Bernard Spitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spitz.
Bernard Spitz
Description de cette image, également commentée ci-après

Bernard Spitz en 2013

Naissance (57 ans)
Boulogne-Billancourt (Seine)
Nationalité Française
Pays de résidence France
Profession
Formation
Sciences Po Paris, ESSEC, ENA
Distinctions

Bernard Spitz, né en 1959 à Boulogne-Billancourt (Seine), est un haut fonctionnaire puis dirigeant d'entreprise français. Il est président de la Fédération française de l'assurance depuis le 8 juillet 2016[1].

Il préside également le Pôle international et Europe du MEDEF depuis juillet 2013.

Formation[modifier | modifier le code]

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de l'ESSEC, élève à l’ENA de 1984 à 1986 (Promotion Denis Diderot), il poursuit ensuite une carrière à multiples facettes.

Parcours[modifier | modifier le code]

Il a notamment été conseiller au cabinet du Premier ministre Michel Rocard de 1988 à 1991, maître des requêtes au Conseil d’État (depuis 1989), directeur à la direction générale de Canal+ (1992-1996) et directeur de la stratégie de Vivendi Universal (entre 2000 et 2004).

Il a fondé en 2004 le cabinet de conseil stratégique BSConseil.

Il fut également auteur de tribunes au quotidien Le Monde, chroniqueur à L'Express et producteur-animateur sur France Culture.

En 2008, lors des élections municipales de Saint-Malo, il fut élu conseiller municipal sur la liste « Saint-Malo nouveau cap » conduite par Jacky Le Menn. Tous deux démissionnèrent de leurs fonctions quelques jours après l'élection pour laisser leur place à d'autres courants de gauche non représentés dans le conseil.

Bernard Spitz a présidé la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA) du 1er octobre 2008 au 8 juillet 2016 et l'Association française de l'assurance regroupant les membres de la FFSA et du GEMA de 2014 à 2016.  

Membre du bureau du MEDEF, il préside le Pôle international et Europe depuis juillet 2013 et participe aux travaux des Task Forces du Business 20 (B20) sur l’emploi, la formation et le capital humain, ainsi qu'au dialogue Business 20/Labour 20 (B20/L20) initié sous son impulsion lors de la Présidence française du G20 de Cannes en 2011. Chargé de l’agenda social du B20, il avait alors coordonné la signature de la première déclaration conjointe du B20 et du L20 lors du sommet international des organisations patronales et syndicales. 

Il préside depuis le 8 juillet 2016 la Fédération française de l'assurance regroupant la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) et le Groupement des entreprises mutuelles d'assurance (GEMA) dans une fédération unique[2].  

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il a été maître de conférence à l’ISA, à l’ESSEC, au Pôle universitaire Léonard-de-Vinci (La Défense), à Sciences Po Paris et à Paris I Panthéon-Sorbonne.

Affiliations[modifier | modifier le code]

Bernard Spitz, février 2013.

Il est membre du Siècle, des Gracques, de la fondation « En temps réel », du conseil d’orientation de l’Institut Aspen France, du club Énergies nouvelles ainsi que des conseils de plusieurs thinks-tanks français et internationaux : Astrid (Italie), The Lisbon Council (Belgique), Terra Nova (France). Il est membre du conseil d’administration de l’École alsacienne (Paris).

Principaux rapports et missions publics[modifier | modifier le code]

  • Président de la commission « Médias et diversité » (2010)
  • Délégué, par le président de la République, à la coordination des États généraux de la presse écrite[3] (2009)
  • Auteur du rapport consacré à l’étude sur l’évolution des usages de la télévision, de la radio et de l’internet et scénarios prospectifs sur l’évolution de ces usages[4] (2008)
  • Auteur pour le ministre de la Culture, Jean-Jacques Aillagon, du rapport consacré à la lecture de la presse quotidienne par les jeunes[5] (2004)
  • Rapporteur général de la Mission commerce électronique (1999-2001)
  • Responsable de la mission interministérielle commémorant le 50e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme auprès du Premier ministre, Lionel Jospin (1998)
  • Coauteur, avec Philippe Levrier, du premier rapport sur la Télévision numérique terrestre (TNT)[6] (1996)
  • Chargé de l’organisation de l’année « Malraux » et de la panthéonisation, par le ministre de la Culture, Philippe Douste-Blazy (1996)
  • Auteur du Plan social de la presse parisienne pour le Syndicat de la presse parisienne (1992)
  • Coauteur avec Jean Marimbert du rapport sur la publicité et l’achat d’espace en France pour le Conseil de la Concurrence (1987)

Publications[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]