Louvencourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louvencourt
Louvencourt
Maison communale.
Blason de Louvencourt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Intercommunalité CC du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Michèle Archelin
2020-2026
Code postal 80560
Code commune 80493
Démographie
Gentilé Louvencourtois
Population
municipale
285 hab. (2018 en augmentation de 3,64 % par rapport à 2013)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 05′ 40″ nord, 2° 30′ 00″ est
Altitude Min. 95 m
Max. 152 m
Superficie 7,74 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Albert
Législatives 5e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Louvencourt
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Louvencourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Louvencourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Louvencourt

Louvencourt est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située entre Arras et Amiens, Louvencourt est desservie par la route départementale 938 (ancienne route nationale 338). Au centre du village, la route tourne à angle droit devant le domaine du château.

En 2019, la localité est desservie par les autocars du réseau interurbain Trans'80 Hauts-de-France[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est drainée par le Fossé de Vauchelles.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Louvencourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

De nombreux noms de villages se terminent par -court. Ce sont le plus souvent des hameaux ou de petits villages. L'appellatif toponymique -court (> français moderne cour) est issu du gallo-roman CORTE qui signifie « domaine ». Cet appellatif est généralement précédé d'un nom de personne germanique. Ces formations toponymiques datent du Moyen Âge. Cette façon de nommer les lieux serait liée à l'apport germanique du VIe siècle[Note 3],[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vestiges de la gare en 2014

Le village a été desservi de 1891 à 1949 par la ligne d'Albert à Doullens, une ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique des chemins de fer départementaux de la Somme.

Il a été un site d'arrière de la Première Guerre mondiale, et accueillait un hôpital de campagne[8],[9],[10],[11],[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

La commune se trouvait depuis 1926 dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Par arrêté préfectoral du , la commune en est détachée le pour intégrer l'arrondissement de Péronne[13].

Elle faisait partie depuis 1801 du canton d'Acheux-en-Amiénois[14]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette organisation territoriale administrative a disparu, le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton d'Albert

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la cinquième circonscription de la Somme.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays du Coquelicot, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2001 sous le nom de Communauté de communes de la région d'Albert - Acheux en Amiénois et Bray-sur-Somme.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1814 1846 Antoine Serpette    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Claude Pecoul[15]    
2014[16] mai 2020[17] Françoise Bourdon[18],   Adjointe administrative à la Cour d’appel d’Amiens
mai 2020[19] En cours
(au 25 mai 2020)
Michèle Archelin   Assistante maternelle

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Quatorze éoliennes de 32,3 mégawatts produisant 80 000 MWh/an ont été mises en service en 2018 sur le secteur de Louvencourt, Acheux-en-Amiénois et Bus-lès-Artois[20],[21].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[23].

En 2018, la commune comptait 285 habitants[Note 4], en augmentation de 3,64 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
570546535621656682651668670
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
677708688650598573581587541
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
545522507504453423387356363
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
334304306283259264263263263
2013 2018 - - - - - - -
275285-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune n'a plus d'école. Elle adhère au S.I.SCO (syndicat intercommunal scolaire) des sources de l'Authie qui regroupe les communes de Authie, Bus-lès-Artois, Coigneux, Louvencourt, Saint-Léger-lès-Authie, Thièvres, Vauchelles-lès-Authie[25].

Sports[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château, tel qu'il se présente aujourd'hui, fut bâti au milieu du XVIIIe siècle, en même temps que l'église.
  • Église Notre-Dame[27], en pierre calcaire. Le clocher porte le millésime 1740 et s'élève à cinq niveaux, contreforté sur ses angles. Il est surmonté d'un beffroi.
  • Moulin à vent habité, auquel il ne manque que les ailes[28].
  • Un hêtre remarquable, qui devait avoir l'âge du château, construit en 1740, atteignait en 1934 une circonférence de 3,90 m et un fût de 18 mètres de haut. Devenu dangereux, il a été abattu en 1966[31].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles de Louvencourt fut maïeur d'Amiens en 1567[réf. nécessaire].
  • Famille de Lestocq (château du XVIIIe siècle et église)[réf. nécessaire].
  • Henri Serpette (1821-1887), fils d'Antoine Serpette (maire de Louvencourt de 1814 à 1846) et de Marie Angélique de Lestocq, industriel nantais (savonnerie), est né à Louvencourt[32].
  • L'abbé Fafet, curé de Louvencourt, décédé le dans sa 65e année et la 39e année de son sacerdoce[33].
  • Jean-Baptiste Pécoul, le foncier louvencourtois de l'équipe de ballon au poing (champion de France 2003, 2004, 2005, 2006, 2008, 2009, 2010 - 2012 niveau Excellence)[réf. nécessaire].
  • Le poète anglais Roland Leighton (en) est mort à Louvencourt pendant une bataille qui se déroula le pendant la Première Guerre mondiale.
    Rendu célèbre par sa fiancée Vera Brittain dans son roman Testament of youth édité en 1933.
    Il est enterré dans le cimetière militaire britannique de Louvencourt et sa tombe est souvent fleurie de violettes, car il évoque ces fleurs dans un de ses textes[34].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Louvencourt 80.svg

La commune a adopté officiellement ces armoiries en 2010. Elles reprennent à l'identique les armes de Charles de Lestocq, écuyer, seigneur de Louvencourt à la fin du XVIIe siècle. La commune utilisait auparavant un blason identique aux armes modernes de la famille de Louvencourt[35].

Blasonnement :

  • D'azur semé de billettes d'or, à la bande d'argent brochante et chargée de trois molettes de gueules[35].

Supports :

  • deux louves de sable (allusion aux armes des Louvencourt anciennes, qui étaient trois têtes de louves).

Devise :

  • omni fidelis.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Carte spéciale des régions dévastées : 12 NE, Amiens [Nord-Est], Service géographique de l'armée, (lire en ligne) sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Proposition émise en 1976, par Maurice Lebègue, professeur à l'École Normale d'Amiens, à la suite d'un travail réalisé sur l'origine des noms des communes de la Somme.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Amiens », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  7. Jacques Chaurand et Maurice Lebègue, Noms de lieux de Picardie, éditions Bonneton, 232 p., novembre 2000, p. 71 à p. 80, (ISBN 978-2-862-53265-3).
  8. Section photographique de l'armée, « Photo : Louvencourt. Rue de l'Eglise et l'église », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 46, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 février 2019).
  9. Section photographique de l'armée, « Photo : Louvencourt. Rue de l'Eglise et l'église », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 46, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 février 2019).
  10. Section photographique de l'armée, « Photo : Louvencourt. Une rue : au premier plan, au centre, le tambour de ville », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 46, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 février 2019).
  11. Section photographique de l'armée, « Photo : Louvencourt. Une rue. Au premier plan. Officiers de liaison franco-anglais venus prendre contact avec un bataillon du 60e régiment d'infanterie de la 14e division d'infanterie », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 46, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 février 2019).
  12. « Protection de nouveaux monuments historiques dans le cadre de la thématique Grande Guerre », Actualités, http://www.culture.gouv.fr/, (consulté le 27 février 2019).
  13. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de la Somme - Recueil n°200 des actes administratifs du 27 décembre 2016 des Hauts-de-France », sur http://www.prefectures-regions.gouv.fr/hauts-de-france/, (consulté le 15 janvier 2017).
  14. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Réélu pour le mandat 2008-2014 : « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 21 novembre 2008).
  16. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014).
  17. « Louvencourt aura un nouvel édile le 23 mai », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mai 2020) « La maire sortante Françoise Bourdon, qui ne s’est pas représentée, devrait céder son écharpe à Michèle Archelin, qui menait la liste gagnante. Dans le village, 70,50 % des inscrits se sont rendus aux urnes lors du premier tour des élections municipales, le 15 mars ».
  18. Vincent Hery, « Un mandat et puis s’en va pour Françoise Bourdon, maire de Louvencourt : Élue pour la première fois dans son village, en 2014, elle est devenue maire. Mais l’expérience l’a échaudée », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2019) « Ce mandat lui a permis de réaliser plusieurs projets comme la mise en accessibilité de la mairie, la mise aux normes de la réserve incendie, le lancement d’une étude pour l’installation de nouveaux luminaires ou encore la sécurisation de l’abri de bus ».
  19. « Michèle Archelin élue maire de Louvencourt », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020).
  20. Vincent Hery, « 14 éoliennes enfin dans le vent de Louvencourt », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2019).
  21. Halima Najibi, « Installation de 14 éoliennes à Louvencourt dans la Somme : Le parc éolien Coquelicot a débuté en 2008. 14 éoliennes en construction ont vu arriver leurs derniers éléments », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2019).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  25. « Liste des communes du SISCO des sources de l'Authie », sur Comersis, liste des EPCI au 1er janvier 2019 (consulté le 16 août 2019).
  26. Aude Collina et Alan Bernigaud, « L’opération coup de poing des ballonnistes de Louvencourt : C’est motivés, mais peu entraînés, que les joueurs de Louvencourt abordent la finale de La Hotoie, à Amiens, qui se tient mardi 15 août », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2019).
  27. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Église de Louvencourt, d'après nature, 19 août 1874. », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 27 février 2019).
  28. http://www.moulins-a-vent.net/Moulins/louvencourt.htm
  29. « Cimetière britannique », notice no PA80000093, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « LOUVENCOURT : SE11 Cimetière militaire du Commonwealth « Louvencourt Military Cemetery » », Sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre mondiale - Front Ouest (consulté le 27 février 2019).
  31. « Le hêtre de Louvencourt » [PDF], sur http://www.donnees.picardie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 27 février 2019).
  32. Cf.
  33. son image mortuaire
  34. Dominique Touchart, « La secrétaire d’Etat Geneviève Darrieussecq dans la Somme », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2019).
  35. a et b « Blason Louvencourt », sur armorialdefrance.fr.