Bataille de Badr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Invasion de Safwan)
Bataille de Badr
Description de cette image, également commentée ci-après
La bataille de Badr, enluminure du Siyar-i Nabi, vers 1595. Musée impérial de Topkapi d'Istanbul.
Informations générales
Date / 17 Ramadan 2 AH
Lieu Badr (en), Arabie
Issue Victoire musulmane
Belligérants
Black flag.svg muhâjirûn et ansârQuraychites de La Mecque
Commandants
Mahomet
Hamza
Abou Bakr
Omar
Ali
Mousab ibn Oumayr
Sa'd ibn Mu'adh
Quais Ibn Abi Saasa'a
Abu Jahl
Utbah ibn Rabi'ah
Umayyah ibn Khalaf (en)
Forces en présence
313 fantassins
72 cavaliers (montés sur 70 chameaux et 2 chevaux)
900 fantassins
270 cavaliers (montés sur 170 chameaux et 100 chevaux)
Pertes
14 morts (6 Mouhadjiroune et 8 Ansâr)70 morts[1]
70 prisonniers[1]

Guerres entre musulmans et Quraychites

Coordonnées 23° 44′ 00″ nord, 38° 46′ 00″ est
Géolocalisation sur la carte : Arabie saoudite
(Voir situation sur carte : Arabie saoudite)
Bataille de Badr

La bataille de Badr est un affrontement que la tradition islamique situe entre les villes de La Mecque et de Médine vers 624 à la suite de l'Hégire, et qui oppose la tribu des Quraysh à Mahomet et ses compagnons (muhâjirûn, ansâr). Selon la tradition, Mahomet et trois cent de ses hommes, ayant décidé d'attaquer une riche caravane, se retrouvent face une armée d'un millier de Quraysh qu'ils dominent, y voyant le signe d'une intervention divine. La bataille marque le début de l'expansion des premières communautés musulmanes. Cette bataille est la seule explicitement nommée dans le Coran.

Récit traditionnel de la bataille[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Vers 622, Mahomet et plusieurs de ses compagnons (muhâjirûn) quittent la ville de La Mecque à la suite des violences qu'ils commencent à y subir de la part de la tribu des Quraysh, et s'installent à Yathrib (actuellement Médine), au cours de l'épisode de l'Hégire[2]. Malgré les accords conclus dans la constitution de Médine, les muhâjirûn restent en marge de la vie socioéconomique locale et commencent à s'attaquer aux caravanes faisant du commerce à La Mecque[2].

Au printemps 624, une caravane quraychite quitte La Mecque pour rejoindre la Syrie comme chaque année, à laquelle s'associe également un convoi à destination de l'Irak[3]. La caravane qui voyage en ce milieu de mois de ramadan est donc particulièrement riche, transportant une grande partie des revenus mecquois[2],[3]. Elle est dirigée par un ennemi de Mahomet, le Quraychite Abû Sufyân.

Mouvements avant la bataille[modifier | modifier le code]

Les événements commencent lorsque Mahomet ordonne de prendre pour cible la caravane, après qu’il a reçu des informations selon lesquelles Kurz ibn Jabir al-Fihri a volé quelques troupeaux en pâture appartenant aux musulmans. Mahomet prend alors la tête d'un groupe de 70 compagnons, qui poursuivent Kurz ibn Jabir al-Fihri jusqu'à Safouan, dans la banlieue de Badr. Mais celui-ci parvient à leur échapper[4],[5],[6].

Mohamet rassemble alors une force d'environ 300 hommes issus de La Mecque (muhâjirûn) et de Médine (ansâr)[2],[note 1]. Abû Sufyân réussit à éviter l'affrontement pendant plusieurs jours. Pendant ce temps, Abu Jahl rassemble à La Mecque une force de 600 à 800 hommes pour défendre la caravane et éliminer Mahomet qui faisait obstacle au commerce mecquois. De leur côté, les hommes de Mahomet remplissent de sable les puits situés sur la route de la caravane, de façon à attirer l'armée adverse vers la localité de Badr pour combattre[2].

Bataille[modifier | modifier le code]

Mouvement des troupes quraychite et musulmane.

Les deux armées se retrouvent vers la localité de Badr (en), situé entre Médine et La Mecque. Comme cela est la tradition, un combat opposant trois membres de chaque armée a lieu avant l'affrontement[2].

La bataille tourne à l'avantage de l'armée de Mahomet, malgré leur infériorité numérique face aux millier de combattants Quraysh[2]. Elle aurait fait 70 morts du côté mecquois (dont Abu Jahl) et seulement 14 de l'autre, qui aurait en outre capturé 70 prisonniers[1]. Ce succès fit beaucoup pour la réputation de Muhammad comme chef de guerre, grâce au butin qu'il rapporta.

Conséquences humaines[modifier | modifier le code]

Morts[modifier | modifier le code]

Lorsque la bataille s’acheva, les corps des Quraychites furent enterrés dans une fosse commune[7].

Prisonniers[modifier | modifier le code]

Le sort des prisonniers polythéistes fit l'objet de divergences entre les sahaba. Abou Bakr suggéra de les épargner, Omar de les tuer et Abdullah ibn Rawaha de les brûler vifs. Mahomet loua ces trois propositions, voyant dans celle d'Abou Bakr les qualités d'Ibrahim et de ʿĪsā, dans celle d'Omar les qualités de Moussa, et dans celle d'Abdullah ibn Rawaha, les qualités de Nûh. À chaque fois, il cita des passages du Coran pour justifier ces dires[8]. Finalement il décida de favoriser la position d'Abou Bakr : les prisonniers furent traités humainement[9],[10], et libérés après le paiement d'une rançon ou, pour certains d'entre-eux, à condition d'apprendre à dix personnes comment lire et écrire[11],[12] ; mais il regretta son choix[1],[note 2].

Exécution de Oqba ibn Abi Mouait et Nadr ibn al-Harith[modifier | modifier le code]

Deux des prisonniers capturés à Badr, à savoir Oqba ibn Abi Mouait (en) et Nadr ibn al-Harith (en), auraient été exécutés sur ordre de Mahomet.

Selon de nombreux témoignages jugés fiables par les musulmans sunnites[note 3], Oqba ibn Abi Mouait n’a pas été exécuté, mais a été tué lors des combats sur le champ de bataille à Badr et faisait partie des chefs quraychites dont les cadavres ont été enterrés dans la fosse commune[13],[14],[15].

L'exécution de Nadr ibn al-Harith est également débattue, bien que retenue par Ibn Kathir dans son interprétation (tafsir) du verset 31 de la sourate 8. Des récits mentionnent l'exécution de Nadr par Ali, mais sans chaîne de transmission[note 4]. D'autres textes font état de l’exécution de Nadr[note 5], mais sont mis en doute car leur chaîne de transmission est « mursal », c'est-à-dire qu'elle ne remonte jusqu'à Mahomet ou à ses compagnons[note 6]. D'autres versions[note 7] qui évoquent l'exécution de Nadr ont des chaînes de transmissions qui remontent jusqu'aux compagnons du prophète (ibn Abbas, Ali), mais sont parfois considérées inauthentiques par la présence de narrateurs inconnus, ou non fiables. Enfin, certains d'entre eux diffèrent quant à l'identité du bourreau de Nadr[note 8]. À l'opposé des précédents récits, Ibn Sallâm al-Jumahî[note 9] affirme que Nadr est mort naturellement, par refus de se nourrir en prison.

Historicité[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1970, un certain nombre de sources jusque là considérées comme historiquement fiables (e.g. hadîths, compilation d'Othman ibn Affanetc.) sont fortement remises en doute[16].

Importance historique[modifier | modifier le code]

La bataille de Badr marque le passage d'une posture défensive à une posture d'expansion de la part des premières communautés musulmanes[2]. Croyant à l'intervention divine lors de la bataille, les musulmans n'hésitèrent plus à contester la domination Quraysh, jusqu'à la reddition de La Mecque en 630 après des années de conflits[2].

Dans les sources coraniques[modifier | modifier le code]

Dans le Coran[modifier | modifier le code]

La bataille de Badr est l'une des rares batailles explicitement décrites dans le Coran[note 10].

Elle est la seule bataille qui y est mentionnée nommément[2], dans la sourate 3 « Al-Imran », dans le cadre d'une comparaison avec la bataille d'Uhud : « 123. Allah vous a donné la victoire, à Badr, alors que vous étiez humiliés. [...] »[17].

La bataille de Badr est également mentionnée dans la sourate 8 « Al-Anfal », qui détaille le comportement et les opérations militaires. « Al-Anfal » signifie « le butin » et fait référence à la discussion d'après-guerre au sein de l'armée musulmane sur la manière de diviser le pillage de l'armée Quraychite. Bien que la sourate ne nomme pas Badr, elle décrit la bataille, et on pense généralement que plusieurs de ces versets datent de la bataille ou peu après[réf. nécessaire].

Dans la Chronique de Tabari[modifier | modifier le code]

Dans son Histoire des prophètes et des rois, Tabari donne un récit de la bataille de Badr :

« Pendant qu'ils parlaient ainsi, jibril vint avec mille anges, se présenta au prophète et lui dit : « Sois content ; Dieu m'a envoyé à ton secours avec mille anges. » Puis il lui récita ce verset du Coran :

« Le jour où vous demandiez l'assistance de votre Seigneur, il vous exauça. Je vous assisterai, dit-il, de mille anges se suivant les uns les autres »[18]. Le Prophète dit : « Ô mon frère Gabriel, mille anges ! »

Gabriel dit : « Trois mille, Ô Mohammed. »

– « Trois mille ! » répéta le Prophète.

– « Oui, cinq mille », répliqua Gabriel.

Aussitôt le prophète sortit en courant de la cabane pour porter aux musulmans cette bonne nouvelle. Il cria à haute voix : « Dieu a envoyé trois mille anges à votre secours. »

Ils répétèrent dans leur joie : « Trois mille ! »

– « Oui, cinq mille », répliqua le prophète.

Ensuite Gabriel récita au prophète le verset suivant :

« Dieu vous a secourus à Badr, car vous étiez faibles… Alors tu disais aux fidèles : « Ne vous suffit-il pas que votre Seigneur vous assiste de trois mille anges ? » »[19] Le prophète récita le verset aux fidèles. Il vit comment les anges, tenant dans leurs mains des bâtons, se mettaient en ligne avec les musulmans. Dieu leur avait ordonné de se tenir dans les rangs des musulmans ; car moi, leur dit-il, j'ai jeté la crainte dans les cœurs des infidèles, et vous, frappez-les sur la tête, sur le cou et sur tout le corps. Il est dit dans le Coran :

« Ton Seigneur dit aux anges : Je suis avec vous »[20]
Représentation de cavaliers arabes[21].

Lorsque les anges se disposèrent à charger l'armée impie, le Prophète ramassa une poignée de poussière et la jeta contre les infidèles, en disant : « Que vos faces soient confondues ! » Dieu commanda au vent de porter cette poussière aux yeux des infidèles, qui en furent aveuglés. Chargés par les anges, qui étaient en avant des fidèles, ils se mirent à fuir. Les anges les poursuivirent, les frappèrent de leurs bâtons et les firent tomber. Chaque coup qu'un ange portait à un infidèle lui brisait tous les os de son corps, depuis la tête jusqu'aux pieds, et lui rompait les veines et les nerfs ; l'homme tombait et remuait convulsivement, sans qu'aucune blessure fût visible sur son corps, et sans que son sang coulât. Quand les fidèles arrivaient, ils attaquaient les hommes ainsi frappés, leur faisaient des blessures et faisaient couler leur sang. Les compagnons du Prophète ont raconté : Il y eut des hommes dont la tête fut séparée du corps et la nuque brisée avant que notre épée les eût atteints. Il y en avait d'autres qui, lorsque nous les attaquâmes, étaient étendus par terre, agonisant, mais sans blessure. Leurs corps étaient brisés, mais la vie ne les avait pas encore quittés. Nous reconnûmes que cela n'était pas de notre fait, mais l'œuvre de Dieu. Il est dit, en effet, dans le Coran :

« Ce n'est pas vous qui les avez tués, mais Dieu ; ce n'est pas toi qui as jeté la poussière, mais Dieu »[22] »

— Tabari, Op. cit., vol. II, « Mohammed, le sceau des prophètes », p. 137-176.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après les chroniques de Tabari (Xe siècle), la version la plus exacte avance que le nombre de musulmans est de 314 hommes.
  2. En effet, les versets qui suivent sont (Coran 8, 66-67) : « Un prophète ne devrait pas faire de prisonniers avant d'avoir prévalu [mis les mécréants hors de combat] sur la terre. Vous voulez les biens d'ici-bas, tandis qu'Allah veut l'au-delà. Allah est Puissant et Sage. N'eût-été une prescription préalable d'Allah, un énorme châtiment vous aurait touché pour ce que vous avez pris. [de la rançon] ».
  3. Notamment, un certain nombre de récits dans le Sahih de l'imam al-Boukhari et le recueil biographique (Tabaqat Al-Kubra) d’Ibn Sa’d
  4. Dans la sîra d'Ibn Ishaq, rapportée via la version d'Ibn Hichâm, et les Sunan d'al-Bayhaqî.
  5. Dans les Sunan d'al-Bayhaqî, dans le Kitab al-Amwal de Hamid ibn Mukhlid ibn Zanjawayh au numéro 418, dans le Kitab al-Marasil d'Abou Dawoud, dans l'Ansab al-Ashraf d'Al-Balâdhurî.
  6. Elles s'arrêtent à Ash-Shafî'î, qui vécut plus d'un siècle et demi après Muhammad, ou à Sa'id bin Jubair, qui était un tābi).
  7. Celle rapportée par At-Tabarani dans al-Awsat au numéro 3892, ou celle d'Abu al-Faraj al-Isfahani dans son Kitab al-Aghani.
  8. Hamid ibn Mukhlid ibn Zanjawayh rapporte ainsi dans son Kitab al-Amwal, que ce serait Miqdad ibn Amr qui l'aurait mis à mort.
  9. Dans le Tabaqat fuhul ash-Shu'ara.
  10. La bataille est évoquée aux références suivantes : Le Coran, « La Famille d’Imran », III, 13, (ar) آل عمران ; Le Coran, « Le Butin », VIII, 5-6, 15-19, 47-48, 65, (ar) الأنفال.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « Sahih Muslim / Hadith 1763 », sur Quranx.com (consulté le )
  2. a b c d e f g h i et j (en) Bataille de Badr sur l’Encyclopædia Britannica (consulté le 22 novembre 2022)
  3. a et b (en) Richard A. Gabriel, Campaigns and commanders, vol. 11 : Muhammad: Islam's first great general, University of Oklahoma Press, , 255 p. (ISBN 978-0-8061-3860-2 et 0-8061-3860-2, présentation en ligne), p. 86.
  4. Saifur Rahman Al-Mubarakpuri, When the Moon Split, DarusSalam, (lire en ligne), p. 147.
  5. Sameh Strauch, Biography of the Prophet, Darussalam Publications, , 992 p. (ISBN 978-9960-98-032-4, lire en ligne), p. 400.
  6. Mosab Hawarey, The Journey of Prophecy; Days of Peace and War (Arabic), Islamic Book Trust, (lire en ligne) Note : le livre contient une liste des batailles de Mahomet en arabe, la traduction anglaise est disponible ici.
  7. « La bataille de badr », (consulté le )
  8. ABOUL FIDA' ISMAIL BEN KATHIR (trad. Ahmad harakat), L'interprétation Du CORAN (TEXTE ET EXPLICATIONS) [« تفسير ابن كثير »], vol. 2, Beyrouth - Liban, Dar el Fiker,‎ , 890 p., p. 144
  9. (en) « Sahih Bukhari / Hadith 3008 », sur Quranx.com (consulté le )
  10. William Muir, The Life of Mahomet, Londres, Smith, Elder and Co., , Volume 3 éd. (lire en ligne), p. 122
  11. William Muir, « The Life of Mahomet: With Introductory Chapters on the Original Sources for the Biography of Mahomet, and on the Pre-Islamite History of Arabia », London, Smith, Elder and Co, (consulté le ), ix
  12. (en) « Battles », sur Al-Islam.org, (consulté le )
  13. (en) « Sahih Bukhari / Hadith 240 », sur Quranx.com (consulté le )
  14. (en) « Sahih Bukhari / Hadith 520 », sur Quranx.com (consulté le )
  15. Al Tabaqat-al-Kubra, Muhammad Ibn Sa'd, Volume 2, p. 260, ghazwatul Badr, Darul Ihya'it-Turathil-'Arabi, Beirut, Lebanon, First Edition, (1996)
  16. Guillaume Dye, Mehdi Azaiez, Samra Azarnouche et Meir Michael Bar-Asher, Le Coran des historiens, dl 2019 (ISBN 978-2-204-13551-1 et 2-204-13551-8, OCLC 1129951392, lire en ligne) :

    « Comme on le verra plus loin, depuis les années 1970, avec la mise en question de la crédibilité historique des écrits musulmans et l’intégration méthodique et massive des sources non islamiques, un tournant décisif a été effectué dans les recherches. »

  17. (en) « Le Coran/Sourate 3 : La famille d’Imran (Al-Imran) - wikilivres », sur wikilivres.org (consulté le )
  18. Le Coran, « Le Butin », VIII, 9, (ar) الأنفال.
  19. Le Coran, « La Famille d’Imran », III, 124, (ar) آل عمران.
  20. Le Coran, « Le Butin », VIII, 12, (ar) الأنفال.
  21. Rashid al-Din, « Khalili Collection, MSS. 727, folio 66a », Jami' al-Tawarikh, 1305-14.
  22. Le Coran, « Le Butin », VIII, 17, (ar) الأنفال.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]