Metroid: Fusion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Metroid Fusion)
Aller à : navigation, rechercher
Metroid
Fusion
Image illustrative de l'article Metroid: Fusion

Éditeur Nintendo
Développeur Nintendo R&D1
Concepteur Yoshio Sakamoto (réalisateur, scénariste)
Takehiro Izushi (producteur)

Date de sortie États-Unis
Europe
Drapeau : Japon
Genre Action-aventure
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Game Boy Advance
Média Cartouche

Metroid: Fusion (メトロイドフュージョン, Metoroido Fyūjon?) est un jeu vidéo d'action-aventure en 2D développé par Nintendo R&D1 et édité en 2002 par Nintendo sur Game Boy Advance. Il s'agit du 4e épisode de la série Metroid.

Il se démarque de la série en abandonnant l'exploration libre au profit d'un système de missions qui incitent le joueur à visiter les lieux, tout-comme l'ambiance particulière, angoissée procurant un sentiment de solitude, laissant place à monde aux couleurs éclatantes[1]. Nintendo est si inquiet pour la licence Metroid à cause de la sortie de Metroid Prime, qu'elle décide de développer un jeu en 2D en interne, réalisé par le créateur historique Yoshio Sakamoto, respectant tous les marqueurs de la licence, et édite le jeu le même jour.

Metroid Fusion est un succès, mais reste une simple conversion de la franchise sur Game Boy Advance, comparé au succès phénoménal de la conversion de Retro Studios[2].

Trame[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

En 20X5 une nouvelle forme de vie est découverte sur la planète SR388 par un vaisseau d'exploration de la Fédération galactique. Il s'agit d'un parasite en sustentation dans l'air nommé « Métroïde », capable d'absorber toute forme d'énergie.

Cette capacité a attiré les convoitises des Pirates de l'espace qui voulaient en faire une arme toute puissante pour devenir les maîtres de l'univers. Mais Samus Aran détruisit tous leurs espoirs en battant leurs supérieurs hiérarchiques Ridley et Kraid ainsi que leur souveraine, Mother Brain, qui s'était retranchée sur la planète Zebes.

L'armée ne pouvant détruire les Métroides qui menaçaient la Fédération, Samus s'en chargea. Alors que sa mission était presque terminée, elle découvrit un bébé Métroide et, prise d'affection pour lui, le confia à l'Académie des sciences spatiales de la Fédération. Après des études approfondies sur cet organisme il fut prouvé qu'il pouvait servir l'humanité.

Mais tous les Pirates de l'espace n'était pas morts et ils s'emparèrent de ce dernier Métroide. Samus repartit une nouvelle fois sur la planète Zebes pour le récupérer. Cependant, durant le combat final contre Mother Brain, ressuscité par les Pirates à l'aide de son code génétique, le bébé Métroide sacrifia sa vie pour sauver Samus. C'est ainsi que le dernier représentant de l'espèce des Métroïdes disparut.

Chronologie de la série Metroid

Scénario[modifier | modifier le code]

Bien plus tard, sur la planète SR-388, Samus fut mandatée par la compagnie Biométrix pour surveiller une équipe de biologistes chargée d'étudier la faune locale. Pendant l'exploration de la planète, une curieuse forme de vie flottante et gélatineuse fut découverte ; on l'appela « Parasite X ». Samus entra en contact avec cet organisme puis, en reprenant son vaisseau, elle fut prise d'un malaise et en perdit le contrôle, se dirigeant vers une ceinture d'astéroïdes. La capsule de secours se déclencha et elle fut ramenée dans une base en orbite autour de la planète. Les parasites X s'étant multipliés dans sa combinaison et dans son organisme, elle tomba dans un coma profond et fut rapatriée sur une base de la Fédération. Le seul moyen trouvé pour la sauver fut de créer un vaccin à partir de cellules Métroides gardées en culture dans un laboratoire. Ce qui marcha quasi-instantanément. Quelque temps après, la station de recherche en orbite autour de SR-388 envoya un signal de détresse. Samus partit sur le champ.

Le Parasite X[modifier | modifier le code]

Depuis que les Métroides ont été exterminés de la surface de SR-388, les X ont pu se développer, étant donné que les Métroides étaient leur seul prédateur et dominaient toutes les autres formes de vies organiques. Pouvant maintenant contrôler la faune et la flore de la planète, les X devinrent les maîtres du système, et leurs envies de savoir, de puissance et de pouvoir grandissaient de jour en jour. Leur organisme est simple (un composé liquide ayant la capacité de graviter) et leur permet de s'infiltrer facilement dans le tissu organique des êtres vivants, à l'exception des Métroides. Ce procédé leur permet de copier le code génétique de leurs victimes, seul moyen pour eux de survivre. Après s'être approprié leur ADN, ils tuent leurs hôtes, pour ensuite prendre leur forme. Ce mode de vie fait de ces parasites des créatures aussi dangereuses que les Métroides. Samus Aran a été une de leurs victimes mais a survécu.

Les chirurgiens ont recouru à une méthode radicale pour sauver Samus. Ils ont tout d'abord disséqué certaines parties bio-organiques du Costume de Puissance de Samus, confectionné par les Chozo, car elles étaient contaminées par les X. Ils décidèrent ensuite de créer un sérum à partir d'une larve Métroide, prédateur du X. Les restes de son armure furent envoyés sur la Station de Recherche BSL, en orbite autour de SR388.

Personnages[modifier | modifier le code]

Le jeu contient des personnages tels que Samus Aran, Adam Malkovich (ordinateur), SA-X.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Metroid: Fusion est un jeu d'action-aventure alliant des phases de recherche et de shoot 'em up, dans lequel le joueur contrôle le personnage nommé Samus Aran. À l'instar des précédents opus de la série Metroid, l'action se déroule dans un vaste monde labyrinthique, qui comporte de nombreux ascenseurs reliant différentes zones entre elles, qui contiennent différentes pièces séparées par des portes. Samus peut déverrouiller diverses portes, mais certaines ne peuvent l'être que si elle atteint certains objectifs. Metroid: Fusion est beaucoup plus linéaire que ses prédécesseurs, car il est très scénarisé et centré sur cet aspect. De plus, nouvel épisode voit l'apparition des salles de navigation, de nouvelles pièces qui indiquent au joueur où aller. Le gameplay oblige le joueur à résoudre des énigmes afin de découvrir des secrets, et le confronte également à des séquences de jeu de plates-formes et de tir sur des ennemis. Le joueur doit également rechercher en même temps des power-up, permettant à Samus d'acquérir de plus en plus de puissance et de capacités, et ce qui lui permet d'atteindre de nouvelles zones. Dans cet opus, la combinaison de Samus est infectée par une nouvelle forme de vie appelée « parasite X ». Samus peut récupérer ces parasites qui flottent dans les airs, afin de régénérer sa vie, mais aussi ses missiles et ses bombes. Les power-up peuvent être téléchargés dans les salles de données, ou en absorbant un Core-X, un gros parasite X qui apparait uniquement après la mort de chaque boss. Metroid: Fusion introduit de nouveau mécanismes de gameplay, tel que la possibilité s'accrocher au mur, ou de sauter aux échelles[3].

Items et équipement[modifier | modifier le code]

Au cours de sa mission, Samus va acquérir différents items la rendant à chaque fois plus puissante[4],[5].

Niveaux[modifier | modifier le code]

Le jeu se passe dans une station spatiale de recherche divisée en plusieurs zones. Main deck est la zone centrale qui donne accès aux laboratoires. Contient un jardin artificiel où l'on retrouve les animaux rescapés de l'explosion de Zebes à la fin de Metroid 3. Le secteur 1 SRX reconstitue l'atmosphère, la faune et la flore des cavernes de la planète SR388, explorée lors de l'épisode 2. On retrouve donc des X ayant pris la forme des personnages de Metroid 2. On y rencontre aussi une metroid omega. Le secteur 2 TRO reconstitue l'environnement tropical de la zone Brinstar de Zebes. Les X imitent la forme des aliens de Brinstar présents dans les épisodes 1 et 3. On retrouve aussi un clone de Ridley, boss récurrent dans toute la série. Le secteur 3 PYR reconstitue l'environnement volcanique de la zone Norfair de Zebes. Samus a besoin d'une armure de protection contre la chaleur dans les zones de lave. Les X prennent la forme des aliens de Norfair dans metroid 1 et 3. Le secteur 4 AQA reconstitue l'environnement aquatique de la zone Maridia de Zebes, les X prennent la forme des monstres de Maridia dans Metroid 3. Le secteur 5 ARC est un environnement. Le secteur 6 NOC est un secteur nocturne. On y trouve des X mutés en aliens éclairants de Brinstar dans Metroid 3[4],[5].

Contenu bonus[modifier | modifier le code]

Grâce au câble Nintendo GameCube-Game Boy Advance et à l'aide de la carte mémoire GameCube, le joueur peut connecter la console portable Game Boy Advance à la GameCube, afin de relier Metroid: Fusion à Metroid Prime. Si la partie de Metroid: Fusion est terminée, il peut bénéficier du costume Fusion dans le jeu Metroid Prime[6].

Grâce à la liaison et à une partie de Metroid Prime terminée, le joueur peut également accéder au premier jeu de la série intitulé Metroid. Le jeu est identique à l'original cependant, le code de sauvegarde donné à chaque fin de partie est mémorisé[6].

Le joueur peut également relier le jeu Metroid: Fusion avec le jeu Metroid: Zero Mission, afin de débloquer une galerie de photos avec des images de la fin du jeu.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Aperçu des notyes ontenues
Presse papier
Média Note
Consoles + (FR) 94 %[7]
Edge (GB) 8/10[8]
EGM (US) 9,17/10[9]
GamePro (US) 4,5/5[10]
Joypad (FR) 8/10[11]
Nintendo Power (US) 5/5[12]
Game Informer (US) 10/10[13]
Nintendo, le Magazine Officiel (FR) 9/10[14]
GamesTM (GB) 8/10[15]
NGC Magazine (GB) 92 %[16]
Presse numérique
Média Note
Eurogamer (GB) 9/10[17]
Gamekult (FR) 8/10[18]
GameSpot (US) 8,6/10[19]
GamesRadar (US) 85 %[20]
IGN (US) 9,5/10[21]
Jeuxvideo.com (FR) 19/20[22]
GameSpy (US) 88 %[23]

Ventes[modifier | modifier le code]

Metroid Fusion se vend à 100 000 exemplaires lors de sa première semaine d'exploitation en Amérique du Nord[24].

Postérité[modifier | modifier le code]

À l'occasion de la sortie du jeuMetroid: Samus Returns le 15 septembre 2017, Pixel - Le Monde.fr réalise un classement des meilleurs jeux de la série Metroid, dans lequel Metroid: Fusion est désigné 6e meilleur jeu[25].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rus McLaughlin, « IGN Presents The History of Metroid », IGN, .
  2. (en) Jake Shapiro, « Rebooting Samus: The relationship between East and West in game design, through Metroid Prime », sur Gamasutra, .
  3. (en) Simonlimon, « First Look: Metroid Fusion », sur GamePro, .
  4. a et b « Metroid Fusion », Nintendo, le Magazine Officiel, no 7,‎ , p. 64-70.
  5. a et b « Metroid Fusion », Nintendo, le Magazine Officiel, no 8,‎ , p. 78-84.
  6. a et b (en) « Metroid Prime, Fusion connection revealed », sur GameSpot, .
  7. « Metroid Fusion », Consoles +, no 132,‎ , p. 91.
  8. (en) Edge, « Metroid Fusion Review », Edge, no 119,‎ , p. 82-83.
  9. « Metroid Fusion », Electronic Gaming Monthly, no 173,‎ , p. 214.
  10. (en) Stardingo, « Review: Metroid Fusion », sur GamePro, .
  11. Kendy, « Metroid Fusion », Joypad, no 126,‎ , p. 110.
  12. (en) « Now Playing - Metroid Fusion », Nintendo Power, no 163,‎ , p. 212.
  13. (en) Andy McNamara, « Metroid: Fusion Review », Game Informer, no 120,‎ (lire en ligne).
  14. « Metroid Fusion », Nintendo, le Magazine Officiel, no 7,‎ , p. 104-105.
  15. (en) GamesTM, « Metroid Fusion », GamesTM, no 2,‎ , p. 108-109.
  16. (en) NGC Magazine, « Metroid Fusion », NGC Magazine, no 76,‎ , p. 46-47.
  17. (en) Tom Bramwell, « Metroid Fusion », sur Eurogamer, .
  18. Trunks, « Metroid Fusion : She's Back », sur Gamekult, .
  19. (en) Greg Kasavin, « Metroid Fusion Review », sur GameSpot, .
  20. (en) Alastair Aitchison, « Metroid Fusion », sur GamesRadar, .
  21. (en) IGN Staff, « Metroid Fusion Review », sur IGN, , p. 1-2.
  22. Romendil, « Test Metroid Fusion », sur Jeuxvideo.com, .
  23. (en) Benjamin Turner, « Metroid Fusion (GBA) », sur GameSpy, , p. 1-2.
  24. « Grosses ventes chez Nintendo », sur Jeuxvideo.com
  25. William Audureau, « Jeux vidéo : quel est le classement des meilleurs « Metroid » ? », Pixel - Le Monde.fr, .

Lien externe[modifier | modifier le code]