Paul Radin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Radin (homonymie).
Paul Radin
Portrait de Paul Radin
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à ŁódźVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata
à New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité(s) États-UnisVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation Université de New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession(s) Anthropologue (en) et professeur d'universitéVoir et modifier les données sur Wikidata
Employeur(s) Université de Californie à Berkeley et université de ChicagoVoir et modifier les données sur Wikidata

Paul Radin (Łódź, Pologne[1], 2 avril 1883 - New York, 21 février 1959) est un anthropologue américain. À partir de 1908, il étudie sur le terrain plusieurs tribus indiennes d'Amérique du Nord et du Mexique. Parmi ses nombreux ouvrages, le plus célèbre est The Trickster (1956), où il est question du mythe du « Fripon ». Sur le même sujet, il est le co-auteur du Fripon divin : un mythe indien, qui comprend des textes de Karl Kerényi, précurseur de l'étude de la mythologie grecque, et des analyses du psychanalyste Carl Gustav Jung.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Łódź en 1883, Paul Radin est le fils du rabbin Adolf-Moshe Radin et de Johanna Theodor Radin. Sa famille s'installe l'année suivante à Elmira (New York).

Il obtient l'équivalent du baccalauréat français à l'Université de New York en 1902. Il entre ensuite à l'université Columbia en 1911, où il étudie l'anthropologie. Il y suis les cours de Franz Boas et a entre autres pour condisciples Edward Sapir et Robert Lowie.

Après avoir obtenu son doctorat, il conduit des études de terrain sur les Winnebago dans le Nebraska et le Wisconsin entre 1908 et 1912, les Ojibwé et les Outaouais en Ontario (Canada) de 1912 à 1917, les Huave et Zapotèques à Oaxaca (Mexique) de 1912 à 1913 et de 1927 à 1929, les Wiyot et Yurok en Californie de 1917 à 1918 puis en 1930, et les Outaouais au Michigan en 1925.

Il supervise ensuite les travaux de ses étudiants sur les Afro-américains à Nashville de 1927 à 1928, et sur divers groupes ethniques – chinois, grecs, irlandais, italiens, et japonais – à San Francisco de 1937 jusque dans les années 1940.

Radin enseigne dans de nombreuses institutions, dont le Mills College (Californie) de 1917 à 1918, l'université de Californie de 1918 à 1920 et en 1932, l'université de Cambridge (Angleterre) de 1920 à 1925, l'Institut Carl Gustav Jung (Suisse) en 1925 puis de 1953 à 1956, la Fisk University de 1927 à 1930, le Black Mountain College de 1941 à 1942 et en 1944, le Kenyon College (Ohio) en 1947 et de 1949 à 1952, et l'université Brandeis de 1957 à 1959.

Radin épouse Doris Woodward (1901-1991) en 1932. Il meurt en 1959.

Théorie et concepts[modifier | modifier le code]

Les études de Radin sur le « fripon » (le trickster) lui valent une certaine notoriété et lui permettent de collaborer avec Carl Gustav Jung. Ensemble, ils développent le concept d'enfant intérieur, la contribution de Radin venant de l'étude faite par lui de la psychologie du fripon.

Paul Radin, co-auteur avec Jung de l'ouvrage sur le mythe du Fripon, écrit dans celui-ci : « Il n'est guère de mythe aussi répandu dans le monde entier que celui que l'on connaît sous le nom de "mythe du Fripon" dont nous nous occuperons ici. Il y a peu de mythes dont nous puissions affirmer avec autant d'assurance qu'ils appartiennent aux plus anciens modes d'expression de l'humanité ; peu d'autres mythes ont conservé leur contenu originel de façon aussi inchangée. […] Il est manifeste que nous nous trouvons ici en présence d'une figure et d'un thème, ou de divers thèmes, doués d'un charme particulier et durable et qui exercent une force d'attraction peu ordinaire sur l'humanité depuis les débuts de la civilisation. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Traductions en français[modifier | modifier le code]

  • Paul Radin (trad. Anne Joba), Le Monde de l'homme primitif, Paris, Les Éditions Payot, coll. « bibliothèque scientifique », (1re éd. 1953), 334 p. (lire en ligne)
  • Paul Radin, Quelques Mythes et Contes des Ojibwa du sud-est d'Ontario, Ottawa, Imprimerie du Gouvernement, Ministère des mines, commission géologique, coll. « Série anthropologique », , 94 p. (lire en ligne)
  • Paul Radin (trad. Alfred Métraux), La religion primitive. Sa nature et son origine, Paris, Les Éditions Gallimard, coll. « L'espère humaine » (no 4), , 242 p. (lire en ligne)

Œuvres de Radin[modifier | modifier le code]

  • 1915: The Winnebago Tribe (réédition 1990 University of Nebraska Press ISBN 0-8032-5710-4 )
  • 1927: Primitive Man As Philosopher (avec une introduction de Dewey)
  • 1934: The Racial Myth
  • 1953: The World of Primitive Man
  • 1956: The Trickster: A Study in Native American Mythology ISBN 978-0-8052-0351-6
  • 1958: Le Fripon divin: un mythe indien, ouvrage collectif avec Carl Gustav Jung, Paul Radin et Kerényi, éditions Librairie de l'Université, Georg et Cie.

Ouvrages sur Radin[modifier | modifier le code]

  • Diamond, Stanley (ed.), 1960: Culture in History: Essays in Honor of Paul Radin., New York: Columbia UP;
  • Lindberg, Christer: 2000, "Paul Radin: The Anthropological Trickster" in European Review of Native American Studies, 14(1);
  • Lurie, N.O., 1988: "Relations Between Indians and Anthropologists," in Handbook of North American Indians, Vol. 4. Washington DC.

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lodz faisait alors partie de l'Empire allemand

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]