Hervé Niquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Niquet.

Hervé Niquet est un chef d'orchestre français, né à Abbeville le . Il est spécialisé dans la musique baroque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il devient en 1980 chef de chant à l'Opéra de Paris. Il est membre (ténor) des Arts florissants entre 1985 et 1986. Il fonde, en 1987, le Concert Spirituel, ensemble spécialisé dans les grands motets français du XVIIe siècle et XVIIIe siècle, qu'il dirige jusqu'à ce jour. Il contribue ainsi à la redécouverte de musiciens comme André Campra, Jean Gilles, Joseph Bodin de Boismortier, Marc-Antoine Charpentier, Joseph Michel, Paolo Lorenzani, etc.

Le répertoire du Concert Spirituel s'élargit à la musique instrumentale (Boismortier, Haendel), à l'opéra (Proserpine de Lully), Médée de Charpentier, Callirhoé de Destouches, King Arthur de Purcell, Sémélé de Marin Marais) et à des compositeurs plus tardifs comme Haydn, Mozart et Rossini. Hervé Niquet est aussi connu pour son interprétation historique des Fireworks et de la Water Music de Haendel à l'occasion du quinzième anniversaire de la création de l'ensemble — dont l'enregistrement a reçu l'Edison Award en 2004.

Il a aussi été l'interprète de la Messe à 40 voix d'Alessandro Striggio, polyphoniste italien du XVIe siècle.

Partant de l'idée qu’il n'y a qu'une musique française sans aucune rupture tout au long des siècles, il est un des grands défenseurs de ce répertoire. À la tête des plus grands orchestres, il se bat pour le faire redécouvrir de l’Akademie für alte Music Berlin au Sinfonia Varsovia, du RIAS Kammerchor à l’Orchestre Philharmonique de Radio France, de l’Orchestre de l’Opéra National de Montpellier-Languedoc-Roussillon avec lequel il a entretenu une longue collaboration au Kammerorchester Basel. Il collabore ainsi avec des metteurs en scène aussi différents que Georges Lavaudant, Mariame Clément, Gilles et Corinne Bénizio (alias Shirley et Dino), Christoph Marthaler, Joachim Schloemer ou Romeo Castellucci. I a dirigé notamment Hamlet d’Ambroise Thomas à l’Opéra de Zagreb, Dimitri de Victorin de Joncières en Belgique et Platée de Rameau à l’Opéra de Nuremberg, le Messie de Haendel avec l’Orchestre National des Pays de la  Loire à Nantes, Orphée et Eurydice de Gluck dans la version de Berlioz au Théâtre de La Monnaie à Bruxelles (mise en scène Romeo Castellucci), Castor et Pollux de Rameau au Théâtre des Champs-Elysées (mise en scène Christian Schiaretti), et King Arthur de Purcell et Don Quichotte chez la Duchesse de Boismortier dans une mise en scène de Corinne et Gilles Benizio.

Transmettre son travail sur l’interprétation, les conventions de l’époque et les dernières découvertes musicologiques, mais également les réalités et les exigences du métier de musicien, est pour lui essentiel. Il s’implique ainsi dans des actions pédagogiques auprès de jeunes musiciens (telles la Schola Cantorum de Bâle, l’Académie d’Ambronay, le Jeune Orchestre Atlantique, l’Opéra Junior de Montpellier, le CNSMD de Lyon, la McGill University de Montréal ou à travers de multiples master-classes et conférences).

Depuis la rentrée 2011, Hervé Niquet est Directeur musical du Chœur de la Radio flamande et premier chef invité de son pendant orchestral, le Brussels Philharmonic. Il y dirige, par exemple, des œuvres de Claude Debussy, Charles Gounod, Théodore Gouvy, Joseph Canteloube, Félicien David, etc.

Il est, depuis septembre 2013, le nouveau directeur artistique du Festival de Saint-Riquier – Baie de Somme.

Répertoire[modifier | modifier le code]

Hervé Niquet est connu pour ses interprétations de la musique baroque, surtout française, et dirige par ailleurs fréquemment des œuvres du XIXe et du début du XXe siècle (Saint-Saëns, Debussy, Ravel, Stravinsky... ).

Son esprit pionner dans la redécouverte de ce répertoire l’amène à participer en 2009 à la création du Palazzetto Bru Zane - Centre de musique romantique française à Venise avec lequel il mène différents projets. A titre d’exemple, cette collaboration a permis la mise en place d’une collection discographique autour des musiques du Prix de Rome avec l’enregistrement d’œuvres souvent inédites ou méconnues  : un premier album consacré à Debussy est sorti en 2009, suivi par des albums consacrés à Saint-Saëns, Gustave Charpentier et dernièrement Max d’Ollone.

Discographie[modifier | modifier le code]

(sélective : hors compilations, coffrets et rééditions)

Décorations[modifier | modifier le code]

Chevalier des Arts et des Lettres ; Officier de l'Ordre national du Mérite

Liens externes[modifier | modifier le code]