Pitch (fiction)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un pitch[1] est la synthèse d'un récit, d'une œuvre de fiction, à travers une phrase ou un petit paragraphe.

C'est l'argument, le ressort dramatique, ou encore l'accroche, destinée à présenter son projet et à vendre un script à un producteur. Il doit donc constituer une accroche courte et efficace du projet, afin d'inciter le producteur à proposer un rendez-vous à l'auteur ou à signer rapidement une option afin de bloquer les droits du projet.

Les utilisateurs d'expression anglaise distinguent le tagline pitch, qui est un slogan intrigant souvent utilisé pour la promotion des œuvres sur les affiches des films, du one line pitch, plus souvent appelée Logline (en) qui est le résumé du conflit principal ou du sujet de l'histoire en une phrase[2].

Au États-Unis, le principe du pitch, développé selon le « high concept » inventé par le producteur américain Don Simpson (succès d'un blockbuster reposant sur un pitch d'une ou deux phrases), a été fortement critiqué par Peter Watkins, qui considère cette pratique comme en partie responsable de la crise des médias et de la standardisation des œuvres audiovisuelles[3]. Ces critiques ont été partiellement reprises dans le rapport du Club des 13 en 2008.

Les partisans du pitch, quant à eux, font valoir que ce principe s'applique à tous les récits bien construits, que ce soit une pièce de théâtre comme La Vie de Galilée de Bertolt Brecht, un manga comme Quartier lointain de Jirō Taniguchi ou un film comme Le Pigeon réalisé par Mario Monicelli. Il s'agit simplement de pouvoir brosser rapidement un portrait de son projet.

En France[modifier | modifier le code]

En France, le mot est couramment utilisée dans les médias pour désigner un résumé ou un court synopsis de l'histoire.

Plus généralement, un pitch, c'est aussi l'action physique de présenter son projet, dans le cadre d'un rendez-vous ou dans le cadre d'un concours, souvent sur scène, comme il en existe dans de nombreux festivals de cinéma.

Les professionnels de l'audiovisuel ont francisé le terme pour désigner l'action de présenter son projet : « pitcher » un scénario, un projet, un film...

Si les professionnels ont toujours eu besoin de parler de leurs projets pour les placer à des producteurs, ce n'est que depuis la fin des années 1990 que les méthodes américaines de pitch sont devenues en vogue. Aujourd'hui, elles font parfois l'objet de formations spécifiques.

Aux États-Unis, la longueur du pitch est souvent comprise entre 1 à 3 minutes. En France, les pratiques professionnelles sont moins formatées et encadrées, il n'est pas rare qu'un pitch dure jusqu'à 5 minutes, au risque de perdre toute la dynamique de l'exposé.

Contenu[modifier | modifier le code]

Un pitch doit contenir assez d'éléments pour permettre à l'auditeur de se faire une idée juste du projet, sans surcharger la présentation de détails inutiles.

Un pitch raconte l'histoire à partir du début du scénario. Toutefois, dans le cadre de récits déconstruits ou contenant de multiples trames, le pitch est obligatoirement simplifié pour une meilleure compréhension, même si c'est au détriment de la fidélité au scénario. Il peut alors présenter une chronologie différente, ignorer certaines trames ou encore faire l'impasse sur certains personnages.

Un pitch commence par l'exposition de la situation de départ et des personnages (set-up), se poursuit par l'incident déclencheur (inciting event) qui induit un biais dans la vie des personnages, induisant de nouveaux objectifs et des enjeux. La suite du pitch aborde la stratégie envisagée par les personnages ou les événements qui découlent de ces changements, jusqu'au premier revers de fortune majeur.

Le scénariste délivre très rarement la fin du récit afin de ne pas annihiler l'effet de suspens et d'envie escompté.

Une méthode d'écriture[modifier | modifier le code]

Un pitch est aussi employé comme méthode d'écriture : à partir de l'idée synthétisée en une logline, le scénariste développe un court synopsis en quelques phrases, puis en quelques paragraphes jusqu'à obtenir un synopsis de plusieurs pages.

Cette méthode, appelée « Cornflake » ou « Fractale » permet de structurer son récit sans perdre la dynamique du conflit central.

Exemples de tagline pitch[modifier | modifier le code]

  • La Guerre des étoiles : « A long time ago, in a galaxy far far away » (il y a longtemps, dans une galaxie extrêmement lointaine)
  • Alien : « Dans l'espace, on ne vous entendra pas crier »
  • Mme Doubtfire : « Jamais un père n'avait été si proche de ses enfants »
  • Les Dents de la mer 2 : « Juste au moment où vous pensiez pouvoir retourner dans l'eau en toute sécurité »

Exemples de logline[modifier | modifier le code]

  • Hamlet : « Un jeune prince se bat contre ses propres doutes pour venger son père. »
  • Cyrano de Bergerac : « Un militaire plein de panache et de poésie mais complexé par une tare physique essaie de séduire une précieuse par bellâtre interposé. »
  • La Vie de Galilée : « Un scientifique affronte l’intolérance et l’obscurantisme de son époque pour faire valoir ses théories révolutionnaires. »
  • Quartier lointain : « Un homme de 49 ans, transporté dans la peau de l’adolescent qu’il était à 14 ans, fait tout pour empêcher son père de quitter sa famille. »
  • Le Pigeon : « Un groupe de paumés maladroits organise un cambriolage. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Pitch (filmmaking) » (voir la liste des auteurs).

  1. Mot anglais tirant son origine de sales pitch (« argument commercial »)
  2. Yves Lavandier, Construire un récit, p. 31, Éd. Le clown et l'enfant
  3. (en) Charles Fleming, High Concept : Don Simpson and the Hollywood Cultures of Excess, Main Street Books, 304 p. (ISBN 0385486952, OCLC 41982378)