden State
Warriors de Golden State
Warriors de Golden State
Warriors de Golden State
Warriors de Golden State
17,5
18,6
14,7
22,9
24,0
23,8
30,1
Sélection en équipe nationale **
2010
2014
Drapeau : États-Unis États-Unis
Drapeau : États-Unis États-Unis
04,6
10,7

* Points marqués dans chaque club dans le cadre des compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Stephen Curry, né Wardell Stephen Curry II le à Akron (Ohio), est un joueur américain de basket-ball évoluant au poste de meneur dans l'équipe des Warriors de Golden State en NBA.

Réputé pour ses qualités au tir à trois points, il est le joueur ayant inscrit le plus de paniers à trois points en 2013, 2014, 2015 et 2016, et est considéré comme l'un des meilleurs tireurs de l'histoire. Sélectionné en 2009, il subit une blessure à l'été 2011 et est contraint de manquer une grande partie de la saison 2011-2012. Il se révèle lors de la saison suivante comme l'un des meilleurs meneurs de la ligue. Lors de la saison 2014-2015, il accède à la reconnaissance internationale en obtenant le titre de champion NBA avec son équipe ainsi que le trophée de meilleur joueur de la saison.

Il est le fils de l'ancien basketteur Dell Curry, qui joua notamment aux Hornets de Charlotte, et le frère de Seth Curry, qui joue actuellement aux Kings de Sacramento. Avec son coéquipier Klay Thompson, il forme un duo surnommé « Splash Brothers », en référence à leur adresse au tir.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Stephen Curry est né à Akron, dans l'Ohio, le . Il grandit à Charlotte, où son père, Dell Curry, joueur professionnel de basket-ball dans la National Basketball Association, évolue sous les couleurs des Hornets de Charlotte.

Plus tard, il rejoint le lycée de Charlotte Christian avec lequel il a notamment gagné trois titres de conférence. Malgré de bonnes performances individuelles, Curry ne reçoit aucune bourse de la part d'université réputées, notamment à cause de son physique, jugé trop frêle. Il finira par accepter une offre d'une université moins renommée, Davidson[1].

Carrière NCAA[modifier | modifier le code]

2006-2007[modifier | modifier le code]

Stephen Curry sous les couleurs de Davidson en 2008.

Dès la première saison de Curry en NCAA, les Wildcats de Davidson dominent leur conférence et terminent à la première place avec un bilan de 29 victoires pour 5 défaites[2]. Avec 21,5 points de moyenne, Curry termine meilleur marqueur de la Southern Conference et deuxième meilleur marqueur parmi les freshmen du pays, derrière Kevin Durant[3]. Les Wildcats de Davidson se font néanmoins éliminer du tournoi final de la NCAA par Maryland. Malgré cette déception, Curry est honoré de plusieurs récompenses individuelles, notamment celle de meilleur débutant de la conférence. Au terme de cette saison, Curry est sélectionné pour défendre les couleurs des États-Unis lors du championnat du monde de basket-ball masculin des moins de 19 ans en Serbie. Avec des moyennes de 9,4 points, 3,8 rebonds et 2,2 passes en 19 minutes, il aide les États-Unis à décrocher la médaille d'argent[4].

2007-2008[modifier | modifier le code]

Pour sa deuxième saison, Curry continue sa domination dans la conférence, conservant son trophée de meilleur marqueur avec 25,5 points par match tout en permettant à son équipe de finir avec un nouveau bilan positif de 26 victoires pour 6 défaites. Les Wildcats se qualifient une nouvelle fois pour le tournoi final de la NCAA. Le , lors du premier tour de la March Madness, contre Gonzaga, Curry inscrit 40 points pour permettre à son équipe de remporter sa première victoire en tournoi final NCAA depuis 1969. Après avoir éliminé tour à tour Gonzaga, Georgetown et Wisconsin, les Wildcats se font éliminer en huitième de finale par les futurs champions, les Jayhawks du Kansas sur le score de 59 à 57[5].

2008-2009[modifier | modifier le code]

Après cette élimination, Curry annonce tout de même vouloir rester en NCAA une saison de plus pour développer ses qualités de meneur de jeu, bien qu'un poste lui semble promis en NBA, notamment par son physique[6]. Pour sa troisième année, Curry termine meilleur marqueur de NCAA de la saison[7] et devient par la même occasion, meilleur marqueur de l'histoire de son université[8]. Cependant, les Wildcats perdent en demi-finale de tournoi de conférence et ne rejoignent donc pas le tournoi final de la NCAA pour la première fois depuis l'arrivée de Curry. Finalement invité au National Invitation Tournament, Davidson se fait éliminer au deuxième tour contre Saint Mary's Gael pour la dernière apparition de Curry sous le maillot des Wildcats[9]. En effet, au terme de cette saison, le natif d'Akron décide d'inscrire son nom à la draft 2009 de la NBA[10].

Carrière NBA[modifier | modifier le code]

Débuts en NBA (2009-2012)[modifier | modifier le code]

Attendu par beaucoup aux Knicks de New York, ce sont finalement les Golden State Warriors qui choisissent Curry avec le septième choix de la draft 2009 de la NBA. En juillet 2009, Curry signe ainsi son premier contrat professionnel pour un montant de 12,7 millions de dollars sur une durée de quatre ans[11].

Auteur d'une première saison aboutie individuellement, Curry est récompensé par une sélection au Rookie Challenge lors du All-Star Weekend en février puis par une place dans l'équipe des meilleurs débutants au côté de Tyreke Evans, Brandon Jennings, Darren Collison et Taj Gibson[12]. Il termine deuxième des votes pour le trophée de débutant de l'année derrière Evans[13]. Il termine sa première saison avec des moyennes de 17,5 points, 5,9 passes décisives, 4,5 rebonds et 1,9 interception par match. Le bilan collectif est cependant moins brillant, les Warriors terminent à la treizième place de la conférence Ouest avec un faible bilan de 26 victoires pour 56 défaites.

Après une première saison prometteuse, le meneur confirme les espoirs placés en lui. Aux tirs, comme dans la gestion du jeu, Curry continue de progresser et son duo avec Monta Ellis semble tout aussi intriguant qu'intéressant. Les arrivées de David Lee et Dorell Wright dans l'équipe donnent également des raisons d'espérer de meilleurs résultats. Pour sa saison sophomore, Curry est une nouvelle fois invité au All-Star Weekend, pour le Rookie Challenge, mais également pour le Skills Challenge qu'il remporte en finale face à Russell Westbrook[14]. À la fin d'une nouvelle saison réussie individuellement (18,6 points, 5,8 passes et 1,5 interception de moyenne), Curry reçoit également le Sportsmanship Award[15], trophée qui récompense le joueur le plus fair-play. Malgré cela et dix victoires de plus par rapport à la saison précédente pour les Warriors, ces derniers finissent à la douzième place de la Conférence, encore loin des séries éliminatoires.

La saison 2011-2012 est beaucoup plus compliquée pour le meneur. Opéré de la cheville pour une déchirure des ligaments dès la fin de la saison précédente[16], Curry se blesse à nouveau à quelques jours du début de la saison[17]. Malgré cela, le meneur tente de jouer et s'en suivit de nombreux allers-retours entre le parquet et l'infirmerie. En ne participant qu'à 26 matchs sur 66, Curry s'attire une réputation de joueur physiquement fragile[18]. De plus, ses statistiques sont à la baisse. Il termine difficilement sa saison avec 14,7 points et 5,3 passes de moyennes après avoir officiellement mis un terme à celle-ci en mars pour une nouvelle opération à la cheville.

Curry en 2011.

Cette saison est également marquée par de nombreux changements ayant suivit le rachat des Warriors par un nouveau groupe d'actionnaires[19]. L'arrivée d'un nouvel entraîneur, Mark Jackson[20], le transfert de Monta Ellis, vedette de l'équipe mais dont l'association avec Curry ne répond pas aux attentes[21], et la draft du prometteur Klay Thompson offrent un avenir prometteur aux Warriors.

Ascension et renouveau des Warriors (2012-2014)[modifier | modifier le code]

Malgré une dernière saison compliquée, les Warriors de Golden State renouvellent leur confiance en leur meneur avec un nouveau contrat de 44 millions de dollars pour quatre ans[22]. La saison du meneur va leur donner raison. Avec 22,9 points, 6,9 passes et 4 rebonds de moyenne, Curry s'impose comme l'un des meilleurs meneurs de la ligue et comme le leader de cette jeune équipe des Warriors. Le , au fameux Madison Square Garden, lors d'une défaite face aux Knicks de New York, Curry réalise son record en carrière avec 54 points, 18 à 28 aux tirs dont onze tirs à trois points réussis[23]. Il termine cette saison avec un total de 272 tirs à trois points réussis, effaçant des tablettes le précédent record de Ray Allen, bloqué à 269[24].

La progression de la nouvelle star des Warriors se ressent sur les résultats de l'équipe. En terminant à la sixième place de la conférence ouest, avec un bilan de 47 victoires pour 35 défaites, l'équipe de la baie d'Oakland retrouve les séries éliminatoires pour la première fois depuis six ans. Malgré le manque d'expérience de Curry et de bon nombre de ses coéquipiers comme Klay Thompson, Harrison Barnes ou encore Draymond Green, les Warriors éliminent les Nuggets de Denver en six matchs et atteignent les demi-finales de Conférence pour y affronter les Spurs. Malgré un premier match record avec 44 points pour Curry, les Warriors gâchent une avance de seize points dans les dernières minutes et laissent le match s'échapper après deux prolongations[25]. L'expérience des Spurs fait la différence et les Warriors sont éliminés après six matchs. Malgré cela, Curry semble avoir pris une nouvelle dimension et se révèle clairement aux yeux du grand public.

La saison 2013-2014 est celle de la confirmation pour Curry. Après un nouveau très bon début de saison, il entre le , dans l'histoire des Warriors en dépassant les 701 tirs à trois points réussis de Jason Richardson sous le maillot de Golden State[26]. Avec une nouvelle très bonne saison, tant individuellement que collectivement, Curry voit son statut prendre de l'ampleur. Il est ainsi choisit par le public pour être titulaire lors du All-Star Game 2014 pour la première sélection de sa carrière[27]. Pour ses débuts au match des étoiles, il compile 12 points et 11 passes décisives. Curry termine ensuite la saison avec 24 points et 8,5 passes de moyenne, soit les deux meilleures marques de sa carrière. Il est également nommé dans une All-NBA Team (la deuxième) pour la première fois de sa carrière[28].

Les Warriors terminent une nouvelle fois à la sixième place et affrontent les Clippers de Los Angeles au premier tour. Après une série tant intense que disputée, les Warriors se font finalement éliminer en sept matchs.

Meilleur joueur et champion NBA (2014-2015)[modifier | modifier le code]

Curry face aux Wizards de John Wall et Nenê en 2015.

Durant l'été 2014, les Warriors se séparent de leur entraîneur, Mark Jackson, et engagent Steve Kerr[29]. Ce changement, associé à l'expérience engrangée par les joueurs lors de ces deux dernières saisons s'avère bénéfique. Les Warriors réalisent une saison historique et terminent avec le meilleur bilan de leur histoire, 67 victoires pour seulement 15 défaites. Curry, leader de cette nouvelle équipe attractive voit sa côte de popularité exploser cette saison, le projetant au rang de superstar. Pour preuve, le meneur américain est plébiscité par les fans pour le All-Star Game 2015, il termine ainsi premier des votes devant LeBron James[30]. Curry est également sélectionné pour le concours à trois points qu'il remporte face à de sérieux concurrents, dont son coéquipier Klay Thompson[31]. Il forme avec Thompson un duo surnommé « Splash Brothers », en référence à leur adresse au tir[32]. Continuant sur sa lancée, Curry profite de cette saison pour battre le record de tirs à trois points inscrits en une saison qu'il détenait depuis deux saisons, élevant désormais le record à 286.

Le , Curry est nommé Most Valuable Player devant James Harden et LeBron James. Il devient ainsi le premier Warrior à remporter ce trophée depuis Wilt Chamberlain en 1960[33],[34]. Il figure au centre de la couverture du jeu vidéo NBA 2K16, aux côtés d'Anthony Davis et James Harden.

Premiers de la NBA au terme de la saison, les Warriors de Curry écartent d'abord les Pelicans de La Nouvelle-Orléans au premier tour des playoffs avec quatre victoires en autant de matchs, dont un incroyable match 3 durant lequel les Warriors, bien aidés par un Stephen Curry très efficace avec 40 points, remontent un écart de vingt points acquis au terme du troisième quart-temps avant de s'imposer en prolongation. Ils passent ensuite les Grizzlies de Memphis en six rencontres après avoir été menés 2-1 au terme du troisième match, pour rejoindre la finale de conférence ouest pour la première fois depuis 1976. C'est lors de cette série face aux Rockets de Houston que Curry s'empare du record de trois points marqués en une campagne de playoffs détenu par Reggie Miller. Dans le même temps, les Warriors disposent assez facilement de l'équipe texane, 4 victoires à 1, pour rejoindre la finale NBA face aux Cavaliers de LeBron James.

Stephen Curry avec le Président des États-Unis Barack Obama.

Face à un LeBron James inarrêtable (35,8 points, 13,3 rebonds et 8,8 passes de moyenne) mais trop seul, les Warriors remportent l'ultime série 4 victoires à 2, et décrochent leur premier trophée de champions NBA depuis 1975. Stephen Curry, ciblé par la défense des Cavaliers, connait quelques moments difficiles, notamment durant le deuxième match, au cours duquel il manque treize paniers à trois points, un record. Il répond néanmoins présent lors des fins de matchs serrées. Maillon essentiel de l'attaque des Warriors, le meneur est toujours dans ses standards statistiques avec 26 points, 6,3 passes, 5,2 rebonds de moyenne.

Au terme d'une campagne de séries éliminatoires incroyable pour les Warriors, Curry termine avec des statistiques de 28,3 points, 6,4 passes et 5 rebonds de moyenne en 21 matchs avec 42,2 % de réussite à trois points. Le meneur décroche son premier titre NBA et bat le record du nombre de tirs à trois points réussis (58) en une campagne de séries éliminatoires, détenu jusque-là par Reggie Miller, pour le porter à 98. Il devient le premier joueur de l'histoire à éliminer tour à tour les quatre autres membres de la meilleure équipe de la saison dont il fait partie : Anthony Davis, Marc Gasol, James Harden puis LeBron James.

Saison de records historiques (2015-2016)[modifier | modifier le code]

La saison 2015-2016 continue comme la 2014-2015 s'était finie, de façon spectaculaire. Curry et les Warriors enchaînent 24 victoires, meilleur départ d'une équipe tous sports américains confondus. Curry continue de jouer à un niveau exceptionnel lui permettant de devenir All-Star pour la 3e fois. Le , il bat le record historique de paniers à trois points réussis en une saison avec 288 réussites, battant son précédent record de 286 alors même que 24 matchs restent à jouer dans la saison. Il surpasse également Kyle Korver avec 129 matchs consécutifs avec au moins un panier primé marqué, tout en égalant le record co-détenu par Kobe Bryant et Donyell Marshall avec 12 paniers à trois points (sur 16 tentatives) inscrits dans un même match[35].

Les Warriors finissent la saison régulière avec 73 victoires pour seulement 9 défaites et battent le record des Bulls en 1995-1996 de 72 victoires et 10 défaites. Stephen Curry inscrit 402 paniers à trois points durant la saison battant largement son propre record de la saison précédente (286)[36],[37]. Il est le deuxième joueur de l’histoire à réussir une saison avec au moins 50 % de réussite globale aux tirs, 45 % derrière la ligne à trois points et 90 % aux lancers-francs, après Steve Nash en 2007-2008[36]. Il termine meilleur marqueur de la ligue (30,1 points de moyenne) et meilleur intercepteur (2,1 par match)[réf. nécessaire].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Université[modifier | modifier le code]

gras = ses meilleures performances

Statistiques en NCAA de Stephen Curry[38]

Saison Équipe Match. 5 Dép Min. % Tirs % 3pts % LF Rbds/m Pass./m BV/m Ctrs/m Pts/m
2006-2007 Wildcats de Davidson 34 33 30,9 46,3 40,8 85,5 4,59 2,79 1,82 0,18 21,47
2007-2008 Wildcats de Davidson 36 36 33,1 48,3 43,9 89,4 4,58 2,89 2,03 0,39 25,86
2008-2009 Wildcats de Davidson 34 33 33,7 45,4 38,7 87,6 4,44 5,59 2,53 0,24 28,65
Total 104 102 32,6 46,7 41,2 87,6 4,54 3,74 2,12 0,27 25,34

Saison régulière NBA[modifier | modifier le code]

MVP de la saison
Champion NBA
Leader de la ligue

gras = ses meilleures performances

Statistiques en saison régulière de Stephen Curry[39]

Saison Équipe Match. 5 Dép Min. % Tirs % 3pts % LF Rbds/m Pass./m BV/m Ctrs/m Pts/m
2009–10 Golden State 80 77 36,2 46,2 43,7 88,5 4,45 5,90 1,90 0,24 17,49
2010–11 Golden State 74 74 33,6 48,0 44,2 93,4 3,86 5,84 1,47 0,27 18,55
2011–12* Golden State 26 23 28,1 49,0 45,5 80,9 3,38 5,31 1,50 0,31 14,73
2012–13 Golden State 78 78 38,2 45,1 45,3 90,0 4,03 6,90 1,62 0,15 22,90
2013–14 Golden State 78 78 36,5 47,1 42,4 88,5 4,28 8,55 1,64 0,18 24,01
2014–15 Golden State 80 80 32,7 48,7 44,3 91,4 4,26 7,74 2,04 0,20 23,75
2015–16 Golden State 79 79 34,2 50,4 45,4 90,7 5,44 6,67 2,14 0,19 30,06
Total 495 489 34,9 47,7 44,4 90,2 4,34 6,85 1,79 0,24 22,40
All-Star Game 3 3 27,7 41,7 32,4 100,0 5,67 7,33 2,00 0,00 17,67

Note : * Cette saison a été réduite de 82 à 66 matchs en raison d'un lock out.
Dernière mise à jour effectuée le 14 avril 2016.

Playoffs NBA[modifier | modifier le code]

Saison Équipe Match. 5 Dép Min. % Tirs % 3pts % LF Rbds/m Pass./m BV/m Ctrs/m Pts/m
2013 Golden State 12 12 41,4 43,4 39,3 92,1 3,83 8,08 1,67 0,17 23,42
2014 Golden State 7 7 42,4 44,0 38,6 88,1 3,57 8,43 1,71 0,14 23,00
2015 Golden State 21 21 39,3 45,6 42,2 83,5 5,00 6,38 1,86 0,14 28,29
2016 Golden State 1 1 19,8 61,5 71,4 100,0 7,00 2,00 3,00 0,00 24,00
Total 41 41 40,0 45,0 41,4 86,4 4,46 7,12 1,80 0,15 25,85

Palmarès et distinctions[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En NBA[modifier | modifier le code]

Curry avec Team USA en 2014.

En sélection nationale[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

En NCAA[modifier | modifier le code]

  • 1x All-American First Team (2009).
  • 1x All-American Second Team (2008).
  • 1x Meilleur scoreur de la Division I (2009).
  • 2x Southern Conference Player of the Year (2008, 2009).
  • 1x Southern Conference Freshman of The Year (2007).

En NBA[modifier | modifier le code]

Autres récompenses et honneurs[modifier | modifier le code]

Records personnels[modifier | modifier le code]

Records en match[modifier | modifier le code]

Les records personnels de Stephen Curry, officiellement recensés par la NBA sont les suivants[42] :

Record NBA
Stephen Curry en mars 2011.
Type de statistique Saison régulière Playoffs
Record Adversaire Date Record Adversaire Date
Points 54 @ Knicks de New York 44 @ Spurs de San Antonio
Paniers marqués 20 @ Magic d'Orlando 18 @ Spurs de San Antonio 6 mai 2013
Paniers tentés 32 @ Bobcats de Charlotte 35 @ Spurs de San Antonio 6 mai 2013
Paniers à 3 points réussis 12 @ Thunder d'Oklahoma City 27 février 2016 8 @ Grizzlies de Memphis
Paniers à 3 points tentés 19 Grizzlies de Memphis 18 @ Pelicans de La Nouvelle-Orléans
Lancers francs réussis 14 @ Celtics de Boston 16 @ Clippers de Los Angeles
Lancers francs tentés 14 @ Celtics de Boston 11 décembre 2015 16 @ Clippers de Los Angeles 3 mai 2014
Rebonds offensifs 4 3 fois 3 3 fois
Rebonds défensifs 14 Kings de Sacramento 7 Rockets de Houston
Rebonds totaux 14 Kings de Sacramento 28 décembre 2015 8 3 fois
Passes décisives 16 2 fois 15 Clippers de Los Angeles
Interceptions 7 @ Timberwolves du Minnesota 6 Grizzlies de Memphis
Contres 2 16 fois 1 6 fois
Balles perdues 11 @ Clippers de Los Angeles 8 @ Clippers de Los Angeles
Minutes jouées 49 2 fois 58 @ Spurs de San Antonio 6 mai 2013

Records NBA[modifier | modifier le code]

Records individuels[modifier | modifier le code]
  • Détient le record du plus grand nombre de tirs à 3 points inscrits lors d'un match avec 12 réalisations (codétenu par Kobe Bryant et Donyell Marshall)
  • Détient le record du plus grand nombre de tirs à 3 points inscrits lors d'une saison avec 402 réalisations en 2016.
  • Détient le record du plus grand nombre de tirs à 3 points tentés lors d'une saison avec 886 tirs en 2016.
  • Détient le record du plus grand nombre de tirs à 3 points inscrits lors d'une campagne de playoffs avec 98 réalisations en 2015.
  • Détient le record du plus grand nombre de tirs à 3 points tentés lors d'une campagne de playoffs avec 231 tirs en 2015.
  • Détient le record du plus grand nombre de tirs à 3 points inscrits par un duo lors d'une saison, avec Klay Thompson, et 678 réalisations en 2016.
  • Détient le record du plus grand nombre de tirs à 3 points tentés par un duo lors d'une saison, avec Klay Thompson, et 1536 tirs en 2016.
  • Détient le record du plus grand nombre de tirs à 3 points inscrits dans un mois de compétition avec 81 réalisations en janvier 2016.
  • Détient le record du plus grand nombre de matchs avec au moins un tir à 3 points inscrit avec 152 rencontres (au 14/04/2016, en cours).
  • Seul joueur de l'histoire de la NBA à terminer une saison à plus de 30 points par match en jouant moins de 35 minutes en moyenne, en 2016.
  • Seul joueur de l'histoire de la NBA à terminer une saison à plus de 30 points par match et avec des pourcentages supérieurs à 50 % aux tirs, 40 % aux tirs à trois points et 90 % aux lancers-francs, en 2016.
Records collectifs[modifier | modifier le code]
  • Détient le record du meilleur bilan sur une saison régulière, 73 victoires et 9 défaites, avec les Warriors de Golden State en 2015-2016.
  • Détient le record du meilleur bilan à l'extérieur sur une saison régulière, 34 victoires et 7 défaites, avec les Warriors en 2015-2016.
  • Détient le record du meilleur début de saison, 24 victoires consécutives, avec les Warriors en 2015-2016.
  • Détient le record du plus grand nombre de victoires consécutives à domicile, 54 victoires, avec les Warriors entre le 31 janvier 2015 et le 29 mars 2016.
  • Détient le record du plus grand nombre de tirs à trois points réussis sur une saison, 1077 réalisations, avec les Warriors en 2015-2016.

Records de franchise[modifier | modifier le code]

Avec les Warriors de Golden State

  • Record de tirs à trois points réussis : 1593
  • Record de tirs à trois points tentés : 3590

(au 14/04/2016)

Records NCAA[modifier | modifier le code]

  • Détient le record du plus grand nombre de tirs à 3 points inscrits lors d'une saison avec 162 réalisations en 2008.
  • Détient le record du plus grand nombre de tirs à 3 points inscrits par un freshman avec 122 réalisations en 2007.
  • Détient le record du plus grand nombre de points marqués par deux frères en NCAA avec son frère, Seth Curry et 4739 points.

Revenus[modifier | modifier le code]

Salaires[modifier | modifier le code]

Année Équipe Salaire
2009-2010 Warriors 2 710 560 $
2010-2011 Warriors 2 913 840 $
2011-2012 Warriors 3 117 120 $
2012-2013 Warriors 3 958 742 $
2013-2014 Warriors 9 887 642 $
2014-2015[Note 1] Warriors 10 629 213 $
2015-2016 Warriors 11 370 786 $
Total Gains 44 587 903 $
2016-2017 Warriors 12 112 359 $

Sponsors[modifier | modifier le code]

D'abord sponsorisé par Nike au début de sa carrière, il s'engage en 2013 avec l'équipementier Under Armour, devenant ainsi son principal représentant[43]. En 2015, la marque sort le premier modèle signature du meneur, la Curry One[44]. À la suite du succès remporté par ce modèle, elle lance ensuite la Curry 2.

Curry est également sous contrat avec les marques Apple, Degree, Express, JBL, Kaiser Permanente, OVO, MoGo Sport, Muscle Milk et State Farm[45].

Style de jeu et personnalité[modifier | modifier le code]

 Stephen Curry, à gauche, en short blanc, effectuant un tir à trois points lors de la préparation d'une rencontre NBA en 2015.
Stephen Curry, à gauche, en short blanc, effectuant un tir à trois points lors de la préparation d'une rencontre NBA en 2015.

Stephen Curry est considéré comme l'un des meilleurs tireurs de l'histoire[46],[47]. Il n'a besoin que 0,38 seconde pour lancer le ballon, il est le joueur le plus rapide de la NBA et envoie le ballon avec une courbe presque parfaite[48],[49]. Son efficacité à trois points fait évoluer le style de jeu dans la NBA[50].

Il est réputé pour avoir un geste de tir sans effort[51]. Il a une excellente coordination entre ses bras, ses jambes, ses dribbles et la travaille lors de la préparation de chaque rencontre[51]. Le contrôle qu'il a de son corps est au dessus de la moyenne[51].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a épousé Ayesha Alexander en 2011, avec qui il a eu deux filles: Riley Elisabeth Curry et Ryan Carson Curry. En 2015, sa fille Riley assiste à plusieurs de ses conférences de presse d'après-match et ses apparitions sont abondement commentées par la presse[52],[53],[54].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour la saison 2014-2015, le salaire moyen d'un joueur évoluant en NBA est de 4 500 000 $.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Kansas will have to deal with Stephen Curry to get to Final Four », sur Kansacity.org,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  2. (en) « 2006-07 Davidson Wildcats Roster and Stats », sur sports-reference.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  3. (en) « NCAA Division I Men's Basketball Player Scoring Per Game Statistics - 2006-07 », sur espn.go.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  4. (en) « Stephen Curry U19 World Championship Stats », sur FIBA.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  5. (en) « 2007-08 Davidson Wildcats Roster and Stats », sur sports-reference.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  6. (en) « Sophomore sensation Curry returning to Davidson », sur espn.go.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  7. (en) « NCAA Division I Men's Basketball Player Scoring Per Game Statistics - 2008-09 », sur espn.go.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  8. (en) « Curry sets school scoring mark in Davidson's rout of Ga. Southern », sur usatoday.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  9. (en) « Mills' double-double carries Saint Mary's to NIT quarterfinals », sur espn.go.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  10. (en) « Curry to enter draft », sur espn.go.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  11. (en) « The story of how Stephen Curry's agent and dad didn't want the Warriors to draft him », sur yahoo.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  12. (en) « Evans, Jennings, Curry unanimous All-Rookie team picks », sur nba.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  13. (en) « Kings' Evans takes home T-Mobile Rookie of Year award », sur nba.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  14. (en) « Stephen Curry takes the 2011 Taco Bell Skills Challenge », sur nba.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  15. (en) « Stephen Curry Wins 2010-11 NBA Sportsmanship Award », sur nba.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  16. (en) « Warriors Guard Stephen Curry Undergoes Successful Surgery On Right Ankle », sur nba.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  17. (en) « Ankle again sidelines Stephen Curry », sur espn.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  18. (en) « Will Stephen Curry's Ankle Ever Be 100 Percent? », sur bleacherreport.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  19. (en) « New owners have rejuvenated Warriors », sur sfgate.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  20. (en) « Mark Jackson named Warriors coach », sur espn.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  21. (en) « Warriors trade Ellis, Brown to Bucks for Bogut, Jackson », sur nba.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  22. (en) « Stephen Curry lands $44M contract extension », sur yahoo.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  23. (en) « Curry Steals Show, but Knicks Nab Win », sur nytimes.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  24. (en) « Stephen Curry Establishes New NBA Single-Season Three-Point Record », sur nba.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  25. (en) « Manu Ginobili, Spurs rally past Warriors in 2OT despite Steph Curry's 44 », sur espn.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  26. (en) « Golden State Warriors rout Memphis Grizzlies », sur mercurynews.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  27. (en) « Curry starts in first All-Star Game; LeBron top vote-getter », sur nba.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  28. (en) « Durant, LeBron headline 2013-14 All-NBA First Team », sur nba.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  29. (en) « Steve Kerr takes Warriors' job », sur espn.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  30. (en) « Steph Curry, LeBron James lead 2015 NBA All-Star Game starters », sur yahoo.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  31. (en) « Nothing but Splash: Stephen Curry Wins 3-Point Contest », sur nba.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  32. (en) Fred Kerber, « Warriors’ Kerr: I couldn’t be the third Splash Brother », sur New York Post (consulté le 29 février 2016)
  33. (en) « Warriors Guard Stephen Curry Named 2014-15 Kia NBA Most Valuable Player », sur nba.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  34. « Stephen Curry, la fine gâchette de la NBA, élu meilleur joueur de la saison », sur www.lemonde.fr,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  35. Dimitri Kucharczyk, « Le MVP de la nuit : Stephen Curry toujours plus haut (46 points à 12/16 à trois points) », basketusa.com,‎ (consulté le 28 février 2016)
  36. a et b Jeremy Le Bescont, « Stephen Curry dans la légende de l’adresse aux tirs », basketusa.com,‎ (consulté le 16 avril 2016)
  37. (en) Gregor Aisch et Kevin Quealy, « Stephen Curry’s 3-Point Record in Context: Off the Charts », The New York Times,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  38. (en) « statistiques NCAA », sur sports-reference.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  39. (en) « statistiques NBA », sur NBA.com,‎ (consulté le 9 juin 2014)
  40. (en) « Indiana’s George And Golden State’s Curry Names Eastern And Western Conference Players Of The Month », sur nba.com,‎ (consulté le 4 décembre 2015)
  41. (en) « Cavs' James, Warriors' Curry named Kia Players of Month », sur nba.com,‎ (consulté le 4 mars 2016)
  42. (en) « Stephen Curry : Career Stats and Totals », sur nba.com (consulté le 25 avril 2015)
  43. (en) « Stephen Curry leaves Nike for Under Armour », sur yahoo.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  44. (en) « Under Armour CEO Confirms the Steph Curry 1 Release Date », sur complex.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  45. (en) « Stephen Curry's underdog story extends to endorsements », sur espn.com,‎ (consulté le 31 mai 2015)
  46. (en) Ric Bucher, « Bucher: Top Shooters Agree Curry Is Best Ever », sur Bleacher Report (consulté le 29 février 2016)
  47. (en) Rhett Allain, « The Physics of Steph Curry's Killer Jump Shot », sur www.wired.com,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  48. Fabrice Auclert, « Les secrets du shoot de Stephen Curry », sur www.basketusa.com,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  49. N.S, « Les secrets du shoot légendaire de Stephen Curry », sur www.basketsession.com,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  50. (en) Scott Caccio, « It’s Stephen Curry’s Game Now : The Warriors’ butterfly with a jump shot, Curry is changing how we understand basketball. », The New York Times,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  51. a, b et c (en) Scott Caccio, « The Artistry of Stephen Curry : The Warriors guard’s moves on the basketball court draws bravos from the world of ballet. », The New York Times,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  52. (en) Olivia B. Waxman, « Watch Stephen Curry’s Daughter Riley Take Over His Press Conference (Again) », TIMES,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  53. (en) Wyatt Massey, « Riley Curry's 7 most adorable moments », CNN,‎ (consulté le 17 avril 2016)
  54. (en) Justin Terranova, « Riley Curry steps up cuteness in press-conference encore », New York Post,‎ (consulté le 17 avril 2016)