Fabrice Hadjadj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hadjadj (homonymie).
Fabrice Hadjadj
Description de cette image, également commentée ci-après
Fabrice Hadjadj, à l'Institution Sainte-Jeanne d'Arc de Brignoles.
Nom de naissance Fabrice Hadjadj
Naissance (47 ans)
Nanterre (Hauts-de-Seine)
Nationalité Drapeau de France Français
Pays de résidence Suisse et France
Activité principale
Formation
Distinctions
Grand Prix catholique de littérature (2006)
Prix du Cercle Montherlant - Académie des Beaux-Arts (2009)
Prix de littérature religieuse (2010)
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

  • Réussir sa mort : Anti-méthode pour vivre (2005)
  • La Foi des Démons ou l'athéisme dépassé (2009)

Fabrice Hadjadj, né le à Nanterre (Hauts-de-Seine), est un écrivain et philosophe français, directeur de l'Institut Philanthropos. Ses principaux livres sont consacrés à la critique de la technologie et à la chair.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fabrice Hadjadj est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris et agrégé de philosophie[1].

Il est né dans une famille de tradition juive de parents alors militants maoïstes à l'université Paris-Nanterre. Il se déclare athée et anarchiste jusqu'en 1998, date à laquelle il se convertit au christianisme.

Il est père de huit enfants[2]: Esther (2003), Judith (2004), Marthe (2006), Elisabeth (2008), Jacob (2010), Joseph (2012), Pierre (2016), Moise (2018).

En 1995, il fait paraître son premier ouvrage : Objet perdu[3] Un collectif d'inspiration nihiliste qu'il dirige en collaboration avec Claude Alexandre et John Gelder et auquel collabore notamment Michel Houellebecq.

En 1998, il se marie à l'actrice Siffreine Michel[4].

Il consacre la plupart de ses essais à la question du salut, de la technique et du corps, s'inspirant notamment d’Aristote, de Thomas d’Aquin, de Heidegger, d’Emmanuel Lévinas et de Günther Anders.

En 2012, après avoir vécu plusieurs années à proximité de Brignoles, dans le Var, où il enseigne la philosophie en lycée, il s'installe à Fribourg en Suisse où il dirige l'Institut Philanthropos.

Il se présente comme « juif de nom arabe et de confession catholique ».

Œuvre[modifier | modifier le code]

Fabrice Hadjadj a publié plus d'une quinzaine de livres, qui recoupent trois différents genres littéraires :

  • le théâtre : À quoi sert de gagner le monde (2002)[5], Massacre des Innocents (2006)[6], Pasiphaé (2009)[7] ;
  • l'essai : Et les violents s'en emparent (1999), La Terre chemin du ciel (2002), Réussir sa mort (2005), La profondeur des sexes (2008), La foi des démons ou l'athéisme dépassé (2009), Le Paradis à la porte (2011) ;
  • le livre d'art : Passion Résurrection avec Arcabas[8] (2004), L'Agneau mystique : le retable des frères Van Eyck (2008), Jugement dernier, le retable de Beaune de Rogier van der Weyden (2010).

Depuis 2015, il est conseiller de rédaction de la revue d'écologie intégrale Limite. Comme les autres contributeurs, lecteurs de Karl Marx, de Jacques Ellul et d'Ivan Illich, il collabore à sa mesure au développement d'une pensée critique du capitalisme industriel, de l'idéologie de la croissance et de la consommation.

Écrits[modifier | modifier le code]

Fabrice Hadjadj, converti au catholicisme, est professeur de philosophie, dramaturge et essayiste[9].

Croyez en moi, le Ressuscité

« La foi en un certain charpentier galiléen nommé Jésus, mort et ressuscité à Jérusalem « sous Ponce Pilate » – c'est-à-dire dans une petite province de l'Empire gouverné par un fonctionnaire de l’administration romaine –, fut très efficace pour me remettre les pieds sur terre. Cette foi est trop circonstanciée pour être de nature à nous laisser planer parmi les abstractions des « science » ou des « spiritualités ». Le fait de la résurrection, surtout, est un principe de réalité assez sévère.
Ceux qui y ont cru étaient des pêcheurs sachant réparer leurs mailles, des maçons capables de bâtir des cathédrales, des moines habiles à défricher et labourer des champs, autant dire des gens extrêmement pratiques et concrets. Croire au Ressuscité, c'était pour eux aussi solide que planter du blé ou construire une basilique romane. Et plus solide encore, puisqu'ils s'appuyaient sur cette foi pour élever la voûte comme l'épi.
Les Évangiles de Pâques vont tous en ce sens. Ils prennent nos chimères à rebrousse-poil. Immanquablement, si nous devions nous imaginer un homme entré dans la gloire divine, nous nous le représenterions réalisent des choses extraordinaires – brillant mieux qu'une vedette à la cérémonie des Oscars. Or, il faut se rendre à l'évidence, Jésus ressuscité ne fait rien de tout cela. Après tout, il y a mieux que de faire des choses extraordinaires : c'est d'illuminer l'ordinaire de l'intérieur. »

— Fabrice Hadjadj. Résurrection, mode d'emploi, Magnificat, 2016, p. 11-13[10].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le 6 février 2014, il est nommé membre du Conseil pontifical pour les laïcs[14],[15].

Collaboration[modifier | modifier le code]

Il collabore régulièrement au magazine d'art contemporain Artpress, au Figaro littéraire, à La Vie, au magazine de littérature Transfuge, à la revue d'écologie Limite ou au journal La Décroissance.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Dossiers[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :