Mary Esther Harding

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une psychologue
Cet article est une ébauche concernant une psychologue.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Mary Esther Harding
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à ShropshireVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité États-UnisVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation École de médecine des femmes de Londres (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Profession PsychologueVoir et modifier les données sur Wikidata

Mary Esther Harding, née à Shropshire, en Angleterre en 1888 et morte en 1971, est une psychologue jungienne américaine d'origine britannique. Elle est considérée comme la première psychologue jungienne d'importance aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

María Esther Harding est , en tant que quatrième fille parmi six enfants issus d'un même père, dentiste. Elle fut une lectrice avide et a été instruite à domicile jusqu'à sa onzième année. Afin d'atteindre son objectif d'arriver à être docteur et missionnaire, elle a assisté à des cours de médecine à la faculté de médecine de Londres, dans la section d'enseignement les étudiantes femmes. Elle obtient son diplôme en 1914, ainsi que 8 étudiantes. Elle écrira son livre, De l'échec circulatoire de la diphtérie, alors qu'elle avait elle-même contracté cette maladie à l'hôpital. Après sa convalescence, une de ses amies, Constance Long, lui a procuré une traduction anglaise du livre de Carl Gustav Jung, la Psychologie de l'Inconscient. C'est ce « cadeau » qui la conduisit et avec elle, un petit groupe d'étudiants sympathisants, vers la psychologie analytique mais aussi a motivé sa visite à Jung en Suisse.

Psychologie analytique[modifier | modifier le code]

En 1919, elle se rend, avec Eleanor Bertine et Kristine MannZurich pour assister à l'une des conférences médicales internationales des femmes. Eleanor Bertine et Esther Harding ont développé une relation étroite et, en 1924, elles décident de s'installer à New York. Chaque année, elles voyagèrent à Zurich pour deux mois d'analyse et elles passaient les étés dans l'Île Bailey, Maine, dans la maison de vacances de Kristine Mann. C'est dans cet endroit tranquille, confortable, loin des distractions de la vie quotidienne et qu'elles menèrent leurs recherches sur l'inconscient.

Communauté jungienne[modifier | modifier le code]

María Esther Harding est devenue influente dans la communauté de la psychologie analytique et jungienne de New York, et devint une auteure prolifique et une conférencière réputée aux États-Unis et au Canada sur les questions liées à la psychologie.

Son premier livre d'inspiration jungienne est intitulé The Way of All Women (Le Chemin de toutes les femmes) a été un best-seller, traduit dans plusieurs langues et a amené de nombreuses personnes à la psychologie jungienne.

Harding a écrit d'autres livres connus, notamment L'Énergie psychique (Psychic Energy), Les Mystères de la femme (Women's mysteries), L'Image paternelle (The Parental Image), et Le je et le non-Je (The I and not I), ainsi que de nombreux articles et documents en rapport avec une thématique variée, allant de la dépression à la religion.

Harding a aussi été aidé à la création d'organisations jungiennes, comme le Club de psychologie analytique de New York (The Analytical Psychology Club) en 1936, la Société médicale pour la psychologie analytique. Division orientale (The Medical Society for Analytical Psychology. Eastern Divisionen) en 1946 et la Fondation C.G. Jung de psychologie analytique (C.G. Jung Foundation for Analytical Psychology) des États-Unis en 1963.

Bibliographie et Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

En castillan[modifier | modifier le code]

  • Harding, Mary Esther, Los misterios de la mujer, Barcelona: Ediciones Obelisco, 2005. (ISBN 978-84-9777-214-3)

En anglais[modifier | modifier le code]

  • The Circulatory Failure of Diphtheria: A thesis for the degree of Doctor of Medicine in the University of London, University of London Press (1920), ASIN B00087EDZI
  • The Way of All Women, Putnam Publishing (New York, 1970). (ISBN 1-57062-627-8)
  • Psychic Energy, its source and goal, ASIN B00005XR4E
  • Woman's Mysteries (ancient and modern: A psychological interpretation of the feminine principle as portrayed in myth, story, and dreams), Pantheon; A new and rev. ed edition (1955), ASIN B0006AU8SI
  • The Parental Image: Its injury and reconstruction; a study in analytical psychology, Published by Putnam for the C. G. Jung Foundation for Analytical Psychology (1965), ASIN B0006BMVIM
  • The I and the Not-I. Bollingen (January 1, 1974), (ISBN 0-691-01796-4)
  • The Value and Meaning of Depression, Analytical Psychology Club (June, 1985), (ISBN 0-318-04660-1)
  • A short review of Dr. Jung's article Redemption ideas in alchemy, ASIN B0008C5SP2
  • The mother archetype and its functioning in life, Analytical Psychology Club of New York City (1939), ASIN B00089E47S
  • Afterthoughts on The Pilgrim, Analytical Psychology Club of New York (1957), ASIN B0006RJAD0
  • Inward Journey, Sigo Pr; 2d edition (October, 1991), (ISBN 0-938434-61-6)
  • Way of All Women: a Psychological Interpretation, Harpercollins Publisher (January 1, 1975), (ISBN 0-609-03996-2)
  • Journey Into Self, Longmans Green & Co., 1956
  • Woman's Mysteries: Ancient & Modern, Longmans Green & Co., 1935
  • The Way of All Women, Longmans Green & Co., 1933

Autres références[modifier | modifier le code]

  • (en) Ronald Hayman, A life of Jung, New York London, W.W. Norton, (ISBN 0-393-32322-6)
  • (en) Thomas B. Kirsch, The Jungians a comparative and historical perspective, London Philadelphia, Routledge, (ISBN 0-415-15861-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]