Paul Sebag

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sebag.
Paul Sebag
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Paul Sebag (arabe : بول صباغ), né le à Tunis et décédé le à Paris, est un sociologue et historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir commencé à Paris des études de droit et de philosophie interrompues par la Seconde Guerre mondiale et les lois anti-juives du régime de Vichy, Paul Sebag rentre en Tunisie et prend une part importante à l'action clandestine du Parti communiste tunisien (PCT) contre les partisans de Vichy. Arrêté, il est condamné par un tribunal de Bizerte aux travaux forcés à perpétuité. Toutefois, il ne passe que dix mois en prison. Libéré au lendemain du débarquement des alliés en Afrique du Nord, le 8 novembre 1942, il reprend son activité politique au sein du PCT dans l'illégalité.

Après la Libération, le 7 mai 1943, il devient journaliste et assure la rédaction du journal du parti. Il achève ensuite ses études et devient, entre 1947 et 1957, professeur de lettres au lycée Carnot de Tunis. Il publie également plusieurs études de sociologie urbaine qui l'amènent à enseigner à l'Institut des hautes études de Tunis puis à la faculté des lettres de Tunis. En 1977, en raison du non-renouvellement de son contrat par les autorités tunisiennes, il est nommé à l'université de Rouen, où il exerce pendant deux ans avant de faire valoir ses droits à la retraite. Il se consacre alors à son travail d'historien et publie plusieurs ouvrages consacrés à l'histoire de Tunis et des Juifs tunisiens.

En 1994, il est décoré de l'ordre du Mérite culturel.

Principales publications[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]