Jean de Viguerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Viguerie.
Jean de Viguerie
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (83 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique
Membre de
Conseil scientifique du Front national (d)
Société française d'histoire des idées et d'histoire religieuse (d)
Magnificat (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse
Distinction

Jean de Viguerie, né le à Rome, est un historien français.

Il est spécialiste de l'Histoire de France au XVIIIe siècle et du catholicisme français.

Biographie et travaux[modifier | modifier le code]

Après avoir soutenu son diplôme d'études supérieures en 1956[1], il effectue son service militaire en Algérie en 1961-1962. Il est alors employé par l'armée française « à enseigner à de jeunes Maghrébins des bidonvilles d'Alger »[2].

Docteur d'État en 1973[3], il rédige sa thèse sur les prêtres de la doctrine chrétienne, thèse qui, selon Raymond Darricau, constitue « un progrès énorme dans notre connaissance du mouvement philosophique de l'époque moderne »[4].

Ses travaux portent notamment sur l'histoire de l'éducation et de l'Église au siècle des Lumières. Il a également contribué au Livre noir de la Révolution française en 2008.

En 1992, Jean de Viguerie est membre du conseil scientifique du Front national (FN)[5].

Professeur honoraire de l'université Lille III, il est membre de l'Académie des Jeux floraux. Il anime également la Société française d'histoire des idées et d'histoire religieuse. Il a présidé l'association Magnificat[6].

Revenant sur son parcours dans Itinéraire d’un historien (2000), il évoque la difficulté de faire carrière dans l'Université française sans se soumettre aux dogmes dominants, et ses déboires en tant qu'historien qui n'était pas marxiste, « et qui n’a jamais été non plus soumis aux dogmes du structuralisme et du sociologisme dominants ». Il avance que, pour de tels historiens, « les avancements [sont] exceptionnels » et que « les postes prestigieux de professeurs dans les grandes universités parisiennes ne sont pas faits pour eux[2] ».

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Trois semaines vécues à la Sorbonne : mai-juin 1968, texte de l'exposé fait à la réunion privée d'information du C.E.P.E.C. le… 19 juin 1968. Le Sens des événements, par Louis Salleron, Centre d'études politiques et civiques, 1968
  • Une œuvre d'éducation sous l'Ancien Régime : les Pères de la Doctrine chrétienne en France et en Italie, 1592-1792, Publications de la Sorbonne, ed. de la Nouvelle Aurore, 1976, 705 p.
  • L'institution des enfants : l'éducation en France XVIe – XVIIIe siècle, Calmann-Lévy, 1978
  • Notre-Dame des Ardilliers : le pèlerinage de Loire, O.E.I.L, coll. Pélerinages, 1986
  • Le Catholicisme des Français dans l'ancienne France, Nouvelles Éditions Latines, 1988
  • Histoire et dictionnaire du temps des Lumières, 1715-1789, Robert Laffont, Coll. Bouquins, 1995
  • Les Deux Patries : essai historique sur l'idée de patrie en France, Dominique Martin Morin éditions, 1998
  • Itinéraire d'un historien : études sur une crise de l'intelligence, XVIIe – XXe siècle, Dominique Martin Morin, 2000
  • L'Église et l'Éducation, Dominique Martin Morin éditions, 2001
  • Louis XVI, le roi bienfaisant, du Rocher, Coll. Le présent de l'histoire, 2003
  • Filles des Lumières : Femmes et sociétés d'esprit à Paris au XVIIIe siècle, Dominique Martin Morin éditions, 2007, 302 p. (ISBN 9782856523063)
  • Le Sacrifice du soir : vie et mort de Madame Élisabeth, sœur de Louis XVI, Éditions du Cerf, 2010
  • L'Eglise et l'éducation, Dominique Martin Morin éditions, 2010, 176 p. (ISBN 9782856523155)
  • Les Pédagogues : essai historique sur l'utopie pédagogique, Éditions du Cerf, 2011
  • Histoire du citoyen, Via Romana, 2014 [présentation en ligne] (ISBN 979-10-90029-89-7)
  • Le passé ne meurt pas, Via Romana, 2016 [présentation en ligne] (ISBN 978-2-37271-044-2)

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, dirigé par Philippe Pichot-Bravard : Liber amicorum. Jean de Viguerie, Via Romana, 2018.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.sudoc.fr/052818241.
  2. a et b « Entretien avec Jean de Viguerie », Nouvelle Revue d'Histoire, n°14 septembre 2004
  3. http://www.sudoc.fr/040857271.
  4. Jean de Viguerie. Une œuvre d'éducation sous l'Ancien Régime : les Pères de la Doctrine chrétienne en France et en Italie, 1592-1792 (compte rendu), Darricau Raymond, Revue d'histoire de l'Église de France, Année 1977, Volume 63, Numéro 170 pp. 125-128
  5. « La « force intellectuelle » du conseil scientifique », sur lemonde.fr, .
  6. Jean-Yves Camus et René Monzat, Les Droites nationales et radicales en France : répertoire critique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, , 526 p. (ISBN 2-7297-0416-7), p. 389.
  7. « Prix Renaissance (lettres) », sur cerclerenaissance.info.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :