Studio magazine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la presse écrite image illustrant une revue de cinéma
Cet article est une ébauche concernant la presse écrite et une revue de cinéma.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

 Ne doit pas être confondu avec The Studio (magazine).
Studio magazine
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Mensuelle
Genre Magazine de cinéma
Date de fondation 1987
Date du dernier numéro 2009
Éditeur Roularta Media Group
Ville d’édition Paris

Directeur de la rédaction Michel Rebichon
Rédacteur en chef Béatrice Toulon

Studio magazine, plus couramment appelé Studio, est un magazine de cinéma français créé en 1987 par une partie de l'ancienne équipe rédactionnelle de Première emmenée par Marc Esposito et Jean-Pierre Lavoignat. Le magazine appartient au groupe de presse belge Roularta Media Group.

En janvier 2009, Studio magazine fusionne avec Ciné Live pour créer Studio Ciné Live.

Le rapprochement avec Ciné Live[modifier | modifier le code]

En décembre 2006, l'éditeur de Studio magazine, Roularta, rachète Ciné Live. À cette occasion, il indiquait : « Ce rachat permettra ainsi au groupe Roularta de doubler sa présence sur le marché du Cinéma, Ciné Live (OJD Diffusion payée : 109 127 ex) a un positionnement très marqué auprès des 15 – 25 ans qui viendra compléter l’offre du mensuel de Cinéma Studio Magazine (OJD Diffusion payée : 95 462 ex) que le groupe a racheté à la société Emap en 2004. (...) Roularta ambitionne par ce projet de rachat d’éditer les deux magazines en renforçant leur complémentarité »[1].

À l'occasion de son vingtième anniversaire, en 2007, Studio magazine lance son site internet.

En janvier 2009, Studio magazine s'arrête au bout de 254 numéros et fusionne avec Ciné Live pour donner naissance à Studio Ciné Live.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué de presse du 29 décembre 2006