François Hébert (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hébert.
François Hébert
François Hébert 2016.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Collège Stanislas (Québec)
Université de Montréal
Université d'Aix-Marseille (1896-1968) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

François Hébert, né à Montréal le , est un professeur et écrivain québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Hébert fait ses études au Collège Stanislas de Montréal, puis à l'Université de Montréal et à l'Université d'Aix-Marseille où il obtient un doctorat de troisième cycle pour sa recherche sur l'œuvre romanesque d'André Malraux. En 1972, il devient professeur à l'Université de Montréal. Outre l'enseignement des littératures française et québécoise, il y anime des ateliers de création.

Il a été directeur de la revue Liberté, directeur littéraire aux éditions Quinze, critique littéraire au Devoir et à Radio-Canada.

Outre sa production littéraire, il a traduit, avec Marie-Andrée Lamontagne, l'essai Morale et Fiction du romancier américain John Gardner, préparé une édition des Regards et jeux dans l'espace de Saint-Denys Garneau et publié sa correspondance avec Jacques Ferron sous le titre Vous blaguez sûrement...correspondance, 1976-1984 (Lanctôt, 2000).

Sa recherche explore le thème du sacré : foi, mythe, religion, « mort de Dieu », croyances, superstitions... Il s'applique à déceler les manifestations de ces divers thèmes dans les textes littéraires, en se fondant sur les théories et les méthodes de Caillois, Malraux, Guénon, Eliade, Frye, Girard, Lévinas, Derrida... Ses corpus proviennent principalement de la poésie québécoise : Saint-Denys Garneau, Anne Hébert, Rina Lasnier, Gaston Miron, Gilles Cyr, Denis Vanier, Louis Dantin

François Hébert est également le créateur de collages, qu'il nomme « assemblages ». Il en a exposé quelques-uns en 2011, avec Jacques Brault, sous le titre « L’usure des choses »[1]. On en trouve un, intitulé « Michel Beaulieu », en couverture de l’ouvrage Écrire au pape et au Père Noël. Cabinet de curiosités épistolaires (Montréal, Del Busso éditeur, 2011) de Benoît Melançon[2]. Ils illustrent l'ouvrage L'abécédaire des demoiselles d’Angrignon (Saint-Lambert, Les heures bleues, 2014)[3].

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • Triptyque de la mort : une lecture des romans de Malraux, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, coll. « Lectures », 1978, 246 . (ISBN 084050389X)
  • Montréal, Seyssel, Champ vallon, coll. « Des villes », no 24, 1989, 103 p. (ISBN 2876730847) (ISSN 0760-4572)
  • « Vous blaguez sûrement… » : correspondance, 1976-1984, Montréal, Lanctôt, coll. « Cahiers Jacques_ferron », 7, 2000, 154 p. Avec Jacques Ferron. Édition préparée et présentée par François-Simon Labelle. (ISBN 2-89485-151-0)
  • Pour orienter les flèches : notes sur la guerre, la langue et la forêt, Montréal, Trait d’union, coll. « Échappées », 2002, 221 p. (ISBN 2895880026)
  • « Introduction », dans La triste histoire de Li-Hung Fong et autres poèmes de Louis Dantin, Montréal, Les Herbes rouges, coll. « Five o'clock », 17, 2003, 188 p. (ISBN 2894192215)
  • Dans le noir du poème. Les aléas de la transcendance chez quelques poètes québécois, Montréal, Fides, coll. « Nouvelles études québécoises », 2007, 214 p. (ISBN 978-2-7621-2632-7)
  • L’universel Miron, sous la dir. de Jean-Pierre Bertrand et François Hébert, Québec, Nota bene, coll. « Convergences », 36, 2007, 237 p. (ISBN 978-2-89518-265-8)
  • Précarités de Brault, sous la dir. de François Hébert et Nathalie Watteyne, Québec, Nota bene, coll. « Convergences », 31, 2008, 214 p. (ISBN 978-2-89518-294-8)
  • Signé Montréal, Montréal, Pointe-à-Callière. Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal, 2010, 159 p. Ill. (ISBN 978-2-921718-47-9)
  • Miron l'égarouillé, Montréal, Hurtubise, coll. « Constantes », 2011, 196 p. (ISBN 978-2-89647-436-3)

Romans et récits[modifier | modifier le code]

  • Holyoke, Montréal, Quinze, coll. « Prose entière », 1979, 300 p. (ISBN 0885651812)
  • Le rendez-vous : roman, Montréal, Quinze, coll. « Prose entière », 1980, 234 p. (ISBN 2-89026-252-9)
  • Histoire de l'impossible pays : nomme Kzergptatl, de son roi Kztatzk premier et dernier et de l'ennemi de celui-ci, le sinistre Hiccope 13, empereur du Hiccopiland : roman, Montréal, Primeur, coll. « L'échiquier», 1984. (ISBN 9782892860283)
  • De Mumbai à Madurai : l'énigme de l'arrivée et de l'après-midi : récit, Montréal, XYZ, coll. « Romanichels », 2013, 127 p. Ill. (ISBN 978-2-89261-755-9)

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Barbarie, Montréal, Estérel, 1978, 26 p. Avec un frontispice de Roland Giguère.
  • Monsieur Itzago Plouffe, Québec, Éditions du Beffroi, 1985, 96 p. (ISBN 2920449060)
  • L'homme aux maringouins, Québec, Éditions du Beffroi, 1986, 130 p. (ISBN 2920449133)
  • Homo plasticus, Québec, Éditions du Beffroi, 1987, 130 p. (ISBN 2920449214)
  • Lac noir, Québec, Éditions du Beffroi, 1990, 63 p. Dessins de Jacques Brault. (ISBN 2920449400)
  • Les pommes les plus hautes, Montréal, L'Hexagone, coll. « Poésie », 1997, 74 p. (ISBN 2-89006-574-X)
  • comment serrer la main de ce mort-là, Montréal, L'Hexagone, coll. « L’appel des mots », 2007, 72 p. (ISBN 978-2-89006-789-9)
  • Poèmes de cirque et circonstance, Montréal, L'Hexagone, coll. « L’appel des mots », 2009, 89 p. (ISBN 978-2-89006-820-9)
  • Toute l'œuvre incomplète, Montréal, L’Hexagone, coll. « Écritures », 2010, 154 p. (ISBN 978-2-89006-864-3)
  • Où aller, Montréal, L'Hexagone, coll. « L’appel des mots », 2013, 89 p. (ISBN 978-2-89648-044-9)
  • Faut-il donc offrir des morts aux fleurs ?, Laval-des-Rapides, Le temps volé, coll. « À l’escole de l’escriptoire », 2016. Avec Jacques Brault. (ISBN 978 2 921856 62 1)

Fables[modifier | modifier le code]

  • Le dernier chant de l'avant-dernier dodo, Québec, Du Roseau, coll. « Garamond », 1986, 147 p. Avec quatorze dessins d’Anne-Marie Samson. (ISBN 2920083252)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Les Anglais : théâtre, Québec, Éditions du Beffroi, 1987, 166 p. (ISBN 2920449184)

Abécédaire[modifier | modifier le code]

  • L'abécédaire des demoiselles d'Angrignon, Saint-Lambert, Les Heures bleues, 2014. (ISBN 978-2-924277-22-5)

Traduction[modifier | modifier le code]

Anthologies[modifier | modifier le code]

  • Vaisseau d’or et croix du chemin. 1895-1935, Montréal, La Presse, 1979, xv/498 p. Troisième volume de l’Anthologie de la littérature québécoise. Avec Gilles Marcotte. (ISBN 2-89006-433-6)
  • J’partirai. 100 poèmes québécois sur la mort choisis et présentés par François Hébert, Montréal, Éditions du passage, coll. « Les derniers mots », 2009, 240 p. Ill. (ISBN 978-2-922892-38-3)

Articles (sélection)[modifier | modifier le code]

  • « La Bible de Thurso », Liberté, no 152, avril 1984, p. 14-23. (ISSN 0024-2020). Repris dans Jean-Pierre Augustin et Claude Sorbets (sous la dir. de), La culture du sport au Québec, Talence, Éditions de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine et Centre d’études canadiennes, coll. « Publications de la MSHA », no 220, 1996, p. 207-213. (ISBN 2-85892-231-4)
  • « Une générosité peu commune», Le Devoir, 20 septembre 1986, p. C2. Sur André Belleau
  • « Présentation » [du dossier «André Belleau (1930-1986)»], Liberté, no 169, février 1987, p. 2. (ISSN 0024-2020) [4]
  • « Le chinois, du ping-pong ? », Liberté, no 178, août 1988, p. 115. (ISSN 0024-2020)
  • « Correspondances », Liberté, no 194, avril 1991, p. 95-107. Avec André Belleau, Julio Cortázar et Ig. [5]
  • « Le latin du professeur de latin », Liberté, no 216, décembre 1994, p. 65. (ISSN 0024-2020)
  • « Poèmes », Liberté, no 229, février 1997, p. 52-60. (ISSN 0024-2020)
  • « Qu’est-ce qu’un roman ? », Liberté, no 229, février 1997, p. 135-153. (ISSN 0024-2020)
  • « Magritte et compagnie », Liberté, no 230, avril 1997, p. 127-153. (ISSN 0024-2020)
  • « Les deux nuages », Liberté, no 231, juin 1997, p. 17-41. (ISSN 0024-2020)
  • « L’amicale croisade d’un chroniqueur enragé », Liberté, no 231, juin 1997, p. 202-203. (ISSN 0024-2020)
  • « Le sculpteur Balkenhol et ses copeaux », Liberté, no 232, août 1997, p. 116-117. (ISSN 0024-2020)
  • « Poèmes », Liberté, no 233, octobre 1997, p. 56-63. (ISSN 0024-2020)
  • « Érotique en catastrophe », Liberté, no 233, octobre 1997, p. 169-172. (ISSN 0024-2020)
  • « Dedans la tête que je fais », Liberté, no 236, avril 1998, p. 38-56. (ISSN 0024-2020)
  • « Cyr, Gilles… », Liberté, no 236, avril 1998, p. 157-158. (ISSN 0024-2020)
  • « De quelques monstres sacrés », Liberté, no 237, juin 1998, p. 39-51. (ISSN 0024-2020)
  • « Le peintre Saint-Denys Garneau », Liberté, no 238, août 1998, p. 4-24. (ISSN 0024-2020)
  • « Miron dans ses derniers parages », Liberté, no 240, décembre 1998, p. 86-94. (ISSN 0024-2020)
  • « Poèmes », Liberté, no 241, février 1999, p. 12-17. Avec Violette Dionne. (ISSN 0024-2020)
  • « Qui proquo », Liberté, no 241, février 1999, p. 134-135. (ISSN 0024-2020)
  • « Les nouvelles pétévisées du premier septembre 1993 », Liberté, no 242, avril 1999, p. 85-86. (ISSN 0024-2020)
  • « Circa 1980 », Liberté, no 285, septembre 2009, p. 86-92. (ISSN 0024-2020)

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la Maison de la poésie de Montréal[1].
  2. Site de Del Busso éditeur[2].
  3. Blogue L’Oreille tendue, 16 décembre 2014[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]