Gérard Ansart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ansart.
Gérard Ansart
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
AmiensVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Maître
Père

Gérard Ansart (1903-1991), architecte, décorateur, dessinateur qui a laissé une œuvre abondante et méconnue, consacrée, principalement de l'entre-deux-guerres aux années 1980, à l'art sacré, essentiellement dans le département de la Somme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Gérard Ansart est issu d'une longue lignée d'artistes et d'architectes. Il est l'arrière petit-fils d'Aimé Duthoit (Aimé et Louis Duthoit), sculpteur du XIXe siècle par sa grand-mère Marie Duthoit. Son grand-oncle était l'architecte Edmond Duthoit et son cousin Louis Duthoit, était également architecte[1]. Son père, Pierre Ansart, architecte décorateur (1873-1941), le forma. Dans son enfance, Gérard Ansart fut marqué par la tradition artistique familiale. Il habita toute sa vie dans la maison où vécurent et travaillèrent les Frères Duthoit. Il étudia à l'école des Beaux-Arts d'Amiens, mais très vite, son père l'associa à ses travaux. C'est lui que Gérard Ansart considère comme son véritable maître.

Un artiste aux multiples talents[modifier | modifier le code]

Tous deux fondèrent en 1925 à Amiens le Groupement coopératif Notre-Dame des Arts, qui associaient de nombreux artistes et artisans picards pour œuvrer à la reconstruction et à la décoration des églises et monuments dévastés pendant la Grande Guerre. Gérard Ansart demeura cependant toujours attaché à son autonomie, n’étant d’aucun groupe de pensée (il se définissait lui-même comme un voltairien[2]), indépendant des courants en vogue, conscient de son propre talent. Il fut durant sa vie d'une grande discrétion, ne recherchant, ni les honneurs, ni les récompenses.

Son œuvre marqué par l'Art déco est d'une grande diversité: mosaïque, dalle de verre, mobilier liturgique, ferronnerie, orfèvrerie et surtout le vitrail. Dès la première réalisation de verrières, le succès fut au rendez-vous, Gérard Ansart réalisa à l’âge de vingt ans ses premiers cartons pour l’église Sainte-Radegonde de Cartigny (Somme), sous la direction de son père, chargé de l’ensemble du mobilier liturgique, de la statuaire et du vitrail. Un grand nombre de peintres verriers vint sur place voir les verrières. Cet artiste, aux talents réels et variés, est resté à l'écart des sphères parisiennes, ce qui explique son déficit de notoriété. Cependant, il a été en contact avec des artistes comme Jean Gaudin avec lesquels il a quelquefois collaboré[3].

Œuvres[3][modifier | modifier le code]

  • Amiens, église Saint-Rémi, verrières de l’église néogothique (réalisées en 1933-34) dans l’atelier de Daniel Darquet.
  • Amiens, chapelle de l’école Saint-Martin, (atelier Cagnart, 1934) : deux verrières, mosaïque (autels).
  • Amiens, chapelle des Clarisses, (atelier Cagnart, 1956) : une verrière.
  • Attichy (Oise), église Saint-Médard, (atelier Pasquier, 1975): vitrail.
  • Aubigny-en-Artois (Pas-de-Calais), église Saint-Kilien, (Atelier Claude Barre, 1988) : quatre verrières.
  • Breilly, église Saint-Sulpice, (atelier Cagnart, 1955): deux verrières.
  • Cagny, chapelle de la Sainte-Famille, (atelier Claude Barre, 1983): 5 verrières.
  • Cantigny, église Sainte-Radegonde, verrières (atelier Tembouret), 1926-1927.
  • Cartigny, église Sainte-Radegonde, (atelier Tembouret, 1926-1927) : vingt verrières, mosaïque (autels, ambons), ferronnerie, mobilier (fauteuils), luminaire.
  • Fins, église Saint-Martin, années 1950 : deux verrières, mobilier (sièges), luminaire.
  • Flers, église Saint-Martin, (atelier Cagnart, 1930-1931): treize verrières.
  • Guillemont, église Saint-Pierre, (atelier Cagnart, 1930-1932): huit verrières, luminaire.
  • Helfaut (Pas-de-Calais), église Saint-Fuscien-et-Saint-Victorix, (atelier Cagnart, 1946-1950) : quatre verrières.
  • Hem-Monacu, église Saint-Hilaire, (atelier Cagnart, 1931): sept verrières.
  • Houdain (Pas-de-Calais), église Saint-Jean-Baptiste, (1988) : deux verrières.
  • Lesbœufs, église Saint-Fursy, (atelier Cagnart, 1931-1932) : vingt-trois verrières.
  • Maricourt, église Notre-Dame du Mont Carmel, (atelier Tembouret, 1927-1928) : une verrière, mobilier (maître-autel).
  • Montauban-de-Picardie, église Saint-Gilles, (atelier Darquet, 1931-1933) : cinq verrières), peinture monumentale (chœur), mosaïque (autels).
  • Nampcel (Oise), église Saint-Sulpice, (atelier Pasquier, 1957) : trois verrières.
  • Vaumoise (Oise), église Saint-Pierre et Saint-Paul, (Atelier Claude Barre 1985) : trois verrières.
  • Vauciennes (Oise), église Saint-Léger, (atelier Claude Barre, 1973) : trois verrières.
  • Verneuil-en-Halatte (Oise), église Saint-Honoré, (atelier Claude Barre, 1970) : quatre verrières.
  • Versigny (Oise), église Saint-Martin, (atelier Claude Barre, 1974-1975) : cinq verrières.
  • Villers-Tournelle, église Saint-Jacques le Majeur, maître-autel, table de communion, ambon, autel secondaire, fonts baptismaux, chaire, confessionnal, bénitiers, lustres... (en collaboration avec Pierre Ansart).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandra Mitchell, Gérard Ansart, Mémoire de maîtrise d’histoire de l’art et d’archéologie; Paris : Université de Paris IV-Sorbonne, 1998.
  • Gérard Ansart : 50 ans de création de vitraux. Catalogue d’exposition. Amiens : Centre culturel de la Somme, 23 décembre-3 février 1991.
  • Jean-Charles Cappronnier, Les Églises reconstruites après la Grande Guerre. [Exposition. Laon, Blérancourt, Noyon, Soissons, Albert. 2000-2001]. Reconstructions en Picardie après 1918. Paris : RMN, 2000.
  • Monique Gossart-Ansart, catalogue de l'exposition: Pierre et Gérard Ansart, deux artistes picards décorent les églises de la Somme après la Grande Guerre, 27 janvier-27 juin 2014, Amiens, Archives départementales de la Somme (ISBN 978 - 2 - 86 080 - 020 - 4)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aimé et Louis Duthoit, derniers imagiers du Moyen Âge, catalogue d'exposition, Amiens, Musée de Picardie, 2003
  2. Courrier picard du 9 octobre 1980
  3. a et b Insitu, revue des patrimoines, article de Pascale Touzet, Gérard Ansart, un architecte-décorateur, 2009