Hervé Leuwers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leuwers.
Hervé Leuwers
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Président
Société des études robespierristes
depuis
Secrétaire général
Société internationale d'histoire de la profession d'avocat (d)
depuis
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (56 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Directeur de thèse
Distinctions
Prix Limantour ()
Prix Château-de-Versailles du livre d'histoire (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Hervé Leuwers, né le , est un historien français. Il est spécialiste d’histoire de la Révolution française et d’histoire de la justice et des professions judiciaires[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une thèse consacrée à Merlin de Douai (1754-1838), Hervé Leuwers enseigne à l'Université d'Artois, puis à Lille-III (aujourd'hui université de Lille), où il est professeur d'histoire moderne et de la Révolution française depuis 2008[2]. Ses travaux sont essentiellement consacrés à l'histoire de la justice et des professions judiciaires, ainsi qu’à celle des hommes et de la vie politique et judiciaire de la Révolution française.

Il a publié une biographie de Robespierre chez Fayard (2014) ; à partir d'un retour aux sources, il propose de nouvelles analyses, notamment sur l'importance de la pensée de Montesquieu chez le conventionnel, et met un terme à certaines légendes, comme celle de la rencontre de Louis XVI et de Robespierre devant Louis-le-Grand en 1775[3]. Il a également été co-auteur d'une bande dessinée sur le personnage (2017)[4], et lui a consacré une biographie audio (2018)[5].

En 2018, il a publié une biographie de Camille et Lucile Desmoulins.

Hervé Leuwers a été directeur des Annales historiques de la Révolution française de 2011 à 2018. Depuis cette date, il est le président de la Société des études robespierristes et secrétaire général de la Société internationale d'histoire de la profession d’avocat.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Merlin de Douai : un juriste en politique, Arras, Artois presses Université, coll. « Histoire », , 378 p. (ISBN 2-910663-05-1, présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • L’invention du barreau français (1660-1830). La construction nationale d’un groupe professionnel, Paris, Ed. EHESS, 2006.
  • La justice dans la France moderne. Du roi de justice à la justice de la nation (1498-1792), Paris, Ellipses, 2010.
  • La Révolution française et l’Empire, Paris, PUF, 2011.
  • Robespierre, Paris, Fayard, , 458 p. (ISBN 978-2-213-67156-7, présentation en ligne)
    Réédition : Robespierre, Paris, Pluriel, coll. « Pluriel », , 456 p., poche (ISBN 978-2-8185-0509-0).
  • Camille et Lucile Desmoulins : un rêve de république, Paris, Fayard, coll. « Biographies historiques », , 456 p. (ISBN 978-2-213-69373-6).

Direction d'ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie », sur Prix de la Société des sciences de Lille, (consulté le 18 décembre 2015)
  2. « Auteur:Hervé Leuwers - puf », sur www.puf.com (consulté le 18 décembre 2015)
  3. Voir Antoine de Baecque, La Révolution terrorisée, Paris, CNRS, 2017, p. 103-104. Voir aussi le compte rendu dans Le Monde, 14 novembre 2014 ; et l'entretien dans L'Humanité, 12-14 décembre 2014 (https://www.humanite.fr/herve-leuwers-les-combats-de-robespierre-se-rejoignent-dans-ses-references-au-peuple-559942)
  4. Mathieu Gabella, Roberto Meli, Hervé Leuwers, Robespierre, Glénat-Fayard, 2017
  5. Robespierre, une biographie expliquée par Hervé Leuwers, Fremeaux-PUF, 2018, 4 CD audio
  6. « ASMP - Prix Limantour », sur www.asmp.fr (consulté le 18 décembre 2015)
  7. « Prix 2013 », sur Prix de la Société des sciences de Lille,
  8. Margaux Bourgasser, « Hervé Leuwers, premier lauréat du Prix Château de Versailles du livre d’Histoire », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juin 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]