Bagdad Café

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bagdad Café (homonymie).
Bagdad Café
Description de cette image, également commentée ci-après

Le Bagdad Café sur la Route 66 (2009)

Titre original Out of Rosenheim
Réalisation Percy Adlon
Scénario Percy Adlon
Eleonore Adlon
Acteurs principaux
Sociétés de production Pro-ject Filmproduktion im Filmverlag der Autoren
Pelemele Film
Hessischer Rundfunk
Bayerischer Rundfunk
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne / Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Durée 95 min
Sortie 1987

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Bagdad Café (Out of Rosenheim) est un film américano-allemand réalisé par Percy Adlon et sorti en 1987.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Jasmine (Marianne Sägebrecht), une touriste allemande quitte son mari et échoue en plein désert avec, pour tout bagage, une valise contenant la garde-robe très bavaroise de celui-ci et un jeu de magie. Elle atterrit au Bagdad Café, un motel poussiéreux, situé non loin de Las Vegas et longeant la célèbre Route 66. Le Bagdad Café est géré par Brenda (CCH Pounder), une femme épuisée et excédée, qui élève ses enfants dont un fan de Bach, une ado fantasque et un petit-fils sans pouvoir compter sur son fainéant de mari qui l'a quittée. Le café est le refuge de gentils marginaux : un serveur amérindien lymphatique, un ancien peintre décorateur d'Hollywood, une tatoueuse misanthrope, un campeur lanceur de boomerang.

Jasmine bouleverse la vie de cette petite communauté et ramène la clientèle de routiers qui désertaient ce trou sinistre, grâce à un grand coup de ménage tout germanique et à ses talents de prestidigitatrice. Chacun, y compris Jasmine, voit sa vie transformée, notamment Brenda qui trouve une amie et sourit à nouveau[1]. Une idylle se noue entre Jasmine et le peintre qui fait d'elle des portraits de plus en plus dénudés. Mais Jasmine, dont le visa a expiré et qui n'a pas de permis de travail, doit bientôt repartir en Allemagne, au grand désespoir de tous. Après quelques mois elle revient, Brenda et elle s'étreignent, la vie reprend et le Bagdad Café est plus florissant et animé que jamais sous l'œil éberlué du mari de Brenda. Dans la dernière scène du film, le vieux peintre demande à Jasmine de l'épouser, elle répond seulement : « je dois d'abord en parler avec Brenda ».

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

BO[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Muriel Frat, « Bagdad Café, il était une fois en Amérique », Le Figaro, 24 septembre 2012.
  2. a et b The TCM Movie Database États-Unis
  3. Bagdad Café de Percy Adlon, mcnn.fr, consulté le 10 octobre 2012.
  4. .Bagdad Café (série), IMDB, consulté le 8 octobre 2012.
  5. Marie-Christine Vernay, « Bagdad Café reconverti », Libération, 19 octobre 2005.
  6. Récompenses obtenues par le film Bagdad Café sur le site officiel des Césars du cinéma

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :