Jacques Brault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brault.

Jacques Brault est un professeur, poète, dramaturge, romancier et essayiste québécois né à Montréal le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Brault étudie au Collège Sainte-Marie de Montréal, à l'Université de Montréal, à l’Université de Poitiers et à la Sorbonne de Paris.

Il devient ensuite professeur à l'Institut d'études médiévales et au Département d'études françaises de l'Université de Montréal [1].

Publié en 1965, Mémoire établit sa réputation de poète. Ce premier recueil de poésie et une étude de l'œuvre d'Alain Grandbois, paru en 1968, lui valent le Prix Québec-Paris.

Il est lauréat de trois Prix du Gouverneur général, notamment pour Agonie (1984), son unique roman.

Il a également participé à de nombreuses émissions culturelles sur les ondes de Radio-Canada[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Mémoire, 1965
  • Entre Mars et Vénus, 1965
  • Suite fraternelle, 1969
  • La Poésie ce matin, 1971
  • L'en dessous l'admirable, 1975
  • Poèmes des quatre côtés, 1975
  • Vingt-quatre murmures en novembre, 1980
  • Trois fois passera précédé de Jour et nuit, Saint-Lambert, Éditions du Noroît, 1981, 87 p. Avec quatorze collages de Célyne Fortin. (ISBN 2-89018-052-2)
  • Moments fragiles, 1984
  • Il n'y a plus de chemin, Saint-Lambert et Cesson, Éditions du Noroît et La table rase, 1990, 67 p. Avec cinq dessins de l’auteur. (ISBN 2-89018-195-2) (ISBN 2-902905-46-7)
  • Effets personnels, 1990
  • Au petit matin, Montréal, Éditions de l'Hexagone, coll. « Poésie », no 95, 1993, 57 p. Avec Robert Melançon. (ISBN 2-89006-489-1)
  • Au bras des ombres, 1997
  • L'Artisan, 2006
  • Faut-il donc offrir des morts aux fleurs ?, Laval-des-Rapides, Le temps volé, coll. « À l’escole de l’escriptoire », 2016, s.p. Ill. Avec François Hébert. (ISBN 978 2 921856 62 1)

Roman[modifier | modifier le code]

  • Agonie, Montréal, Éditions du sentier, 1984, 77 p. Réédition : Montréal, Boréal express, 1985, 77 p. (ISBN 2890521311)

Pièces de théâtre[modifier | modifier le code]

  • Quand nous serons heureux, 1970
  • Trois partitions, 1972

Ouvrage de traduction[modifier | modifier le code]

  • Transfiguration, 1999

Essais littéraires[modifier | modifier le code]

  • Miron le magnifique, 1966
  • Alain Grandbois, Paris, Seghers, coll. « Poètes d’aujourd’hui », no 172, 1968, 190 p. Ill.
  • Chemin faisant. Essais, Montréal, La Presse, coll. « Échanges », 1975, 150 p. (ISBN 0-7777-0170-7) Réédition : Montréal, Boréal, coll. « Papiers collés », 1994 (nouvelle édition avec un post-scriptum inédit), 202 p. (ISBN 2-89052-635-6)
  • La Poussière du chemin. Essais, Montréal, Boréal, coll. « Papiers collés », 1989, 249 p. (ISBN 2-89052-277-6)
  • Ô saisons, ô châteaux. Chroniques, Montréal, Boréal, coll. « Papiers collés », 1991, 148 p. (ISBN 2-89052-368-3)
  • Au fond du jardin. Accompagnements, Saint-Hippolyte, Éditions du Noroît, coll. « Chemins de traverse », 1996, 140 p. (ISBN 2-89018-332-7)
  • Dans la nuit du poème, 2011 (ISBN 978-2-890187368)
  • Chemins perdus, chemins trouvés, 2012
  • Images à Mallarmé, 2017 (ISBN 978-2-89766-059-8)

Édition critique[modifier | modifier le code]

  • Saint-Denys Garneau, Œuvres, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Bibliothèque des lettres québécoises », 1970, xxvii/1 320 p. Édition critique par Jacques Brault et Benoît Lacroix.

Articles et chapitres de livres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • « Saint-Denys Garneau, réduit au silence », dans La poésie canadienne-française. Perspectives historiques et thématiques. Profils de poètes. Témoignages. Bibliographie, Montréal, Fides, coll. « Archives des lettres canadiennes », no IV, 1969, p. 323-331.
  • « Petite Suite émilienne », Liberté, no 164, avril 1986, p. 76-88. (ISSN 0024-2020)
  • « Autres éclaircies », dans Benoît Melançon et Pierre Popovic (sous la dir. de), Miscellanées en l’honneur de Gilles Marcotte, Montréal, Fides, 1995, p. 45-61. Avec Robert Melançon. (ISBN 2-7621-1849-2)
  • « Le Soleil et la Lune », Études françaises, vol. 33, no 1, printemps 1997, p. 11-15. (ISSN 0014-2085) (ISBN 2-7606-2304-1)
  • « Gaston Miron par lui-même », Liberté, no 233, octobre 1997, p. 11-55. Avec Jean Larose et André Major. (ISSN 0024-2020)
  • « Presque chansons », Liberté, no 243, juin 1999, p. 42-45. (ISSN 0024-2020)
  • Rivard, Barbara, L’Homme froissé. Écriture et peinture chez Henri Michaux, Montréal, Del Busso éditeur, 2011, 96 p. Précédé de « Soit dit en passant » de Jacques Brault. (ISBN 978-2-923792-09-5)
  • « Un écrivain et son lecteur », Études françaises, vol. 53, no 1, 2017, p. 117-120. Sur Gilles Marcotte. (ISSN 0014-2085) (ISBN 978-2-7606-3740-5)

Honneurs[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Belleau, André, « Quelques remarques sur la poésie de Jacques Brault », Liberté, no 68, mars-avril 1970, p. 85-93[1]. Repris dans Y a-t-il un intellectuel dans la salle ?, Montréal, Primeur, coll. « L’échiquier », 1984, p. 125-129. (ISBN 2-89286-042-3)
  • « Lettres de Paul Chamberland à Jacques Brault », Mœbius, no 95, automne 2002, p. 15-25. (ISSN 0225-1582) (ISBN 2-89031-462-6)
  • Coleman, Patrick « Two Poets and their Prose : Fernand Ouellette, Jacques Brault and the Fate of Idealism », American Review of Canadian Studies, vol. 21, no 1, printemps 1991, p. 29-44.
  • Dion, Robert, « Formes de l’explication littéraire dans Agonie de Jacques Brault », Itinéraires et contacts de culture, nos 18-19, 1995, p. 79-88. (ISSN 1157-0342) (ISBN 2-7384-3129-1)
  • Dumont, François, « Bifurcation de l’essai dans l’œuvre de Jacques Brault », dans Anne Caumartin et Martine-Emmanuelle Lapointe (sous la dir. de), Parcours de l’essai québécois (1980-2000), Québec, Nota bene, coll. « Essais critiques », 2004, p. 83-95. (ISBN 2-89518-115-2)
  • Précarités de Brault, sous la dir. de François Hébert et Nathalie Watteyne, Québec, Nota bene, coll. « Convergences », 31, 2008, 214 p. (ISBN 978-2-89518-294-8)
  • Lemaire, Michel, « Jacques Brault essayiste », Voix et images, no 35, hiver 1987, p. 222-238. (ISSN 0318-9201) (ISBN 2-89276-033-X)
  • Massé, Alain, « Jacques Brault et l’Autre. Une poétique de l’accompagnement », Montréal, Université de Montréal, mémoire de maîtrise, septembre 1995, ix/101 p.
  • Melançon, Benoît, « Brault, Jacques », dans Tracy Chevalier (sous la dir. de.), Encyclopedia of the Essay, Londres et Chicago, Fitzroy Dearborn Publishers, 1997, p. 100-101. (ISBN 1-884964-30-3) [2]
  • Nardout-Lafarge, Élisabeth, « Entretien avec Jacques Brault », Études françaises, vol. 50, no 1, 2014, p. 50-64. (ISBN 978-2-7606-3440-4) (ISSN 0014-2085)
  • Paquin, Jacques, « Écriture et interlocution chez Jacques Brault », Voix et images, no 57, printemps 1994, p. 568-584. (ISSN 0318-9201) (ISBN 2-89276-130-1)
  • Paquin, Jacques, L’Écriture de Jacques Brault. De la coexistence des contraires à la pluralité des voix, Sainte-Foy (Québec), Presses de l’Université Laval, coll. « Vie des lettres québécoises », 1997, 264 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hamel, Réginald, John Hare et Paul Wyczynski, Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord, Montréal, Fides, 1989, p. 197.
  2. (fr) Écrivains et écrivaines du Canada, une étude des manuscrits, des copies dactylographiées, de la correspondance, des journaux et des carnets de notes à Bibliothèque et Archives Canada