L'Homme et ses symboles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Homme et ses symboles
Image illustrative de l’article L'Homme et ses symboles
Carl Gustav Jung

Auteur Carl Gustav Jung, Aniéla Jaffé, Joseph L. Henderson, Marie-Louise von Franz, Jolande Jacobi
Genre Vulgarisation, Psychologie analytique
Version originale
Langue anglais
Titre Man and His Symbols
Date de parution 1964
ISBN 0-440-35183-9
Version française
Date de parution 1964

L'Homme et ses symboles est un ouvrage de psychologie auquel a participé Carl Gustav Jung et réalisé sous son égide, quelques mois avant sa mort (survenue en 1961) puis sous la responsabilité de Marie-Louise von Franz.

Conçu avec l'intention de faire connaître la pensée de Jung du grand public et rédigé en langue anglaise, l'ouvrage a été publié pour la première fois en 1964, traduit ensuite en plusieurs langues et régulièrement réédité.

Origine du livre[modifier | modifier le code]

L'idée de cet ouvrage se développe en deux étapes.

- Au printemps de l'année 1959, la BBC demande au journaliste (et futur politicien) John Freeman d'interviewer Carl Gustav Jung chez lui à Küsnacht, pour son émission de télévision Face to face. D'une durée de quarante minutes, celle-ci est diffusée le [1]. Parmi ceux qui la découvrent se trouve Wolfgang Foges, qui dirige les éditions Aldus Books. Celui-ci estime qu'il est dommage que Jung reste très peu connu du grand public, notamment en comparaison de Sigmund Freud. Il prie alors Freeman de l'aider à convaincre Jung d'exprimer les principes fondamentaux de sa pensée sous la forme d'un livre de vulgarisation. Freeman se rend à nouveau chez Jung, lequel refuse alors la proposition.

- Deux facteurs interviennent ensuite, qui conduisent Jung à accepter finalement l'offre : l'abondance inhabituelle de courrier qu'il reçoit à la suite de l'émission de la BBC ainsi qu'un rêve qu'il fait, dans lequel il s'adresse à une foule qui l'écoute attentivement[2]. Quand Foges sollicite Jung, une semaine plus tard, celui-ci lui répond favorablement mais pose deux conditions : que l'ouvrage soit rédigé avec quelques uns de ses collaborateurs et que Freeman en assure la coordination [3].

Structure du livre[modifier | modifier le code]

Abondament illustré, le livre comprend cinq parties :
- Essai d'exploration de l'inconscient (C. G. Jung)
- Les mythes primitifs et l'homme moderne (Joseph L. Henderson (en))
- Le processus d'individuation (Marie-Louise von Franz)
- Le symbolisme dans les arts plastiques (Aniéla Jaffé)
- Les symboles à l'intérieur d'une analyse individuelle (Jolande Jacobi).

Jung termine son chapitre à peine dix jours avant le début de la maladie qui le conduit à la mort (c'est son tout dernier article) et alors qu'il a approuvé le brouillon de ses collaborateurs.

Après sa mort, Marie-Louise von Franz assume la responsabilité de prendre en charge la coordination et rédige la conclusion.

Extraits[modifier | modifier le code]

Le livre a été publié en France en même temps que l'édition originale : en 1964. Les rééditions sont restées inchangées, avec la même pagination.

  • « L’homme moderne ne comprend pas à quel point son « rationalisme » l’a mis à la merci de ce monde psychique souterrain. Il s’est libéré de la « superstition » (du moins, il le croit) mais ce faisant, il a perdu ses valeurs spirituelles à un degré alarmant. Ses traditions morales et spirituelles se sont désintégrées et il paie cet effondrement d’un désarroi et d’une dissociation qui sévissent dans le monde entier.[4] »
  • « Aujourd’hui, nous parlons de « la matière « , nous décrivons ses propriétés physiques, nous menons des expériences en laboratoire pour démontrer quelques uns de ses aspects. Mais le mot « matière » reste un concept purement intellectuel, qui n’a aucun sens psychique pour nous. (…) De même ce qui était autrefois « l’esprit » est aujourd’hui identifié avec l’intellect. Il s’est dégradé jusqu’à tomber dans les limites de la pensée égocentrique[5]. »
  • « Malgré l’orgueilleuse prétention que nous avons de dominer la nature, nous sommes encore ses victimes parce que nous n’avons pas encore appris à nous dominer nous-mêmes[6]. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C.G. Jung (dir.), L'homme et ses symboles, Robert Laffont, 2002
  • C.G. Jung, Essai d'exploration de l'inconscient, Gallimard, collection folio « Essais », 1988

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Face to Face, BBC, 22 octobre 1959, 38'05"
  2. John Freeman, "introduction", in L'homme et ses symboles, Robert Laffont, 1964. pp. 9-15
  3. Ibid.
  4. p. 94
  5. pp. 94-95
  6. p. 101