Abu Jahl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Abu Jahl
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Badr (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
عمرو بن هشام بن المغيرة المخزومي القرشي الكناني (أبو جهل)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Homme politique, abuser, Populist, oppositionVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Religion
Conflit

Amr ibn Hishâm al-Makhzûmî (arabe : عمرو بن هشام المخزومي), surnommé Abû al-Hakam (arabe : أبو الحَكَم) puis Abû Jahl (arabe : أبو جهل), né à la Mecque en 572 et mort en mars 624 à la bataille de Badr, était un notable mecquois polythéiste du clan des Banû Makhzûm, branche influente de la tribu de Quraych. Il fut l'un des plus farouches adversaires de Mahomet au début de sa prédication. Il tortura de ses mains de nombreux musulmans, faibles esclaves mecquois. Il transpercera de sa lance Sumayyah bint Khayyat, une de ses esclaves, considérée comme la première femme martyre de l'islam, après l'avoir attachée et longuement torturée. Avant l'Hégire, il blessa Mahomet :

« Un autre jour, le prophète se trouvant sur le mont Safâ, Abû Jahl ibn Hichâm, s'approcha de lui, l'accabla d'injures, lança contre lui une pierre et lui fit une blessure à la tête. Le sang coula sur la figure du prophète ; mais il ne dit rien, se leva et retourna dans sa maison[1]. »

Après l'Hégire, il est présent à chaque expédition. Abû Jahl meurt au cours de la première véritable bataille entre les musulmans et les clans mecquois à Badr (en [2]), assailli par deux jeunes garçons, dont un perdit un bras dans le combat.

« Abdallah ibn Mas`ud, l'un des plus fiables des musulmans, s'était dit : Je m'occuperai des morts ; j'irai voir lesquels d'entre les quraychites ont été tués. En examinant les cadavres, il trouva Abû Jahl, qui avait encore un souffle de vie. [...] Abdallah lui trancha la tête, la porta au prophète et la jeta sur la terre devant lui. Le prophète se prosterna et rendit grâce à Dieu[3] »

À la tombée de la nuit, les cadavres sont jetés dans un puits sans eau, le prophète, se plaçant au bord du puits et appela chacun des morts par son nom et dit :

« Vous étiez tous mes parents ; vous m'avez accusé de mensonge, tandis que des étrangers ont cru à mes paroles ; vous m'avez chassé de ma patrie, des étrangers m'ont accueilli ; vous m'avez combattu, et des étrangers ont combattu pour moi. Tout ce que Dieu m'a promis, la victoire sur vous et votre châtiment, s'est réalisé sur vous[3]. »

Citations coraniques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tabarî, La Chronique Tome II : Mohammed, sceau des prophètes, Éd. Actes Sud / Sindbad, (ISBN 978-2-7427-3318-7), p. 74
  2. Ramadan 2 A.H.
  3. a et b Tabari, ibidem, p. 162

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]