Maître d'hôtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maître d'hôtel
15th century French banqueting.jpg

Maître d'hôtel au XVe siècle

Descriptif[modifier | modifier le code]

Dans un restaurant, un hôtel ou une maison particulière, le maître d'Hôtel est la personne chargée de la coordination de l'ensemble du personnel de service. En habit noir ou en smoking, il est chargé de l'accueil du client au restaurant et de la coordination du service à table, ayant sous ses ordres les chefs de rang. Le Premier Maître d'Hôtel est responsable de toutes les salles du restaurant ; autrement appelé directeur de restaurant. Le maître d'hôtel de carré est quant à lui responsable d'une seule salle de restaurant.

Le maître d'hôtel est la personne qui accueille les clients à leur arrivée ; il les installe ensuite à la table, leur remet le menu et la carte des vins. Il les conseille sur le choix des plats et les suggestions du jour et doit savoir en parler en détail. Il prend la commande avant de laisser la place au chef de rang et au sommelier. Dans la chaîne hôtelière associative Relais & Châteaux, le 1er maître d'hôtel est appelé maître de maison.

Il existe également le maître d'hôtel de particulier, également nommé majordome, qui occupe les mêmes fonctions dans un hôtel particulier d'une famille bourgeoise ou aristocratique.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce titre vient du Moyen Âge, où à la Cour de France le Maître d'Hôtel est alors un seigneur richement vêtu (portant une épée et un diamant au doigt, il a pour insigne le bâton de vermeil) et est chargé d'organiser le service de bouche et de la « domesticité » : ce Maître d'hôtel du roi règle, selon un protocole strict, le ballet des serviteurs (eux-mêmes dirigés par des nobles, appelés Officiers). Certains furent distingués en qualité d'écuyer, de Grand Échanson tandis qu'à la Renaissance certains eurent le privilège d'être estimés Grand Chambellan. D'autres se mirent au service de grands aristocrates résidant dans leur hôtel particulier. Plus contemporainement, certains maîtres d'hôtel furent décorés de la légion d'honneur[1]., voire du Mérite agricole, tandis que d'autres se sont illustrés par la soutenance d'une thèse de doctorat pour confirmer la dimension culturelle utile à l’argumentation commerciale du Maître d'hôtel[2].

Maîtres d'hôtel célèbres dans l'histoire[modifier | modifier le code]

  • Antoine Le Fevre, seigneur de Guibermesnil, maitre d'hôtel du roi en 1623
  • Louis Sanguin, premier maitre d'hôtel du roi en 1689
  • Eugène Cornuché au Maxim's
  • Albert Blaser au Maxim's
  • Frédéric Delair à La Tour d'Argent
  • Jean-Claude Vrinat chez Taillevent
  • Fritz Watel dit Vatel chez le prince de Condé
  • Claude Terrail à la Tour d'argent
  • Madame Véry du restaurant Véry
  • Monsieur Louis au restaurant Lasserre
  • Richard Leblanc, maître d'hôtel du duc de Guise
  • Georges, MH du Ritz en 1938

Maîtres d'hôtel de fiction[modifier | modifier le code]

  • Septime, incarné par Louis de Funès dans le film Le grand restaurant.
  • Alfred, un des maitres d'hôtel décrit dans les pièces de théâtre de Feydeau.
  • Nestor, maitre d'hôtel du Capitaine Haddock à Moulinsart, dans la bande dessinée Tintin d'Hergé.
  • Passepartout, au service de Phileas Fogg dans Le Tour du monde en quatre-vingts jours de Jules Verne.
  • Michel, incarné par Florent Pagny dans le téléfilm Le loufiat.

Maîtres d'hôtel contemporains[modifier | modifier le code]

Maître d'hôtel titulaire de la Légion d'honneur[modifier | modifier le code]

  • Patrick Guilbaud, directeur d'un restaurant

Maître d'hôtel titulaire d'un doctorat d'état (Bac+8)[modifier | modifier le code]

  • Pierre Gouirand, docteur en philosophie, docteur d'État ès-lettres, ancien président de la Fondation Escoffier, a dirigé le restaurant de l’hôtel Westminster à Nice pendant 30 ans
  • Kilien Stengel, docteur en sciences de la communication, ancien maître d'hôtel Relais & châteaux, universitaire
  • Karly Denechaud, (1939-2015) docteur en sciences de la vie et diplôme de l'EHESS, ancien maître d'hôtel et professeur de l'École hôtelière de Paris.
  • Christine Lamarche, directrice du restaurant Relais & Châteaux Toqué! et titulaire d'un doctorat honoris causa de l’Institut de Tourisme et d’Hôtellerie du Québec

Maîtres d'hôtel « Meilleurs ouvriers de France » reconnu en tant que titre certifié de niveau III (Bac+2) par le Ministère du Travail[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Audiger, La Maison réglée, et l'art de diriger maison d'un grand seigneur & autres, tant à la Ville qu'à la Campagne, & le devoir de tous les Officiers, & autres Domestiques en général. Avec la Véritable Méthode de faire toutes sortes d'Essences, d'Eaux de Liqueurs, fortes & rafraîchissantes, à la mode d'Italie. Ouvrage utile et nécessaire à toutes sortes de personnes de qualité, gentilshommes de Province, étrangers, bourgeois, officiers de grandes maisons, limonadiers & autres marchands de liqueurs. Amsterdam, 1697, Cet ouvrage « fournit des indications précieuses sur la tenue d'une maison au XVIIe siècle, sur la Table d'un grand Seigneur et sur la manière de la servir; sur les fonctions de l'Ecuyer de cuisine, de l'Office... »

la troisième édition est datée de 1700 à Amsterdam chez Paul Marret. Il n'existe que très peu de livres de cette édition devenue assez rare[3].

  • Menon, La Science du Maître l'Hôtel Confiseur, à l'Usage des officiers, avec des observations sur la connoissance & les propriétés des Fruits. Enrichie de Desseins en décorations & parterres pour les desserts. Paris, Le Clerc, 1776.
  • Menon, Le Manuel des Officiers de Bouche, ou le Précis de tous les Apprêts que l'on peut faire des Alimens pour servir toutes les Tables, depuis celles des Grands Seigneurs jusqu'à celles des Bourgeois, suivant l'ordre des Saisons & des Services. Ouvrage très-utile aux Maîtres pour ordonner des Repas, & aux Artistes pour les exécuter. Paris, Le Clerc, 1759.
  • Mémoire de M. Georges Gougoltz, maître d'hôtel domicilié et demeurant à Cannes. Impr. Chatelain, 1881 - 67 pages

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires d'Olivier de la Marche, traduction Bruno Laurioux, "Le Moyen Âge à table", Paris, 1989
  2. Rencontres François Rabelais 2015 : Recevoir l'art et la manière, université de Tours
  3. Piette Vincent, 2012


Voir aussi[modifier | modifier le code]