La Marsa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Marsa
La Marsa
Boulevard du front de mer ou corniche de La Marsa Plage.
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Tunis
Délégation(s) La Marsa
Maire Moez Bouraoui
Code postal 2070
Démographie
Gentilé Marsois
Population 92 987 hab. (2014[1])
Géographie
Coordonnées 36° 53′ 06″ nord, 10° 19′ 51″ est
Altitude 65[2] m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Tunisie
Voir sur la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
La Marsa
Géolocalisation sur la carte : Tunisie
Voir sur la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
La Marsa
Liens
Site web www.commune-marsa.gov.tn

La Marsa ou El Marsa (arabe : المرسى Écouter [ɪl'mærsˤɑ]) est une ville tunisienne située à 18 kilomètres au nord-est de Tunis. Elle constitue une municipalité comptant 92 987 habitants en 2014[1].

Elle est le lieu de résidence d'été des beys de Tunis du début du XIXe siècle à la déchéance de la monarchie en 1957. De cette époque, elle conserve, malgré plusieurs destructions de monuments, son cachet de banlieue cossue et reste une station balnéaire appréciée des Tunisois[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La Marsa fait partie de la banlieue nord-est de Tunis. Le territoire de la municipalité est limitrophe de ceux de cinq municipalités :

Communes limitrophes de La Marsa
Raoued
La Soukra La Marsa
Le Kram Carthage Sidi Bou Saïd

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La ville s'étire entre la falaise de cap Gammarth au nord et le djebel El Manar (ou Menara) qui culmine à 126 mètres au sud[4]. Le relief de la ville est accidenté autour de ces deux extrémités et vers les côtes, mais il est plat à l'intérieur des terres.

Panorama de la baie de La Marsa.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le golfe de Tunis borde La Marsa au nord et à l'est, entre le cap Gammarth au nord et le cap Carthage au sud.

Au nord-ouest se trouve la sebkha Ariana, séparée de la mer par un cordon dunaire entre le nord de Gammarth et Raoued.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

  • Transport en commun :
    • Deux stations de la ligne de chemin de fer TGM se trouvent sur son territoire : Marsa-Plage et La Corniche.
    • De nombreuses lignes de bus de la Société des transports de Tunis desservent la ville.
  • Voies routières : Elle est traversée par la RN9, la RN10, la RR23 et la RR33.
  • Voies cyclables : Elle ne dispose d'aucun aménagement cyclable.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de La Marsa provient de l'arabe Marsa ou Mers qui désigne un port ou un mouillage.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période antique[modifier | modifier le code]

L'histoire de la ville remonte à l'époque punique où son premier noyau appartient au quartier de Mégara, faubourg de la cité punique de Carthage[5]. En raison de son nom, des archéologues ont cru pouvoir y situer les ports puniques de Carthage, comme l'avait d'ailleurs affirmé Léon l'Africain[6]. Mais, si la baie de La Marsa a parfois servi de mouillage, comme en 1856 pour le débarquement des troupes tunisiennes envoyées par Sadok Bey en Crimée, rien n'est encore venu confirmer l'existence d'un port à cet emplacement.

Période médiévale[modifier | modifier le code]

Peu après la conquête arabe, on y érige un ribat, où des hommes pieux montent la garde et enseignent à partir du XIIe siècle le soufisme, et où sont inhumés quelques marabouts célèbres.

Période hafside[modifier | modifier le code]

Au début du XVIe siècle, le souverain hafside Abû `Abd Allâh Muhammad al-Mutawakkil choisit cette localité pour résidence estivale et y fait bâtir trois palais au sein d'un parc situé en plein centre[7]. Ces trois palais appelés Abdellia vont constituer les principales demeures princières jusqu'au XIXe siècle.

La ville est en outre mentionnée par le chroniqueur espagnol Luis del Mármol Carvajal, à l'occasion de la conquête de Tunis en 1535. Ainsi, on apprend que les soldats de Charles Quint ont saccagé La Marsa[8]. Elle est décrite comme abritant les jardins du roi de Tunis et plusieurs résidences[9]. Une grande partie des bâtiments ont survécu aux différents passages des armées espagnoles et turques au XVIe siècle[10].

Période beylicale[modifier | modifier le code]

Aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle, la palais Abdellia continue à servir comme résidence d'été, ou même comme refuge, aux beys mouradites et husseinites.

Le climat conjugué aux paysages de falaises rocheuses, forêts de pins et orangeraies en font vite un lieu prisé des dignitaires, savants, bourgeois et artistes qui suivent la famille régnante. Car, dès le début du XIXe siècle, les beys de Tunis font ériger de nombreux palais où ils s'installent de mai à septembre[3] : Mohammed Bey fait construire Dar al-Taj vers 1855 avant que son successeur n'entame la construction d’un pavillon dominant la plage, Koubet El Haoua, destiné à dissimuler les baignades de la famille régnante[3]. De même, sous le règne de Naceur Bey, est construit le palais Essaâda à l’intention de son épouse Lalla Kmar, une odalisque circassienne qui épousa trois beys successifs.

D'autres princes se font construire des palais dans plusieurs endroits de la ville en plus des résidences offertes aux familles alliées telles que Dar El Kamila[3].

La Marsa est habitée par des agriculteurs et recherchée par les notables citadins tunisois. La localité connaît alors un essor rapide au XIXe siècle et à l'aube du XXe siècle, quelques dignitaires et riches choisissant la cité pour élever de luxueuses résidences de style arabo-musulman et italianisant au milieu des vergers et jardins ou même pour acquérir des demeures de notables étrangers résidant en Tunisie.

Centre du pouvoir pendant une partie de l’année, la ville attire vite ambassades et consulats dans le centre ou le long de la côte en direction de Gammarth, certaines bénéficiant de demeures beylicales délaissées comme les représentants français et britanniques[3].

Ainsi, la présence de hautes personnalités tunisiennes et étrangères contribue à l'essor de la localité. Henry Dunant, fondateur de la Croix-Rouge en visite en Tunisie en 1858, décrit la localité dans sa Notice sur la régence de Tunis :

« Lorsqu'un étranger arrive à La Marse, tout lui annonce et lui fait sentir qu'il approche de la résidence d'un souverain d'Orient. L'animation règne aux abords du palais : ce sont les carrosses des grands de la cour, traînés par des chevaux ou des mules de prix, et conduits par des nègres à la livrée orientale ; ce sont des officiers, les généraux à cheval, les serviteurs du prince ou des Maures en grand costume ; les consuls européens dans leurs voitures ; les étrangers, les voyageurs, sans compter les caravanes d'Arabes, de Maltais, de Juifs ; ou des chameaux, des muletiers et des attelages de toute espèce et de toute sorte, qui vont et viennent de Tunis à La Marse[3]. »

Le , c'est dans cette ville que sont signées les conventions de La Marsa qui renforcent le contrôle des autorités françaises sur le jeune protectorat[11]. Elle est érigée en municipalité en 1912[12].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Période post-indépendance[modifier | modifier le code]

Après l'indépendance du pays en 1956, la ville voit la destruction de palais beylicaux et de l'ancien souk.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La Marsa est à la fois une municipalité et une délégation. Elle est rattachée au gouvernorat de Tunis.

Elle est également rattachée à la deuxième circonscription électorale de Tunis.

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

La municipalité de La Marsa est divisée en cinq arrondissements : La Marsa, Gammarth, Sidi Daoued (ou Sidi Daoud) et Cité Er-Riadh (ou Cité Erriadh)[1].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Suite aux élections municipales de 2018, les trente sièges du Conseil municipal se répartissent comme suit : onze membres de liste « La Marsa change », sept de la liste « Les couleurs de La Marsa », cinq du parti Nidaa Tounes, quatre du parti Ennahdha, deux membres de la liste indépendante « Espoir de La Marsa » et un membre du Courant démocrate[13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  novembre 2010 Mohamed Kamel Salhi RCD  
novembre 2010 avril 2011 Mohamed Bousaid RCD  
avril 2011 juin 2011 Nadia Ben Hamouda - Désignée par le gouvernement à la tête de la délégation spéciale
juin 2011 juillet 2018 Mohamed Riahi - Désigné par le gouvernement à la tête de la délégation spéciale
juillet 2018 novembre 2019 Slim Meherzi Liste indépendante  
novembre 2019 en cours Moez Bouraoui[14] Liste indépendante  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Quartiers et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Bhar Lazreg
  • Cité Er-Raabi
  • Cité Er-Riadh
  • Cité Habib
  • Cité des Juges
  • Cité Khalil
  • Ettabek
  • Gammarth Supérieur
  • Gammarth Touristique
  • Gammarth Village
  • Jbel Khaoui
  • Lahouèche
  • Marsa Corniche
  • Marsa Cube
  • Marsa Enassim
  • Marsa les Pins
  • Marsa Plage
  • Marsa Résidence
  • Marsa Saada
  • Marsa Ville
  • Sidi Daoud

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Recensement général de 2014
Arrondissement Nombre de logements Nombre de ménages Nombre d'hommes Nombres de femmes Total
La Marsa 11 960 9 679 15 767 16 044 31 811
Gammarth 4 524 3 334 6 606 6 432 13 038
Sidi Daoud 8 865 6 654 12 657 12 127 24 784
Cité Er-Riad 7 838 6 395 11 610 11 744 23 354
Total - Municipalité de La Marsa 33 187 26 062 46 640 46 347 92 987
Sources : Institut national de la statistique[1]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La Marsa accueille plusieurs établissements universitaires et scolaires dont l'École polytechnique de Tunisie, l'Institut préparatoire aux études scientifiques et techniques, le lycée français Gustave-Flaubert et le lycée Marsa-Saada.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La Marsa abrite plusieurs établissements culturels dont de nombreuses galeries d'art, deux salles de cinéma et une bibliothèque publique.

Santé[modifier | modifier le code]

La Marsa héberge plusieurs établissements médicaux, soit l'hôpital des forces de sécurité intérieure, l'hôpital Mongi-Slim, la clinique Sidi Salah et la clinique El Amen.

Sport[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Culte musulman : Il existe de nombreux lieux de culte.
  • Culte israélite : Il existe un lieu de culte ouvert l'été uniquement, à savoir la synagogue Keren Yéchoua.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le point fort de l'économie marsoise réside dans le tourisme, avec la zone de Gammarth et ses ensembles résidentiels, hôtels, centres de thalassothérapie, restaurants et boîtes de nuit[3]. Le quartier Saf-Saf, au cœur de Marsa Plage, est le haut-lieu d'animation de la ville et attire de nombreux Tunisois en saison estivale.

Commerce[modifier | modifier le code]

Il existe deux centres commerciaux à La Marsa : Carrefour à Sidi Daoud et le Zéphyr à Marsa Plage.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Palais et résidences[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Cimetière Sidi Abdelaziz, du nom du saint patron de la ville de La Marsa, qui aurait été un disciple du maître soufi andalou Ibn Arabi[3] et dont la zaouïa s'y trouve, ainsi que le mausolée de Sidi Ali Bouriga, celui de Sidi Cherif et le tombeau de Sidi Salah[16] ;
  • Église de La Marsa ;
  • Mosquée El Ahmadi, construite par Ali III Bey, vraisemblablement sur les bases d'une ancienne mosquée hafside, avant d'être agrandie par Ahmed II Bey qui lui donne son nom[17] ;
  • Mosquée Sidi Abdelaziz ;
  • Sidi Ahmed Bousalsla, dont le mzar se situe au bord de la rue Hédi-Chaker ;
  • Synagogue Keren Yéchoua, fondée en 1927 et qui continue d'accueillir le culte durant l'été.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres lieux[modifier | modifier le code]

Sans doute né à la fin du XIXe siècle, le café Saf-Saf est un lieu mythique qui préserve les traditions du savoir-vivre tunisois selon Ridha Kéfi[18]. Doté d'un puits public datant de l'époque des Hafsides et où les caravaniers venaient se rafraîchir et abreuver leurs bêtes, il accueille durant les années 1950 et 1960 les peintres Yahia Turki, Jellal Ben Abdallah ou Noureddine Khayachi venus y peindre les atmosphères particulières du lieu[18]. Dans les premières années de l'indépendance, Ali Riahi ou Safia Chamia viennent souvent y chanter et l'endroit fait même l'objet d'une chanson de Naâma intitulée El Bir Wessafsaf Wennaoura[18]. Désormais, c'est un café populaire qui a été préservé de la boulimie des promoteurs immobiliers. Le journal français Le Monde l'avait qualifié de « plus beau café du monde »[18].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Monuments et lieux disparus[modifier | modifier le code]

  • Dar al-Taj, palais beylical détruit après l'indépendance ;
  • Fondouk Chérif détruit après l'indépendance, qui se situait entre le boulevard du front de mer et la plage ;
  • Palais d'Ahmed Bey, parfois appelé palais du Saf-Saf, a perdu sa salle du trône, sa cour d'honneur et de nombreuses parties, et seul subsiste encore une partie qui correspond aux appartements privés du bey ;
  • Palais de Mohamed Khaznadar détruit en 1961, dont seule la porte d'honneur du domaine (Saniet Khaznadar), qui se situait entre le palais d'Ahmed Bey et la côte, existe de nos jours ;
  • Saniet Taïeb Bey, du nom du frère de Sadok Bey, appelé aussi Saniet Bordgane.

Œuvres artistiques et littéraires liées à la ville[modifier | modifier le code]

Dans Salammbô, Gustave Flaubert y fait se dérouler un festin offert par Hamilcar Barca à ses soldats[3].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a b c et d (ar) « Populations, logements et ménages par unités administratives et milieux » [PDF], sur census.ins.tn (consulté le 31 mars 2018).
  2. (en) « Geographic coordinates of La Marsa, Tunisia », sur dateandtime.info (consulté le 31 mars 2018).
  3. a b c d e f g h et i Joëlle Vauthier, « La Marsa. Le jardin des délices »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur saisonstunisiennes.com, .
  4. « Sidi Bou Said : ici se trouve le plus ancien phare de Tunisie », sur webdo.tn, (consulté le 27 mars 2020).
  5. Véronique Krings, La civilisation phénicienne et punique : manuel de recherche, Leyde, Brill, , 923 p. (ISBN 978-90-04-10068-8, lire en ligne), p. 384.
  6. Léon l'Africain, Description de l'Afrique, t. III, Paris, Adrien Maisonneuve, , 389 p., p. 15

    « C'est une petite ville ancienne bâtie sur le bord de la mer. C'est là que se trouvait le port de Carthage. Elle fut ruinée jadis et le demeura longtemps. Mais elle est aujourd'hui habitée par des pêcheurs, cultivateurs et blanchisseurs de toiles. Il existe près d'elle des palais royaux et des propriétés où le roi actuel a coutume de passer tout l'été. »

  7. Jacques Revault, Palais et résidences d'été de la région de Tunis (XVIe-XIXe siècles), Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, coll. « Études d'antiquités africaines », , 628 p. (ISBN 2-222-01622-3, lire en ligne), p. 57.
  8. Luis del Mármol Carvajal (trad. Nicolas Perrot d'Ablancourt), L'Afrique de Marmol, t. II, Paris, , 464 p., p. 492-493

    « Près de la ville [La Marça] il y avoit quelques jardins et maisons de plaisance, où les rois alloient prendre le frai l'esté. Les soldats de l'Empereur [Charles-Quint] la trouvant vuide, la sacagèrent, et depuis elle s'est repeuplée, encore que les habitants n'y soient pas trop en seureté, quand il y a guerre avec ceux de la Goulette. »

  9. Luis del Mármol Carvajal, op. cit., p. 464 : « Avant le débarquement de l'armée navale espagnole, la galère impériale manqua s'échouer sur un banc de sable dont on la retira à grand peine. L'empereur partant de là, rasa le cap de Carthage et toute la coste de Marsa, où se voyent les ruines de cette fameuse ville avec les jardins de Roy de Tunis ».
  10. Jacques Revault, op. cit., p. 55.
  11. Nada Auzary-Schmaltz, La justice française et le droit pendant le protectorat en Tunisie, Paris, Maisonneuve et Larose, , 199 p. (ISBN 978-2-7068-1997-1, lire en ligne), p. 44.
  12. Paul Sebag, Tunis : histoire d'une ville, Paris, L'Harmattan, , 685 p. (ISBN 978-2-7384-6610-5, lire en ligne), p. 361.
  13. « Le président de la Liste indépendante “La Marsa change” nouveau maire de la ville », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 26 mars 2020).
  14. « Moez Bouraoui nouveau maire de La Marsa », sur kapitalis.com, (consulté le 4 novembre 2019).
  15. « La Marsa : Bhar Lazreg aura son complexe sportif, éducatif et culturel », sur webdo.tn, (consulté le 27 mars 2020).
  16. Jacques Revault, op. cit., p. 107.
  17. Jacques Revault, op. cit., p. 57.
  18. a b c et d Ridha Kéfi, « Souvenir d'un après-midi d'été au café Saf Saf à La Marsa »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur saisonstunisiennes.com, .