Jean Gilles (compositeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gilles.
Jean GillesJean Gilles de Tarascon
Naissance
Tarascon
Décès (à 37 ans)
Toulouse
Activité principale Compositeur, maître de musique de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse
Années d'activité 1693-1705
Maîtres André Campra

Œuvres principales

Requiem, motets

Jean Gilles, dit de Tarascon, est un compositeur français né à Tarascon le et mort à Toulouse le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des débuts à Aix-en-Provence et Agde il devient maître de musique de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse en 1697. Sa musique, comme celle de la plupart des musiciens d'alors, est inspirée de son compatriote contemporain André Campra. Il a composé 24 motets et un célèbre Requiem.

Cette dernière œuvre avait été commandée par deux fils d'un capitoul de Toulouse pour leur père défunt. Lorsque le Requiem fut terminé, plusieurs mois après le décès de leur père, les deux fils n'étaient plus si empressés de payer le compositeur. Celui-ci, furieux, décida de ne pas le faire jouer et de le réserver à ses propres funérailles. L'œuvre fut toutefois jouée une quinzaine de fois au fameux Concert Spirituel à Paris ainsi qu'aux obsèques de Rameau, de Stanislas de Pologne et de Louis XV.

En alternant solistes et chœurs, le Requiem de Gilles est sans doute la première œuvre qui ait adopté la forme concertante.

En 1752, dans ses Lettres sur les hommes célèbres du règne de Louis XIV, Pierre-Louis d'Aquin de Chateaulyon écrivit que Gilles aurait sans doute remplacé Delalande s'il avait vécu plus longtemps (il mourut à 37 ans seulement).

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Le Requiem par La Chapelle Royale sous la direction de Philippe Herreweghe (Harmonia Mundi) suivi du motet Diligam Te Domine, qui a aussi enregistré la version pour petite formation avec le Collegium Vocale et le Musica Antiqua Köln (collection Argenta - Archiv) suivi du Carillon des Morts de Michel Corrette.
  • Le Requiem par l'ensemble vocal Sagittarius, l'Ensemble des Tambours provençaux et le Boston Camerata, sous la direction de Joël Cohen. Une version plus récente a été enregistrée par l'orchestre baroque Les Passions et le chœur Les Éléments, suivi du motet Cantate Jordanis Incolae, sous la direction de Jean-Marc Andrieu, Ligia Digital Lidi 0202196-08.
  • Requiem par Ensemble vocal Philippe Caillard, Ensemble instrumental Jean-Marie Leclair, Louis Frémaux - (Mono) BnF Collection  B00I43GVK8

La discographie de ce compositeur, jusqu'ici peu connu en dehors de son Requiem, s'est enrichie depuis avril 2007, grâce à l'ensemble Les Festes d'Orphée dirigé par Guy Laurent :

  • Grands et petits motets, solistes, grand-chœur et ensemble instrumental des Festes d'Orphée, direction Guy Laurent, Harmonia Mundi K 617193.
    • Laudate nomen domini
    • Paratum cor meum
    • Laetatus sum
    • Velum templi scissum est
    • Afferte Domino
    • Cantus dent uberes
    • Usquequo Domine.
  • Par ses recherches approfondies, tant musicologiques qu’historiques, et son important travail de restitution de ces partitions oubliées ou perdues, Jean-Marc Andrieu s’impose comme le spécialiste de Jean Gilles. Les œuvres majeures du compositeur toulousain que le chef s’attache à mettre en lumière depuis plusieurs années ont fait l’objet de trois CD successifs et le coffret intégral est sorti en avril 2013. Concerts et enregistrements réunissent Les Passions, le Chœur de chambre Les Éléments (dir. Joël Suhubiette), Anne Magouët, Vincent Lièvre-Picard, Bruno Boterf ou Jean-François Novelli ainsi qu’Alain Buet.
    • Requiem et motet Cantate Jordanis Incolae (2008) ;
    • Lamentations et motet Diligam te Domine (2009) ;
    • Messe en ré et Te Deum (2012) ;
    • Coffret Jean Gilles réunissant les trois précédents disques (2013 ; Ligia Digital Lidi 0202256-13).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Michel Prada, Un maitre de musique en Provence & en Languedoc : Jean Gilles, 1668-1705. L'homme et L'œuvre, Béziers, Société de musicologie de Languedoc,‎ 1986, 269 p. (ISBN 290540003X et 978-2905400031).