Lias (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lias.

Lias
Lias (Gers)
Blason de Lias
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Auch
Canton L'Isle-Jourdain
Intercommunalité Communauté de communes de la Gascogne Toulousaine
Maire
Mandat
Gérard Paul
2014-2020
Code postal 32600
Code commune 32210
Démographie
Gentilé Liassois
Population
municipale
575 hab. (2015 en augmentation de 12,3 % par rapport à 2010)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 33′ 48″ nord, 1° 08′ 09″ est
Altitude 305 m
Min. 172 m
Max. 305 m
Superficie 10,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Lias

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Lias

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lias

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lias
Liens
Site web Site de la mairie

Lias (Liars en occitan gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située en Gascogne. La commune est limitrophe du département de la Haute-Garonne. Elle fait partie de la communauté de communes de la Gascogne Toulousaine.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Lias est limitrophe de cinq autres communes dont deux dans le département de la Haute-Garonne.

Carte de la commune de Lherm et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Lias[1]
L'Isle-Jourdain Pujaudran
Auradé Lias[1] Fontenilles
(Haute-Garonne)
Bonrepos-sur-Aussonnelle
(Haute-Garonne)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le ruisseau des Crabères affluent de l'Aussonnelle.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 067 hectares ; son altitude varie de 172 à 305 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[3],[4].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes de la Gascogne Toulousaine et du canton de L'Isle-Jourdain et avant le 1er janvier 2017 elle faisait partie de la communauté de communes des Coteaux de Gascogne.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Christian Combis    
mars 2001 en cours
(au avril 2014)
Gérard Paul[5] app.PS Agent technique, ancien conseiller général

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21[6].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2015, la commune comptait 575 habitants[Note 1], en augmentation de 12,3 % par rapport à 2010 (Gers : +1,47 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
280264289310459475483470446
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
450436402387369368350352340
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
336318267275256236199195153
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015
157120174204315432449519575
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[11] 1975[11] 1982[11] 1990[11] 1999[11] 2006[12] 2009[13] 2013[14]
Rang de la commune dans le département 253 347 146 172 94 73 67 61
Nombre de communes du département 466 462 462 462 463 463 463 463

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est essentiellement basée sur l'agriculture.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lias fait partie de l'académie de Toulouse.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, au début de chaque printemps, le foyer rural de Lias-Goudourvielle organise la fête du Cochon. La fête du village et le feu de la Saint Jean (Goudourvielle) sont également des fêtes qui rythment tous les débuts d'été.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune ne compte pas de monument, mais un objet répertorié à l'inventaire des monuments historiques[15],[16] et aucun lieu, monument ou objet répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[17],[18].

Les fonts baptismaux datés de la fin du XVe siècle, en calcaire gréseux, situés dans l'église paroissiale sont « classés » depuis le 20 novembre 1961[19].

On peut également citer la chapelle Saint-Sébastien située au lieu-dit Goudourvielle dont l'« association pour la restauration de l’église de Goudourvielle » administre la restauration depuis le 23 novembre 2010[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à la croix cléchée, vidée, pommetée de douze pièces d'or, à la bande d'argent chargée de trois fleurs de lin d'azur brochant sur le tout[21].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/032/032016.html.
  5. Site de la préfecture - Fiche de Lias.
  6. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Lias, consultée le 30 octobre 2017
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. « Liste des monuments historiques de la commune de Lias », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Liste des objets historiques de la commune de Lias », base Palissy, ministère français de la Culture.
  17. « Liste des lieux et monuments de la commune de Lias à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Liste des objets de la commune de Lias à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  19. « Fonts baptismaux », notice no PM32000483, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « ASSOCIATION POUR LA RESTAURATION DE L'ÉGLISE DE GOUDOURVIELLE. », sur le site du journal officiel (consulté le 21 novembre 2014).
  21. Banque du blason.