Le Livre noir de la Révolution française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Livre noir.
Le Livre noir de la Révolution française
Auteur Collectif dirigé par Renaud Escande comprenant notamment Pierre Chaunu, Jean Tulard, Emmanuel Leroy-Ladurie, Jean Sévillia, Jean-Christian Petitfils, Stéphane Courtois et Reynald Secher.
Pays Drapeau de la France France
Genre Histoire
Éditeur Cerf
Date de parution 2008
Nombre de pages 882
ISBN 978-2204081603

Le Livre noir de la Révolution française (2008) est un ouvrage rédigé par un collectif d'historiens et journalistes, publié chez les Éditions du Cerf, dans la collection « L'Histoire à vif ». Il affirme vouloir montrer la « vérité » sur la Révolution française[1].

Contenu[modifier | modifier le code]

L'ouvrage, dirigé par le frère dominicain Renaud Escande, comprend une cinquantaine d'articles répartis en trois parties :

L'ouvrage se veut un mémorial des excès commis au nom du peuple français et de la liberté et présente au lecteur une somme historique et philosophique dérangeante pour les apologistes inconditionnels de la Révolution et les tenants de la République universelle.

Dépourvu de préface et d'introduction, l'ouvrage comporte, en tête, un texte de Pierre Chaunu datant de l'époque des célébrations du bicentenaire de la Révolution. Enfin, il dispose d'un cahier iconographique de 16 pages.

Revue de presse[modifier | modifier le code]

Critiques défavorables[modifier | modifier le code]

Ce livre a reçu un accueil très critique dans la presse et de la part de plusieurs historiens[2]. Plusieurs journaux ont mis en avant son caractère très orienté et sa médiocre qualité, le jugeant « à charge » et « mal bâti » pour Le Monde[3], « aussi partial et aux références tout aussi datées » que Les Origines de la France contemporaine d'Hippolyte Taine « à la fin du XIXe siècle » mais moins « agréable à lire » pour Jacques de Saint Victor dans Le Figaro[4], « bâclé », « jargonneur » et typique des déviances de notre temps pour Mona Ozouf dans Le Nouvel Observateur[5].

Pour L’Histoire, « ce rassemblement hâtif », sans « introduction pour annoncer le propos » ni « postface pour récapituler les acquis (du reste fort incertains si on excepte un article intéressant sur le droit révolutionnaire, signé Xavier Martin) », voit « l'anachronisme » régner « sans vergogne ». Selon la revue, « cette extravagante construction a mobilisé deux ou trois bons historiens, prudemment retranchés derrière des contributions sans rapport direct avec la noirceur escomptée », « le cœur de la démonstration » étant laissé aux « sans-grade »[6].

Dans le journal Le Monde, Pierre Assouline, quant à lui, s'étonne de ce livre. « Comment des historiens chevronnés à la réputation aussi établie que Emmanuel Le Roy-Ladurie et Jean Tulard ont-ils pu la mettre en péril en se laissant embarquer dans cette galère ? », se demande-t-il. Pierre Assouline critique la « vision binaire et manichéenne » de l'ouvrage, jugeant que l'historiographie a « fait des progrès depuis Louis de Bonald et Augustin Cochin. » Si, à ses yeux, « le révisionnisme historique est une bonne chose », il juge « cette critique catholique » trop « systématique » et déplore que l'on cherche « en vain, l’abbé Grégoire et les autres, dans le bilan positif de la fin du XVIIIe siècle »[7].

Pour sa part, Jean-Clément Martin voit dans cet ouvrage « une critique catholique de la Révolution, proche de l’intégrisme même », qui condamne non seulement les violences révolutionnaires, mais les philosophes des Lumières, et considère que « tout ce qui est révolutionnaire est mauvais » et qu'« il faudrait donc revenir aux valeurs tirées de la contre-révolution, et plus précisément de son aile radicale et clairement catholique »[8]. Il rappelle son opposition à la thèse du génocide vendéen, défendue dans l'ouvrage, lors de l'émission Le Forum de l'histoire, diffusée sur la chaîne Histoire[9], et l'assertion suivant laquelle la Révolution française serait la matrice des totalitarismes, dans l'émission Du grain à moudre, sur France Culture[10].

Dans un compte-rendu paru dans les Annales historiques de la Révolution française, Hervé Leuwers juge, quant à lui, que « la manipulation vient se mêler au discours prétendument historique » et que « l'ouvrage s'inscrit dans le registre politique et religieux, et non dans le champ de l'histoire ». Il critique en particulier une « bibliographie [...] lacunaire, ou clairement orientée ». Tout en s'étonnant qu'il n'y ait « aucun article sur le bilan de la Terreur ou des guerres révolutionnaires », il souligne que l'ouvrage met en évidence de prétendues « conséquences à long terme » : la Révolution est présentée « comme la mère des totalitarismes » et « des génocides », « trois auteurs précisent qu'en émancipant les Juifs elle a rendu possible et même provoqué la Shoah », elle aurait provoqué également « un recul des religions occidentales ». « On s'étonnerait presque, écrit Hervé Leuwers, de ne pas voir un auteur déceler dans l'abolition du supplice de la roue un encouragement au crime, ou regretter dans la suppression de l'esclavage un abandon de l'encadrement spirituel des "nègres" prévu par le Code noir ! ». À ses yeux, « tandis que le vocabulaire et les descriptions rappellent les écrits contre-révolutionnaires du XIXe siècle, les analyses révèlent parfois une nette influence maurrassienne ». En conclusion, il juge « que ce Livre noir révèle une dramatique incompréhension du monde, et une lecture de la Révolution qui ferait sourire si elle ne manipulait pas l'histoire pour justifier des analyses et des propositions qui font parfois frémir »[11].

Réactions des auteurs[modifier | modifier le code]

Jean-Christian Petitfils, auteur d'une notice, également invité du Forum de l'histoire, souligne la « diversité » du livre, qu’il qualifie de « Mélanges » (ouvrage universitaire et savant auxquels contribuent plusieurs spécialistes). Il réfute la qualification de contre-révolutionnaire en faisant prévaloir une étude plus objective de l'Ancien Régime sous Louis XVI[9].

Renaud Escande répond aux critiques des journalistes dans l'émission radiophonique Un jour dans l'Histoire sur Canal Académie. Avec Jean de Viguerie, il s'est plaint du refus de certains historiens de contribuer à la rédaction de ce livre et de leur hostilité à son égard lors de sa parution[12].

Critiques favorables[modifier | modifier le code]

Christian Makarian, dans L'Express, considère l'ouvrage « comme une série d'articles érudits, voire passionnants, qui ne suffit pas à bâtir un propos décisif[13]. »

Pour Jean-Marc Bastière, dans le Figaro Magazine, « si les articles sont d'une valeur parfois inégale, ce beau travail se caractérise par sa richesse et sa hauteur de vue[14]. »

Valeurs actuelles a publié une présentation de Jean Tulard, contributeur de l'ouvrage, qui affirme : « Il était logique qu'après un Livre noir du communisme, paru en 1997, suivît un Livre noir de la Révolution française, onze ans plus tard, livre noir rédigé par plus de quarante collaborateurs. N'en attendons pas un réquisitoire passionné contre dix ans de notre histoire, mais une remise en perspective de faits dont la violence parle d'elle-même et la réhabilitation d'idées qui ont été jusqu'à ces dernières années soigneusement occultées[15]. »

Le trimestriel royaliste Les Épées a publié un dossier en faveur de l'ouvrage[16] et assuré sa promotion[17].

Dans la revue catholique traditionaliste Objections, l'abbé Guillaume de Tanoüarn retrace le processus qui a conduit à la publication de l'ouvrage, remarquant que, si la Révolution française « ne cesse de générer » des critiques, « critiques positives, critiques négatives, [...] un Livre noir portera davantage sur le négatif »[18].

L’écho hors de France[modifier | modifier le code]

Ce livre a connu un écho relatif en Espagne[19], en Italie[20], et au Royaume-Uni[21].

Liste des auteurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation de l'ouvrage par l'éditeur
  2. Revue de presse sur le site de l'Institut d'histoire de la Révolution française.
  3. « Le Livre noir de la révolution française : une instruction à charge », Le Monde, 7 février 2008.
  4. Jacques de Saint Victor, « Un livre noir pas révolutionnaire », Le Figaro, 14 février 2008.
  5. Mona Ozouf, « Pour en finir avec la révolution ? Non, Danton n'est pas Hitler ! », Le Nouvel Observateur, 21 février 2008.
  6. L'Histoire, n° 330, avril 2008, la sélection critique : « Brocante révolutionnaire », p. 80.
  7. « La contre-Révolution bouge encore », 18 mars 2008, sur La République des livres, blog de Pierre Assouline sur le site du journal Le Monde.
  8. « Livre noir de la Révolution française: "une manipulation" », entretien accordé à Camille Stromboni pour le Contre journal, blog de Libération, 16 mars 2008.
  9. a et b Le Forum de l'histoire, Histoire, 22 février 2008.
  10. « Lénine et Mussolini entre Saint-Just et Robespierre ? » Du grain à moudre, France Culture, 22 février 2008.
  11. Compte-rendu d'Hervé Leuwers, Annales historiques de la Révolution française, n° 351, janvier-mars 2008, pp. 225-227.
  12. Voir« Le Livre noir de la Révolution française. La face obscure de 1789 », sur le site de Canal Académie.
  13. Christian Makarian, « Livre noir et drapeau blanc », L'Express, 21 février 2008.
  14. Jean-Marc Bastière (rédacteur en chef culture à Famille chrétienne), Le Livre noir de la Révolution française révèle ce que les manuels scolaires nous cachent. Ouvrant un débat », Le Figaro Magazine, 9 février 2008.
  15. Jean Tulard, « Les années noires de la Révolution », Valeurs actuelles, 1er février 2008.
  16. Dossier « Révolution française: une histoire à vif », Les Épées, n° 26, juin 2008.
  17. Conférence le jeudi 24 janvier 20h
  18. « Le “génie” de la Révolution française », 15 février 2008
  19. José María Marco, « El Libro Negro de la Revolución Francesa », Libertad Digital SA, 15 mai 2008.
  20. Giovanni Sallusti, « Il libro nero della Rivoluzione. La Bastiglia aprì la via al Gulag », Sentinelle del mattino: L'evangelizzazione di strada, 9 mars 2008.
  21. Boyd Tonkin, « The past that we believe in is to others a myth », The Independent, 25 mars 2008.

Articles connexes[modifier | modifier le code]