Bataille de Siffin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Siffin

Informations générales
Date été 657
Lieu Siffin, en Syrie
Casus belli Muawiya ne reconnaît pas le califat d'Ali ibn Abi Talib
Issue Indécise avec un traité de paix
Belligérants
Black flag.svg Califat rachidunUmayyad Flag.svg Omeyyades
Commandants
Ali
Hassan
Hussein
Al-Abbas
Muhammad ibn al-Hanafiya
Malik al-Achtar
Qays ibn Sa'd (en)
Abdullah ibn Abbas
Ammar ibn Yassir
Khouzaïma ibn Thabit (en)
Hachim ibn Otbah (en)
Muhammad ibn Abou Bakr (en)
Mu'awiya
Amr ibn al-As
Marwan
Al-Walid ibn Oqba (en)
Abou al-Awar (en)
Habib ibn Maslama (en)
Forces en présence
80 000 hommes[1]120 000 hommes[1]
Pertes
25 000 tués[2]40 000 tués[2]

Grande discorde

Batailles

Bassorah, Siffin, Nahrawân

Coordonnées 35° 57′ 00″ nord, 39° 01′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient

(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
Bataille de Siffin

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Bataille de Siffin

La bataille de Siffin (en arabe : وقعة صفين) est un affrontement de la première Fitna ayant eu lieu entre mai et juillet de l'an 657 du calendrier julien. Le gros des confrontations se produisirent entre le 26 et le 28 juillet (soit entre le 8 et le 10 Safar de l'an 37 du calendrier hégirien) près d'un petit village romain situé à une centaine de mètres de la rive droite de l'Euphrate, dans les environs de l'actuelle ville syrienne de Raqqa.

Les sahaba se scindèrent en trois groupes autour de ce combat final qui opposa Ali à Mu'awiya. Le premier prit le parti d'Ali, le second celui de Mu'awiya. Un troisième groupe, composé notamment de Sa`d ibn Abi Waqqas, Abdullah ibn Omar, Muhammad ibn Maslamah (en), Usama ibn Zayd (en), Nufayʿ b. Masrūḥ et Imran ibn Husain (en), a opté pour la neutralité considérant que Mu'awiya s'est trompé en refusant de reconnaître le califat d'Ali, mais aussi que Ali s'est trompé en marchant contre Mu'awiya.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'armée de Mu`awîya venant de Damas comptait 80 000 hommes, celle d'`Alî 50 000 hommes. L'armée d'`Alî arriva à Raqqa et fit construire un pont pour traverser le fleuve. Une première bataille eut lieu entre les deux avant-gardes qui se replièrent chacune dans leur camp. L'armée de Mu`awîya prit position sur les rives du fleuve, ce qui empêcha les troupes d'`Alî d'accéder à l'eau. Après une courte négociation, Mu`awîya permit aux troupes d'`Alî de se rendre au fleuve. Les deux armées se reposèrent pendant deux jours. `Alî envoya des émissaires demandant de le reconnaître comme seul souverain légitime mais Mu`awîya refusa prétextant qu'il était là pour venger `Othman.

Au début du mois de Mouharram, `Alî déclara qu'il voulait que l'on cesse les combats pendant le mois sacré. Durant ce mois, les deux armées se firent face, sans réel combat et dans l'espoir d'une conciliation. À la fin du mois, `Alî dit à ses hommes : « préparez vous à combattre demain ». Un assaut général qui dura deux jours vit l'armée de Mu`âwîya reculer. Les deux camps comptèrent de nombreux blessés et tués. À la fin de cet assaut l'armée de Mu`âwîya et celle d'`Alî comptèrent 40 000 tués sans compter ceux qui moururent de leurs blessures dans les jours suivants. `Amr ben al-`As, le général de Mu`âwîya utilisa alors une ruse : il fit mettre au bout des lances de ses soldats une page du Coran. Les soldats de l'armée d'`Ali arrêtèrent le combat ne voulant pas combattre contre le livre saint.

Les deux adversaires convinrent alors d'un arbitrage. `Alî signa, plutôt contraint, un traité qui devait durer huit mois, laissant à `Amr et à Abou Moussa al-Achari le soin de trancher le conflit. Un certain nombre de partisans d'`Alî refusèrent cette solution, arguant qu'`Alî avait été désigné par Allah comme calife et qu'il n'a donc pas le droit de revenir sur cette décision divine. Ces réfractaires formèrent ensuite le courant kharidjite. `Alî retourna vers Koufa[3].

Les deux arbitres désignés à Siffin devaient examiner le Coran chacun de son côté. Mu`âwîya et `Alî devaient envoyer quatre cents hommes parmi les mieux qualifiés pour devenir calife pour assister aux débats. Abû Musa dit que le futur calife ne pouvait être ni Mu`âwîya ni `Alî, `Amr lui répondit qu'il ne voyait pas pourquoi exclure Mu`âwîya, alors qu'`Alî, au contraire devait être exclu comme responsable de la mort de `Uthman. Finalement ils semblèrent tomber d'accord de soumettre le califat à l'élection et d'en exclure Mu`âwîya et `Alî. Tout le monde se sépara et les Syriens nommèrent Mu`âwîya prince des croyants[4].

`Alî voulut se diriger vers Damas pour affronter de nouveau Mu`âwîya, mais ses troupes demandèrent un repos à Koufa (658)[5]. Les kharidjites dirent alors à `Alî « maintenant que tu as accepté cette conciliation, tu es hérétique et il nous est permis de te tuer ». Il remporta alors une victoire contre eux lors de la bataille de Nahrawân (659).

Dans les mois qui suivirent, `Alî perdit un grand nombre de ses partisans: même son frère `Aqil rallia Mu`âwîya[6].

En (661), des kharijites organisèrent un triple meurtre des protagonistes de cet arbitrage: Mu`âwîya à Damas, `Alî à Koufa et l'arbitre du conflit `Amr en Égypte. Ils furent assassinés le même jour. `Alî est alors mort de ses blessures, Mu`âwîya fut blessé et survécut, et `Amr échappa complètement à l'attentat.

Aux termes de la conciliation de Siffin, Mu`âwîya devenait le seul candidat au titre de calife et il fut alors généralement accepté comme calife, puisque Hasan, fils aîné d'`Alî renonça au califat et à toute prétention. Il se retira alors à La Médine avec sa famille en (662).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ahmad Ibn Yaqubi, Tarikh Al Yaqubi, Armenia, Ahmad Ibn Yaqubi, (ISBN 9786136166070), p. 188
  2. a et b William Muir, The Caliphate, its Rise and Fall, London, William Muir, , p. 261
  3. Tabari, La Chronique (Volume II, `Alî fils d'Abou Tâlib), Actes-Sud (ISBN 2-7427-3318-3) p. 374-384
  4. Tabarî, ibidem, p. 385-387
  5. Tabarî, ibidem, p. 387-391
  6. Tabarî, ibidem, p. 402