Marc Lienhard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lienhard.

Marc Lienhard

Description de cette image, également commentée ci-après

Marc Lienhard en juin 2013.

Naissance 22 août 1935 (78 ans)
Colmar
Nationalité Française
Profession Théologien,
Pasteur,
Historien.
Formation
Distinctions
Chevalier de la Légion d’honneur,
Croix de la valeur militaire,
Chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Marc Lienhard, né le 22 août 1935 à Colmar, est pasteur, théologien et historien français, professeur émérite de l'Université de Strasbourg.

Formation[modifier | modifier le code]

Marc Lienhard est issu d’une famille protestante dont les ascendants sont attestés du côté maternel à Colmar depuis le XIVe siècle, et du côté paternel dans la région d’Ingwiller depuis le XVIe siècle.

Suivant les déplacements des parents (son père est juriste, sa mère assistante sociale), il commence sa scolarité à Strasbourg-Neuhof (1941-1943), la poursuit à Dettwiller (1943-1945), puis au collège de Saverne (1945-1948), enfin au Gymnase Jean-Sturm à Strasbourg (1948-1953).

En 1953 il intègre l’Université de Strasbourg pour des études de théologie protestante. De 1954 à 1955 il étudie à la Faculté de théologie protestante de Montpellier, où il suit aussi des cours de philosophie. Après la poursuite de ses études à Strasbourg de 1955 à 1957, il passe encore une année d’études à l’Université de Bâle (1957-1958) où il suit aussi des cours de philosophie et d’histoire[1].

Diplômes[modifier | modifier le code]

  • Licence et maîtrise en théologie (1959)
  • Doctorat ès Sciences Religieuses à l’Université de Strasbourg (1965)
  • Doctorat d’État en théologie protestante de l’Université de Strasbourg (1971)[2]

Activités[modifier | modifier le code]

Le pasteur et président d’Église[modifier | modifier le code]

De 1960 à 1961, pendant les dix derniers mois de son service national, il est aumônier militaire à Sétif (Algérie). En 1961 il est pasteur stagiaire à Bischheim. En 1963 il est ordonné pasteur dans l’Église de la Confession d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine. En 1963 il est pasteur de la paroisse de Bischheim, puis, de 1963 à 1968, pasteur à Uhrwiller. De 1977 à 1991 il est délégué de la Faculté de théologie au Consistoire Supérieur de l’Église de la Confession d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine. De 1997 à 2003 il est président du Directoire de cette Église et président du Chapitre Saint-Thomas de 1997 à 2003. Il est membre du Conseil de la Fédération protestante de France de 1997 à 2003, président de la Conférence des Églises Riveraines du Rhin de 1997 à 2003[3], président de l’Alliance Nationale des Églises Luthériennes de France de 2000 à 2003[4].

Le théologien et l’historien[modifier | modifier le code]

De 1968 à 1973 Marc Lienhard est professeur de recherche au Centre d’Études Œcuméniques créé à Strasbourg par la Fédération luthérienne mondiale. Dans ce cadre il participe à de nombreuses conférences internationales. Il est l’un des auteurs de la Concorde de Leuenberg qui a fondé théologiquement la communion entre Églises luthériennes et réformées d’Europe[5] En 1973, Marc Lienhard succède au professeur François Wendel à la Faculté de théologie protestante de Strasbourg. Il est doyen de cette Faculté de 1991 à 1996[6]. Il y enseigne jusqu'en 1997 l’histoire du christianisme moderne et contemporain. Il a enseigné aussi, en tant que professeur invité, aux Universités de Neuchâtel et de Berlin, à l’Institut catholique de Paris et aux Facultés de Théologie Protestante de Paris, d’Aix-en-Provence, de Fianarantsoa (Madagascar) et de Yaoundé (Cameroun). Direction de nombreuses thèses. Ses conférences et publications ont porté avant tout sur Luther, la Réformation à Strasbourg, les anabaptistes et autres dissidents dans l’Europe du XVIe siècle, sur l’histoire du protestantisme, en particulier en Alsace, sur l’identité alsacienne[7] et sur des sujets œcuméniques[8] et européens[9].

Il est codirecteur de l’édition des Œuvres de Luther dans la collection de La Pléiade, membre correspondant des Académies de Mayence (depuis 1989) et de Montpellier (depuis 1998), membre de l’Académie Rhénane[10], membre du comité de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français (depuis 1987), membre des comités de rédaction de la Revue d'histoire et de philosophie religieuses et de Positions luthériennes, membre du comité d’édition des Œuvres de Martin Bucer publiées par l’Académie de Heidelberg, depuis 1981.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • À l’occasion de son 65e anniversaire : volume d’hommage, Positions Luthériennes 48 (2000), no 3
  • À l’occasion du 70e anniversaire : volume d’hommage de la RHPhR 85 (2005) : La Réformation. Un temps, des hommes, un message
  • En 2000, l’Université de Neuchâtel lui a décerné le titre de docteur honoris causa[11].

Marc Lienhard a reçu en outre de nombreux prix pour son œuvre. Il est en particulier lauréat de la Fondation Goethe (Oberrheinischer Kulturpreis, 1991), de l'Académie d'Alsace (Prix Maurice Betz, 2000), de l'Académie des Sciences Morales et Politiques (Prix Marcel Flach, 2011). Il est membre de l'Académie rhénane (1998).

Décorations[modifier | modifier le code]

Philippe Richert et Marc Lienhard le 16 novembre 2013.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Lutherisch-reformierte Kirchengemeinschaft heute. Der Leuenberger Konkordien-Entwurf im Kontext der bisherigen lutherisch-reformierten Dialoge, Frankfurt, Lembeck, 1972, 2e éd. 1973, 140 p.
  • Luther, témoin de Jésus-Christ. Les étapes et les thèmes de la christologie du Réformateur, Paris, Cerf, 1973, 472 p. ; trad. allemande: Martin Luthers Christologisches Zeugnis : Entwicklung und Grundlinien seiner Christologie, Berlin-Göttingen, 1980 ; trad. anglaise : Luther : Witness to Jesus Christ. Stages and Themes of the Reformers Christology, Minneapolis, 1982.
  • Foi et vie des protestants d'Alsace, Présence protestante en Alsace, I, Strasbourg-Wettolsheim, 1981, 174 p.
  • Martin Luther. Un temps, une vie, un message, Paris-Genève, Centurion- Labor et Fides 1re et 2e éd. 1983, 4e éd. 1998, Labor et Fides, 477 p. ; trad. portugaise: Martin Lutero, Tempo, Vida e Mensagem, Sao Leopoldo, 1998.
  • Magistrat und Reformation in Straßburg, Karlsruhe, 1984, 42 p.
  • Zwischen Gott und König. Situation und Verhalten der französischen Protestanten nach der Aufhebung des Edikts von Nantes, Heidelberg, 1986, 58 p.
  • L'Evangile et l'Église chez Luther, Paris, Cerf, 1989, 287 p.
  • Un temps, une ville, une Réforme. La Réformation à Strasbourg, Studien zur Reformation in Straßburg, Aldershot, 1990, 320 p.
  • Religiöse Toleranz in Straßburg im 16. Jahrhundert, Mainz-Stuttgart, 1991, 43 p.
  • Au cœur de la foi de Luther : Jésus-Christ, Paris, Desclée, 1991, 355 p.
  • La Foi Vécue. Études d'histoire de la spiritualité, Travaux de la Faculté de Théologie Protestante de Strasbourg 7, Strasbourg, 1997, 248 p.
  • Martin Luther. La passion de Dieu, Paris, Bayard, 1999, 332 p. ; trad.italienne : Martin Lutero. La passione di Dio, Rome, 2001.
  • Dieu rit en Alsace. Histoires et anecdotes de l’Alsace profonde. Postface de Mgr Doré, Schiltigheim, Midgard, 2004, 95 p.
  • Identité confessionnelle et quête de l’unité. Catholiques et protestants face à l’exigence œcuménique, Lyon, Olivétan, 2007, 294 p.
  • Frédéric Horning (1809-1882). Au cœur du Réveil luthérien dans l’Alsace du XIXe siècle, Neuwiller-lès-Saverne, Éditions Luthériennes, 2009, 156 p.
  • Creuser le Sillon. Un théologien alsacien en son temps Strasbourg Midgard, 2007, 181 p.
  • Identität im Wandel : Die Elsässer, Mainz-Stuttgart, 2010, 37 p.
  • Histoire et aléas de l’identité alsacienne, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2011, 242 p. ; trad. Allemande : Spannungsfelder einer Identität : die Elsässer, Stuttgart, Steiner, 2013, 196 p.
  • Le jour vient. Prédications et méditations, Lyon, éditions Olivétan, 2011, 304 p.

En collaboration[modifier | modifier le code]

  • Gemeinschaft der reformatorischen Kirchen, Auf dem Weg II, Zurich, 1971, 176 p. (en coll. avec H.G. Geyer).
  • Bibliotheca Dissidentium. Répertoire des non-conformismes religieux des seizième et dix-septième siècles, I, Baden-Baden, 1980, 127 p. (en coll. avec Ph. Denis et A. Séguenny).
  • Straßburg und die Reformation, Kehl, Morstadt, 1981, 327 p. (en coll. avec J. Willer).
  • Histoire de Strasbourg, II, s. l. d. de G. Livet et F. Rapp, Strasbourg, 1982, 661 p.
  • Luther et la France, catalogue d'exposition, Strasbourg, 1983, 55 p. (en coll. avec R. Peter).
  • Les protestants d'Alsace : du vécu au visible, Wettolsheim-Strasbourg, 1985, 174 p. (en coll. avec G. Koch).
  • Histoire des saints et de la sainteté chrétienne, VIII : Les saintetés chrétiennes 1546-1714, Paris, 1987, 303 p., s. l. d. de J. Delumeau.
  • Catholiques, juifs et protestants en Alsace, Mulhouse, 1992, 238 p. (en coll. avec R. Epp et F. Raphaël).
  • Histoire du christianisme, VIII : Le temps des confessions (1530-1620/1630), Paris, Desclée, 1992, 1236 p., s. l. d. de Marc Venard ; trad. allemande: Die Zeit der Konfessionen (1530-1620-1630), Fribourg en Br., 1992.
  • Histoire du christianisme, VII : De la Réforme à la Réformation (1450-1530), Paris, 1994 ; trad. allemande, Fribourg en Br., 1995 ; trad. italienne, Rome, 2000.
  • Deux Chrétiens de France à Jérusalem (en coll. avec Joseph Doré), Éditions des Pays Rhénans, 2010, 95 p.

Édition de textes et de documents[modifier | modifier le code]

  • Martini Buceri Opera latina, I, Leiden, Brill, 1982, 296 p. (en coll. avec C. Augustijn et P. Frænkel).
  • Collaboration à L’Alsace au siècle de la Réforme 1482-1621, Textes et documents, Nancy, 1985, 405 p., s. l. d. de J. Lebeau et J.M. Valentin.
  • Quellen zur Geschichte der Täufer Elsass III. Teil, Stadt Straßburg 1536-1542, Gütersloh, 553 p. (en coll. avec S. Nelson et H.G. Rott).
  • Quellen zur Geschichte der Täufer IV. Teil, Stadt Straßburg 1543-1552, 1988, 621 p. (en coll. avec les mêmes).
  • Philipp Jacob Spener, Pia Desideria, trad. française, Paris, Arfuyen, 1990, 121 p. (en coll. avec A. Lienhard).
  • La foi des Églises luthériennes. Confessions et catéchismes, Paris-Genève, Cerf-Labor et Fides 1991, 605 p., (en coll. avec A. Birmelé), 3e édition, 2012.
  • Luther. Œuvres I, Paris, La Pléiade, Gallimard, 1999 (en coll. avec M. Arnold), 1559 p.
  • La Théologie. Une anthologie. Renaissance et Réformes (en coll. avec Nicole Lemaitre), Paris, Cerf, 2010, 573 p.

Direction[modifier | modifier le code]

  • La mort au cœur de la vie, Colmar, Strasbourg, 1976 (en coll. avec A. Brien), 102 p.
  • Zeugnis und Dienst reformatorischer Kirchen im Europa der Gegenwart, Ökumenische Perspektiven 8, Francfort, Lembeck 1977, 167 p.
  • The Origins and Characteristics of Anabaptism. Les débuts et les caractéristiques de l’anabaptisme, Archives Internationales d’Histoire des Idées 87, La Haye, 1977, 245 p.
  • Horizons européens de la Réforme en Alsace. Mélanges Jean Rott, Société Savante d’Alsace et des régions de l’Est, Grandes Publications 17, Strasbourg, 1980 (direction avec M. de Kroon), 384 p.
  • Croyants et sceptiques au XVIe siècle. Le dossier des épicuriens. Société Savante d’Alsace et des régions de l’Est, Recherches et Documents 30, Strasbourg, 1981, 172 p.
  • Les dissidents du XVIe siècle entre l’humanisme et le catholicisme, Baden-Baden, Koerner, 1983, 311 p.
  • Martin Bucer and Sixteenth Century Europe. Actes du colloque de Strasbourg, 28-31 août 1991, Leiden, Brill (Studies in Medieval and Reformation Thought 52-53), 1993, 2 vol., (en coll. avec Christian Krieger)), 781 p.

Marc Lienhard a publié en outre de nombreux articles[14].

  • Kirchengeschichte am Oberrhein - ökumenisch und grenzüberschreitend (en coll. avec Klaus Blümlein, Marc Feix, Barbara Hentze), Ubstadt etc. Verlag Regional-kultur, 2013, 648 p.

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Lienhard, Creuser le sillon. Un théologien alsacien en son temps, Schiltigheim, Midgard, 2007, 181 p.
  • Bernard Vogler, « Marc Lienhard », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 24 (1995), p. 2369,
  • Jean-Pierre Kintz, « Marc Lienhard », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne no 46 (2006), p. 4779.
  • E. Schiffer, Von Schauenburg nach Leuenberg. Entstehung und Bedeutung der Konkordie reformatorischer Kirchen in Europa, Paderborn, 1983.
  • Who's who in France, 1992-2013.
  • Christianisme au XXe siècle, 9-15 mars 1997, p. 5.
  • Les Annales de l'Académie d’Alsace no 68 (2002), p. 44-47.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Vogler, « Marc Lienhard », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 24, p. 2369
  2. Luther, témoin de Jésus-Christ : les étapes et les thèmes de la christologie du réformateur, thèse soutenue à l'Université Strasbourg II en 1971, puis publiée aux éditions du Cerf en 1973 [1]
  3. Jacques Fortier, Marc Lienhard va présider le directoire des luthériens alsaciens, in Le Monde du 4 mars 1997, p. 11.
  4. Roland Kauffmann, « Construire l’avenir », Le Messager no 20, année 2003.
  5. Elisabeth Schieffer, Von Schauenburg nach Leuenberg, Entstehung und Bedeutung der Konkordie reformatorischer Kirchen in Europa Verlag Bonifatius, Paderborn, 1983. (ISBN 387088341-3).
  6. Le Messager, 3 mars 1991.
  7. Jacques Trentesaux, Marc Lienhard : "Soyez décomplexés", in L'Express, suppl. Les Strasbourgeois, mai 2011.
  8. C. Aubé-Elie, Le pasteur Marc Lienhard, in Unité des Chrétiens, no 142, p. 28/30, avril 2006.
  9. Hartmut Metzger, Ingo Senft-Werner, Eine Brücke nach Europa schlagen, in Evangelischer Kirchenbote 34/2000, p. 6/7.
  10. Diplôme en date du 13 décembre 1997.
  11. Université de Neuchâtel, diplôme du grade de Docteur en Théologie Honoris Causa, remis le 4 novembre 2000.
  12. Promotion du 15 novembre 2004 au titre du ministère de l'Intérieur.
  13. « Légion d’honneur : Raphaël Nisand, Gisèle Untersinger, Marc Lienhard, Vincent Bouvier parmi les nommés et promus », sur le site dna.fr du 14 juillet 2013.
  14. RHPhR 85 (2005), p. 171-190, et Positions Luthériennes no 58 (2010) p. 251-256.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]